Adrar Min 12 °C Max 23 °C
29
Laghouat Min 7 °C Max 17 °C
33
Batna Min 7 °C Max 19 °C
29
Biskra Min 13 °C Max 23 °C
33
Tamanrasset Min 11 °C Max 23 °C
33
Tlemcen Min 12 °C Max 20 °C
29
Alger Min 15 °C Max 24 °C
29
Saida Min 12 °C Max 21 °C
27
Annaba Min 13 °C Max 24 °C
29
Mascara Min 12 °C Max 21 °C
27
Ouargla Min 12 °C Max 24 °C
33
Oran Min 13 °C Max 21 °C
29
Illizi Min 16 °C Max 29 °C
33
Tindouf Min 11 °C Max 19 °C
29
Khenchela Min 7 °C Max 19 °C
29
Mila Min 9 °C Max 21 °C
27
Ghardaia Min 11 °C Max 21 °C
33
Accueil |Nationale |

BOUIRA

Quel sort pour les indépendants?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La configuration politique de la wilaya de Bouira n'est en fait qu'une copie conforme de sa composante multilinguiste.

Divisée en deux régions, d'expression arabophone et berbérophone, la wilaya voit cette composante influer sur les résultats des multiples joutes électorales organisées jusque-là. Cette donne semble être rentrée dans les calculs des prétendants à la députation. Par le passé, les régions du Sud et qui englobent les daïras de Bordj Okhriss et de Sour El Ghozlane ont toujours compté un taux de participation consistant. Dans cette zone de la wilaya on vote en masse. Fiefs des deux partis de l'Alliance présidentielle, le FLN et le RND, cette partie de la wilaya a de tout temps été courtisée par les dirigeants des deux partis. C'est ce qui explique peut-être les bonnes places sur les listes avec le choix du colonel à la retraite pour le RND et du président de l'APW pour le FLN.
La présence en force de prétendants natifs de ces régions Sud sur les listes de ces deux partis vise à faire le plein. La guerre non déclarée mais qui ronge les deux rangs en coulisses peut favoriser l'émergence de listes inattendues et profiter aux formations islamistes. Lors des dernières locales et à la surprise générale, c'est un indépendant qui avait pris les rênes de l'APC de Sour El Ghozlane.
Le MEN aussi avait gagné un siège au Parlement. L'autre grande région connue pour son attachement au FLN est Aïn Bessem. Là aussi les données diffèrent de celles du passé. Certes, le tête de liste est le maire de cette localité. Pour la première fois, plusieurs listes ont misé sur des personnes connues de la région et croient dur comme fer qu'elles amasseront des suffrages. La situation amoindrira alors le candidat du FLN même s'il est certain qu'il sortira en tête.
La région de Lakhdaria pour sa part basculera peut-être pour les islamistes. L'influence du député sortant, membre actif de l'action de redressement pèsera dans le décompte final. Si Kara opte pour une liste proche de son mouvement mais qui se targue d'être indépendante, le FLN perdra plusieurs voix qui, par un passé récent, le mettaient en situation confortable. Les spécialistes pensent que les résultats des régions jadis fidèles aux deux partis seront indécis et ne constitueront plus une avance confortable dans le décompte final.
L'autre partie de la wilaya et qui englobe les daïras de M'Chedallah, Bechloul et Haïzer n'échappe pas au phénomène qui caractérise l'élection du 10 mai prochain. Plusieurs listes sont menées par des personnes originaires de ces régions.
L'absence de candidats natifs de la zone berbérophone dans le trio de tête des listes du FLN et du RND confirme pour les plus initiés la volonté des dirigeants de «laisser» cette partie de la wilaya aux indépendants et au FFS. L'ombre du RCD qui, jusque-là, faisait le plein aux côtés de son frère ennemi (FFS), sera présente grâce à d'anciens cadres de ce parti qui se présentent sous d'autres sigles. AHD 54 aussi mise sur la même carte en choisissant Abib, un cadre de Raffour, qui se présente pour la seconde fois pour le même parti. La pluralité des listes permettra à chacune d'elles de récolter des voix mais aucune ne pourra crier victoire si ailleurs, les candidats n'arrivent pas à convaincre les citoyens de les choisir.
L'abstention qui est toujours forte dans cette région, amoindrira les chances des candidats démocrates, républicains. Comme partout ailleurs, la mouvance islamiste tentera de s'imposer surtout que le secrétaire du FAN, Djamel Benabdeslam, fils de la région, pèsera dans le choix d'une commune comme Thourirth qui a toujours eu un penchant pour les islamistes. Le FFS de son côté attaque les islamistes dans leur fief.
En choisissant un docteur, professeur universitaire originaire de la région, le parti cher à Aït Ahmed veut faire basculer la région en sa faveur. Il reste le seul parti qui dispose d'une base électorale disciplinée. Toutes les voix supplémentaires seront les bienvenues. Au milieu de cette division distincte de la wilaya, il y a le chef-lieu et sa daïra. Les électeurs de la capitale, s'ils venaient à voter en masse seront les arbitres qui départageront tout le monde. La présence sûr les listes de certains partis inconnus sur la scène, de personnes connues, est une opportunité pour eux afin de se faire connaître.
Une chose est sûre, tout le monde aura sa part du butin et personne ne fera un raz-de-marée pensent les spécialistes. En conclusion, nous pensons que la configuration actuelle favorisera les listes indépendantes, les petits partis et sanctionnera sévèrement les grosses formations adeptes des calculs. Même si le FLN et le RND gagneront et ce n'est un doute pour personne, ils ne pourront jamais dire qu'ils sont maîtres à bord comme par le passé. L'autre grande perdante sera selon les connaisseurs, l'Alliance verte qui s'est discréditée et qui sera battue par Djaballah et Benabdeslam lequel a tenu un meeting jeudi à M'Chedallah.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha
  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
Android