Accueil |Nationale |

ILS INSISTENT SUR LA STABILITÉ DU PAYS

Ouyahia et Belkhadem mobilisent leurs troupes

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Pas de répit pour le RND et le FLNPas de répit pour le RND et le FLN

La campagne électorale pour les élections locales du 29 novembre prochain se poursuit toujours malgré le peu d'intérêt qu'accorde la population à ce scrutin.

Les partis, qui sillonnent les différentes wilayas du pays, continuent de défendre leur programme et, plusieurs d'entre eux, ont axé leur intervention sur la nécessité de participer aux élections pour opérer le changement par les urnes. Dans la wilaya de Biskra, où il a animé un meeting populaire, le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, a affirmé que son parti était «porteur d'un projet de société qu'il oeuvre à mettre en oeuvre d'une génération à une autre». M.Belkhadem a souligné que ce projet «ne se réalise pas en quelques années mais exige un travail de construction continu». Pour convaincre, l'orateur n'a pas hésité a instrumentaliser le FLN historique. «Le FLN est l'héritier de ceux qui ont libéré le pays du joug colonial et reste le dépositaire du message du 1er Novembre qui est sa référence, basée sur l'édification d'un Etat démocratique et social dans le cadre des principes islamiques», a-t-il déclaré. Il a également ajouté que les listes présentées par le FLN pour ces prochaines élections locales ont tenu compte de l'impératif de «faire évoluer vers le meilleur la notion d'accomplissement du service public». Pour sa part, le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, a indiqué à Sidi Bel-Abbès que son parti ne sera pas dans l'opposition tant que, a-t-il ajouté, «l'Algérie est gouvernée par le courant national novembriste». M.Ouyahia a expliqué, dans un meeting, que «cette position n'est pas prise parce que son parti appartient à ce courant, mais par conviction que celui-ci a la capacité de renforcer la cohésion de la nation». L'orateur a promis la contribution du RND à faire des prochaines élections locales l'occasion de «renforcer l'espoir en un avenir radieux pour le pays en présentant les meilleurs enfants de la patrie dans les listes de candidatures pour ces échéances». Il a ajouté que les prochaines élections locales sont plus importantes «car elles interviennent après les récentes réformes politiques qui ont donné plus de prérogatives et un plus grand rôle aux assemblées locales élues», soulignant que le sort des villes algériennes et leur avenir en matière de développement dépendent du bon choix des candidats. De son côté, le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a appelé à Tlemcen, à un changement d'une «manière civilisée» basée sur l'élection qui permet de réhabiliter les élus aux Assemblées populaires communales et de wilayas et à l'Assemblée populaire nationale. M.Touati a souligné qu'une participation massive aux prochaines échéances électorales «est à même d'opérer le changement espéré et permettre au peuple de recouvrer sa souveraineté et pouvoir gérer ses affaires par le biais de ses représentants aux assemblées élues». Le président du FNA a appelé à convaincre toutes les couches sociales à se diriger le 29 novembre aux urnes pour accomplir leur droit constitutionnel et ne pas laisser l'occasion aux fraudeurs. «La réhabilitation des représentants du peuple leur permet la programmation (de projets) dans divers domaines économiques et sociaux. Ces élections sont une occasion de mettre un terme au contrôle imposé par certains responsables de la daira et de la wilaya sur les élus que le peuple a choisis», a-t-il dit. A partir de la wilaya de Aïn Temouchent où elle a animé un meeting électoral, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a insisté sur le fait que les prochaines élections locales «seront cruciales pour le pays». «Cette situation résulte de l'environnement politique international et régional actuel et des pressions exercées sur le pays», a-t-elle précisé lors d'un meeting animé à la Maison de la culture de la ville. Tout en félicitant les représentants locaux du parti pour l'établissement et le dépôt des listes de candidatures, «en dépit des difficultés induites par le nouveau code électoral», Mme Hanoune a estimé que le PT constitue «le pôle de la recomposition politique nationale». Signalant l'absence de prise en considération des recommandations de la Commission nationale de surveillance des élections législatives, la SG du PT a longuement abordé la situation économique du pays, estimant que «rien ne justifie la mise en oeuvre d'une politique d'austérité compte tenu de la bonne santé financière du pays». Pour sa part, le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Bouguerra Soltani a indiqué que les prochaines élections locales constituent une occasion pour opérer «le changement par les urnes». «Ce changement doit s'opérer par la voie pacifique au grand bénéfice du pays», a-t-il déclaré depuis Aïn Tolba (Aïn Témouchent). Pour le président du MSP, l'Algérie est confrontée à «la crise du choix des hommes et non à celle des hommes qui existent et ne demandent qu'à travailler au service de leurs concitoyens et leur pays». L'orateur a insisté, en outre, sur la nécessité d'ouvrir la voie aux jeunes et de les laisser travailler au profit de la société ainsi que de résoudre tous les problèmes qui ont poussé les jeunes à la harga alors que le pays possède les moyens suffisants pour leur assurer les conditions de vie décente dans leur pays.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha