Adrar Min 25 °C Max 41 °C
19
Laghouat Min 17 °C Max 26 °C
29
Batna Min 16 °C Max 28 °C
29
Biskra Min 23 °C Max 32 °C
33
Tamanrasset Min 18 °C Max 32 °C
33
Tlemcen Min 19 °C Max 32 °C
29
Alger Min 22 °C Max 31 °C
27
Saida Min 20 °C Max 31 °C
27
Annaba Min 22 °C Max 28 °C
29
Mascara Min 20 °C Max 31 °C
27
Ouargla Min 19 °C Max 33 °C
33
Oran Min 20 °C Max 30 °C
29
Illizi Min 18 °C Max 33 °C
33
Tindouf Min 22 °C Max 36 °C
33
Khenchela Min 16 °C Max 28 °C
29
Mila Min 16 °C Max 30 °C
33
Ghardaia Min 19 °C Max 30 °C
33
Accueil |Nationale |

UN DÉCRET POUR REMETTRE DE L'ORDRE

La jungle des taxis enfin réglementée

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les tarifs appliqués seront fixés par la réglementationLes tarifs appliqués seront fixés par la réglementation

L'Algérie est le seul pays au monde où le chauffeur de taxi choisit sa destination et n'utilise pas son compteur...!

Ouf! Enfin, un peu d'ordre dans l'activité des taxis! La profession de transport par taxi vient d'être réglementée par un décret exécutif fixant les modalités d'exploitation d'un service taxi et les sanctions prévues à l'encontre des contrevenants à la réglementation. Le décret, publié au Journal Officiel n° 33, définit comme «taxi», tout véhicule automobile autorisé à assurer le transport des voyageurs et leurs bagages contre rémunération. Ce transport est effectué par trois types de taxis: individuel, collectif urbain ou encore collectif non urbain.
Il est précisé que les taxis individuels sont «des services effectués à la demande sans limitation de parcours dans un véhicule de quatre places assises, non comprise celle du conducteur». Les taxis collectifs urbains effectuent un itinéraire fixe alors que les taxis collectifs non urbains effectuent des itinéraires intercommunaux et interwilayas en location divisée, par un véhicule de huit places assises. Quant aux tarifs appliqués, ils sont fixés par la réglementation en vigueur, souligne encore le texte.
Par ailleurs, les véhicules destinés à cette activité doivent être équipés d'un compteur horokilométrique dénommé «taximètre» en bon état de fonctionnement et qui indique le tarif appliqué et le prix à payer. Il est également précisé aussi que les exploitants des services taxi sont tenus par une permanence selon une liste établie par le directeur de wilaya. Au chapitre des sanctions, le titulaire d'une licence d'exploitation peut faire l'objet d'un avertissement dans le cas éventuel de non-respect de la réglementation, d'arrêt de plus d'un mois de son activité sans justificatif ou encore de mise en circulation de véhicules supplémentaires sans autorisation.
Un retrait provisoire ou définitif de la licence peut être prononcé en cas de falsification du compteur, de condamnation infamante, d'arrêt d'activité durant un an, de condamnation pour fraude ou d'incapacité physique de conduite avérée. Le décret précise que les exploitants des services taxi, actuellement en circulation sont tenus de se mettre en conformité dans un délai de 12 mois.
Ce texte avait été annoncé en janvier dernier par le ministre des Transports avec l'objectif d'assurer «le respect des règles régissant l'activité des voitures taxi» et de renforcer la sécurité routière. Il s'agit aussi de mettre en évidence «l'obligation de la tarification sur la base du taximètre et la nécessité d'assurer le transport pendant les jours de fête et de nuit», avait précisé alors Amar Tou.
Voilà donc que ce décret vient remettre de l'ordre dans un secteur qui a dicté ses propres lois. L'Algérie est le seul pays où le chauffeur de taxi choisit la destination. «S'il vous plaît, je voudrais partir à Kouba», demande un client qui se voit répondre sèchement par le chauffeur de taxi: «Non, désolé, ce n'est pas ma destination.» Cet exemple est un cas concret que vous avez sûrement vécu des milliers de fois et que tous les Algériens vivent quotidiennement.
Cela sans parler du fait que la majorité des chauffeurs de taxi imposent le tarif de la course, selon leur choix sans tenir compte de leur compteur...! Ce décret permet donc de distinguer entre les différentes catégories de taxis.
Si sur un taxi, il n'est pas affiché «collectif», c'est à vous de choisir la destination. Et si ce chauffeur de taxi refuse de vous prendre, alors, enregistrez le numéro de son véhicule et dénoncez-le! Il y a désormais une loi pour réprimer ce genre de comportement. Tout comme celui de la non-utilisation de compteur. N'hésitez plus, faites un geste civique en dénonçant ce comportement. Cela permettra peut-être d'y mettre fin...
Enfin, si cette loi est appliquée bien sûr! Sinon, il vous restera le bon vieux «clando» qui respecte les clients mieux que les «vrais» taxis, vu qu'il n'impose pas la destination. Alors, désormais, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha
  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
Apple