Alger Min 11 °CMax 20 °C
30
Oran Min 13 °CMax 23 °C
30
Constantine Min 4 °CMax 18 °C
34
Adrar Min 20 °CMax 39 °C
34
Illizi Min 19 °CMax 35 °C
34
Accueil |Nationale |

CRISE AU NORD DU MALI

Les insinuations tendancieuses du président du Niger

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le sommet d'Abuja n'a rien apporté de concret à la résolution de la criseLe sommet d'Abuja n'a rien apporté de concret à la résolution de la crise

Mahamadou Issoufou insinuant que l'Algérie est une source d'approvisionnement pour les groupes armés, au même titre que la Libye, appelle à la fermeture partielle des frontières. Le président nigérien tente de justifier sa position favorable à une intervention militaire au nord du Mali.

Confronté à une double crise sécuritaire et politique, ce pays bascule entre le processus du dialogue soutenu par l'Algérie, notamment et l'intervention militaire défendue par la Cédéao. Même après le Sommet extraordinaire d'Abuja, l'on n'est toujours pas en mesure d'établir un diagnostic juste et complet des débats.
Ce sommet n'apporte, pour ainsi dire, rien de nouveau et intervient en un sens comme un non-événement, selon des observateurs qui restent sur leur faim. A ce jour, il est impossible de savoir quelle direction prendra la crise malienne, néanmoins le Conseil de sécurité de l'ONU appelé à se prononcer le 26 du mois courant tranchera sur la question. L'envoyé spécial de Ban Ki-moon avait, cependant, laissé un avant-goût quant au penchant de l'ONU qui favorise le dialogue, dont l'approche est initiée par Alger.
Dans ce contexte et au lendemain de la clôture des travaux du Sommet extraordinaire d'Abuja, l'Algérie annonce clairement sa position en s'opposant à une intervention militaire. Amar Belani, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a fait une déclaration précise rapporte TSA, en soulignant que «l'Algérie a opté pour une sortie de crise au Mali par le dialogue politique entre le gouvernement malien et les groupes de la rébellion au nord du pays.
Ce serait une erreur tragique que de concevoir et monter une intervention militaire qui serait perçue, à tort ou à raison, comme une expédition visant à 'casser'' du targui». Cherchant à convaincre l'opinion locale, régionale et internationale par la force des mots et un lexique nouveau sur ses vraies visées qui définissent en fin de compte une ingérence dans les affaires internes d'un pays souverain, la Cédéao, sous-traitant pour l'Hexagone décide de l'envoi d'une force militaire internationale de 3300 soldats pour un an, avec comme objectif «reconquérir le Nord du Mali», affirmait le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, président en exercice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, suite au débat tenu à huis clos. Cette réunion avait inclus aussi la Mauritanie, l'Algérie, l'Afrique du Sud, le Maroc, le Tchad et la Libye. Pourtant, l'Algérie ne cesse de mettre en garde contre les conséquences d'une action militaire qui vise les groupes armés.
A ce propos, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères prévient encore, selon toujours la même source «les conséquences seront incalculables aussi bien pour le Mali que pour l'ensemble de la région.
Il ne faut pas perdre de vue que la résolution 2071, qui constitue le seul fondement juridique légitime sur lequel s'appuie la communauté internationale, appelle expressément les autorités maliennes et les groupes rebelles à entamer un processus de négociations crédible en vue d'une solution politique viable, dans le respect de la souveraineté, de l'unité et de l'intégrité territoriale du pays.»
Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, qui représente l'Algérie dans ce Sommet, avait relevé, lors d'une entrevue avec le président nigérian «la convergence de vues avec le président Alassane Ouattara dans plusieurs domaines réitérant la position de l'Algérie, favorable à un dialogue inter-malien pour contribuer au règlement de la crise dans ce pays».
Il a, en outre, réaffirmé «la volonté de son pays à mener une lutte implacable contre le terrorisme». Justifiant cette intervention militaire à laquelle il est favorable, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, attendu aujourd'hui à Paris pour un entretien avec le président français François Hollande, déclare au quotidien Le Figaro: «Si on les laisse faire, les djihadistes ne s'arrêteront pas en Afrique de l'Ouest. Leur objectif, c'est l'Europe. Qui tient l'Afrique tient l'Europe», expliquant que «la non-intervention au Nord-Mali serait bien pire qu'une intervention militaire».
Il ajoute: «Il faut que l'opinion française comprenne que l'intervention au Mali est nécessaire pour protéger l'Europe et pour éviter que les troubles qui ont gagné le Monde arabe se propagent en Afrique», en appelant l'Algérie à fermer ses frontières! Il «accuse» celle-ci d'être une source d'approvisionnement. Dans ce même contexte, il propose que «cela n'a pas besoin d'être une fermeture totale, mais il faut isoler les terroristes de leurs sources d'approvisionnement».
Selon des sources bien imprégnées de la situation qui prévaut actuellement au Mali, le président nigérien n'a rien compris à la situation au Mali et n'a aucune idée des conséquences que peut engendrer une éventuelle intervention militaire.
Les mêmes sources assurent que l'Algérie, qui a combattu seule le terrorisme depuis 1992 et continue à le faire avec détermination, ne peut, en aucun cas, être une source d'approvisionnement pour les terroristes.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (3)

djilali - Algérie 13/11/2012 07:53:51
L'Algérie n'a pas encore compris que la cedeao ne veut pas l'écouter et ne s'en tient qu'à la feuille de route tracée par la France ajouter à cela une politique ambiguë , combattre le Fis qui voulait la charia chez nous et défendre Ansar dine qui veulent la même chose chez eux et les occidentaux et les africains aussi se posent des questions ;nous aussi dailleur
0
amelhane - france 13/11/2012 12:07:53
Ces pays de la CEDEAO n'existent que par l'aide intéressée de la France toujours tutrice.Ce qui est par contre surprenant c'est la position du Nigéria ! Ceci étant, du moment que l'Algérie est entrain de
sécuriser ses frontières sud, que les pays de sahel mordent la poussière et bouffent du sable. En tout
cas Ouattara (Cote d'Ivoire) n'est pas du tout en mesure de refuser une intervention armée, du fait qu'il
doit sa place à l'intervention française.
0
WAYA - Sénégal 13/11/2012 17:45:08
Désolé, mais tout le monde sait que les terroristes qui sont au Mali viennent d'Algérie (acien FIS). Et aujourd'hui les algériens ne veulent pas que ces fils perdus retournent au bercail une fois pourchassés du Mali. Que les djihadistes restent dans le Nord Mali, arrange Alger, alors ne racontez pas des histoires chers journalistes de l'expression. Et si c'est pas un problème fermer votre frontière les autres pays aideront le Mali à recouvrir son intégralité territoriale. Le président Issoufou a dit diplomatquement, ce que tout le monde pense bas. L'Algérie est la base arrière de ces terroristes et autres traficants de tout genre. Dans tous les cas l'armée nigérienne sait comment traiter ces voyous et ce sont pas les touaregs nigériens qui vous diront le contraire.
A MEDITER !
0
total :3| Affiché :1 - 3

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha
  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable