Accueil |Nationale |

CRÉATION PROCHAINE D'UN CONSEIL CHARGÉ DES PROGRAMMES SCOLAIRES

Comment lutter contre les cours particuliers

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
A quand la fin des cours particuliers?A quand la fin des cours particuliers?

Les mesures prises pour améliorer la gestion administrative et pédagogique des établissements scolaires, ainsi que la qualité de l'enseignement pourront être évaluées à compter de 2015.

Le ministre de l'Education nationale, Abdellatif Baba Ahmed, compte lutter contre la propagation anarchique des cours particuliers. Pour le ministre, donner des cours particuliers est «une pratique commerciale illégale car tout commerce nécessite un registre du commerce».
Le ministre a révélé qu'un projet d'arrêté ministériel est en cours de finalisation pour mettre fin à cette pratique qui a des conséquences négatives sur le cursus de l'élève.
Un autre projet portant création d'un Conseil national chargé des programmes scolaires a été remis au secrétariat général du gouvernement, selon le ministre de l'Education nationale, Abdellatif Baba Ahmed. «Dans le cadre de la poursuite des réformes engagées, notamment pour l'amélioration des programmes scolaires (des trois paliers), nous avons déposé un projet relatif à la création d'un Conseil national chargé des programmes», a expliqué le ministre lors d'une conférence de presse animée au Forum d'El Moudjahid.
Selon le dernier, cette institution viendra remplacer la Commission nationale des programmes déjà en activité dans le cadre des réformes du secteur de l'éducation.
A ce sujet, il a qualifié la révision des programmes enseignés dans les différents paliers scolaires de «tâche lourde» nécessitant un «travail laborieux». A une question sur les réformes entamées dans son secteur, le ministre a précisé que les mesures prises pour améliorer la gestion administrative et pédagogique des établissements scolaires, ainsi que la qualité de l'enseignement «pourront être évaluées à compter de 2015». Le surnombre d'élèves enregistré dans certains établissements scolaires est dû notamment au retard dans la réalisation de 40% des nouveaux établissements, a indiqué le ministre de l'Education.
«Parmi les raisons du surnombre enregistré dans certains établissements scolaires à travers le pays, figure le retard dans la réception de 40% des projets (d'établissements) en cours de réalisation», a-t-il expliqué.
Le ministre a également évoqué d'autres causes de la surcharge des classes comme «le manque d'assiettes foncières pour la réalisation de nouveaux établissements scolaires, la construction de nouvelles cités sans les doter d'établissements scolaires et l'existence d'un déséquilibre entre les différentes filières dans le sens où certaines attirent plus d'élèves que d'autres», a-t-il relevé.
La moyenne nationale du nombre d'élèves par classe en Algérie estimée actuellement à 33 élèves, est dans la «fourchette» fixée par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), a indiqué le ministre.
A une question sur le comité des oeuvres sociales du secteur de l'éducation nationale, M.Baba Ahmed a précisé qu'il avait repris ses activités après un gel de plusieurs années, ajoutant que ses membres sont appelés à tenir une assemblée générale pour «arrêter un programme et entamer son application».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha