Accueil |Nationale |

RÉSULTAT DE L'APPEL D'OFFRES DE L'ARPT

Les trois opérateurs décrochent une licence 3G+

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le siège de l'ArptLe siège de l'Arpt

Mobilis arrive premier. Mais le vrai vainqueur de cet avis d'appel d'offres est le développement des TIC en Algérie. La 3 G+ arrive à sa dernière étape avant son lancement prévu pour décembre prochain.

Ouf, c'est fait!!Les licences d'exploitation du réseau public de télécommunications mobiles 3G, ont enfin été attribuées. Les 3 opérateurs de téléphonie mobile, Algérie Télécom mobile (ATM, Mobilis), Watanya Télécoms Algérie (WTA, Nedjma) et Orascom Télécom Algérie (OTA, Djezzy) ont obtenu chacun une licence pour lancer cette technologie dès le mois de décembre. Mais c'est Algérie Télécom Mobile (ATM, Mobilis), qui remporte l'avis d'appel d'offres.
En effet, la commission de l'Arpt chargée d'étudier les offres des trois opérateurs a rendu son verdict lundi dernier lors d'une cérémonie conviviale qui s'est déroulée au Palais de la culture Moufdi-Zakaria. Sous un silence de cathédrale et un suspense hitchcockien, le président de ladite commission, Salah Mahgoune, a annoncé les résultats. «Les dossiers des offres, présentés par les trois opérateurs mobiles le 15 septembre dernier, ont été étudiés dans le fond. Les résultats de cet avis d'appel d'offres sont comme suit: Algérie Télécom Mobile (ATM,Mobilis) est en première position, suivi de Watanya Télécoms Algérie (WTA, Nedjma) et Orascom Télécoms Algérie (OTA, Djezzy)», a affirmé M.Mahgoune sous les cris de joie de la délégation d'Algérie Télécoms, venue assister à cette cérémonie. L'attribution de la première place à Mobilis lui donne la possibilité de choisir, hors Alger, Oran, Constantine et Ouargla, les wilayas qu'il estime les plus rentables. L'opérateur historique aura ainsi une clause d'exclusivité d'au moins une année pour la vente de services de téléphonie mobile de 3e génération (3G+), dans certaines wilayas qu'il choisira lui-même. Cette exclusivité ne concernera pas les wilayas d'Alger, Constantine, Ouargla et Oran qui, selon le cahier des charges, doivent être obligatoirement couvertes par les trois opérateurs dès la première année.
Le choix de ces wilayas se fera dans trois lots recoupés dans le cahier des charges. Le premier lot comprend Blida, Tlemcen Tizi Ouzou, Annaba, Sétif, Chlef, Batna, Béjaïa, Jijel, Skikda, M'sila, Mascara, Bordj Bou Arréredj, Tipasa, Boumerdès et Mila.
Le second lot est composé de Biskra, Djelfa, El Oued, Adrar, Laghouat, Béchar, Tamanrasset, El Bayadh, Illizi, Tindouf, Naâma et Ghardaïa. Le troisième lot couvrira les wilayas d'Oum El Bouaghi, Bouira, Tébessa, Tiaret, Saïda, Sidi Bel Abbès, Guelma, Médéa, El Tarf, Tissemssilt, Khenchela, Aïn Defla, Souk Ahras, Aïn Témouchent et Relizane. Mobilis aura également le choix de la bande passante, c'est-à-dire les fréquences 3G. Néanmoins, le vrai vainqueur de cet avis d'appel d'offres est le développement des TIC en Algérie.
Le sourire des P-DG des trois opérateurs à la fin de cette séance n'en est que la meilleure preuve! L'attribution des licences n'a fait aucun malheureux. L'essentiel pour eux est de voir enfin cette technologie être lancée en Algérie au grand bonheur de leurs abonnés. Il faut dire qu'avant d'arriver à cette étape historique, la 3G a été un feuilleton sans fin. Certains, l'ont même qualifié de «Feux de l'amour» algérien. Annoncée en 2004, cette technologie est depuis neuf ans renvoyée aux calandes grecques. Au point d'être devenue objet de toutes les dérisions et surtout spéculations. L'Algérie est, en effet l'un des derniers pays au monde à adopter cette technologie, même l'Afghanistan et la Somalie sont passés à la 3G! Les raisons avancées par les autorités pour ce blocage n'avaient convaincu personne. Les ministres de la Poste se sont suivis, les fausses excuses aussi, mais la 3G n'a pas vu le jour.
Ce qui a poussé les spécialistes à se demander si les vraies raisons de ce blocage n'étaient pas... politiques! Les observateurs sont même allés jusqu'à qualifier cette technologie d'arme aux mains du peuple, que les autorités n'avaient pas intérêt à lui donner pour la sauvegarde de «l'ordre» public.
Le printemps arabe dont l'acteur majoritaire a été les réseaux sociaux, est venu renforcer cette théorie. Certains de ces spécialistes s'attendaient même à ce que cette 3G ne soit pas lancée avant l'élection présidentielle de 2014! Mais voilà qu'elle devrait voir le jour d'ici décembre et doubler, voire quadrupler le nombre d'internautes du pays. Enfin, si déjà son prix n'est pas dissuasif...

Zohra Derdouri, ministre des Mptic
«La 3G se déploiera rapidement dans tout le pays»
La ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Zohra Derdouri, était, elle aussi, fière «d'assister à ce jour historique». M.Derdouri a de suite annoncé la couleur en assurant que les trois opérateurs seront «présents assez rapidement» dans toutes les wilayas d'Algérie, le cahier des charges prévoyant un processus de couverture de l'ensemble des wilayas en moins de cinq ans, avec au moins un opérateur dans chaque wilaya dans un premier temps. Mme Derdouri a relevé, en outre, qu'avec le GSM (2 G), il y avait une concentration dans le Nord, faisant observer que cette fois, les opérateurs «seront obligés de se déployer dans toutes les régions du pays de manière à permettre à tous les Algériens de bénéficier de la 3 G assez rapidement et partout». A une question sur la tarification, la ministre a précisé que les coûts sont «décidés par la concurrence» entre les trois opérateurs, ajoutant que l'opérateur offrant les meilleurs services attirera «certainement plus de clients». Toutefois, elle a averti qu'il y aura un contrôle par l'Arpt concernant les coûts afin qu'ils ne soient pas excessifs. Elle a aussi tenu à indiquer que la vraie compétition entre les opérateurs commencera après l'obtention définitive de la licence et son exploitation, ajoutant que «l'Arpt prendra en charge, comme elle l'a toujours fait jusqu'ici, l'accompagnement de la mise en oeuvre par les opérateurs des obligations de leur cahier des charges».

Ils ont dit
Saâd Damma, P-DG de Mobilis
«Fier d'être premier et prêt à relever le défi»
Les larmes aux yeux, abordant un large sourire, le P-DG de Mobilis, Saad Damma, s'est dit «heureux et fier» de voir son entreprise décrocher la première place. «Surtout que cela nous permettra de choisir les wilayas les plus rentables en dehors des quatre wilayas «obligatoires» (Alger, Oran, Constantine et Ouargla) ainsi que les fréquences», s'est-il réjoui. Néanmoins, il révèle que le grand défi qui attend son entreprise est d'accélérer le déploiement du réseau afin de proposer les meilleurs services du haut débit mobile pour les Algériens. «Nous sommes prêts pour le lancement de la 3G en matière de déploiement réseau et les autres services y afférents à cette technologie», a-t-il toutefois promis. «Le cahier des charges nous permet de nous déployer dans 19 wilayas lors de la première année, nous sommes prêts à couvrir ce nombre», a-t-il assuré. Concernant la tarification de la 3G, M. Damma a indiqué qu'il y aura plusieurs tarifs selon le mode d'utilisation de cette technologie, ajoutant que ces tarifs «peuvent baisser lorsque le nombre d'abonnés atteindra un certain seuil».

Vincenzo Nesci, P-DG de Djezzy
«Merci aux autorités algériennes»
Le P-DG de Djezzy, Vincenzo Nesci, lui aussi était content par les résultats de cet avis d'appel d'offres.
«Le résultat va dans le sens de l'offre que nous avons soumise», a-t-il fait savoir avec son sourire habituel.
M.Nesci estime que le fait d'avoir obtenu une licence d'exploitation de la 3G+ est déjà une satisfaction en soi.
Un message donc pour ceux qui avait enterré son entreprise en la mettant dès le début hors-course de cet avis d'appel d'offres. M.Nesci a également tenu a saluer les autorités algériennes pour avoir permis à Djezzy de postuler à cette licence 3G+. «Nous sommes très satisfaits. Je remercie l'Autorité de régulation, le ministère ainsi que les Autorités pour nous avoir permis d'être partie prenante dans l'appel d'offres», a-t-il insisté. Concernant les prix qu'appliquera Djezzy pour la 3G, Vincenzo Nesci a refusé de parler de la stratégie commerciale de son entreprise. «Je peux seulement dire que les prix seront à la portée des Algériens. C'est logique, mettre hors de prix, c'est se mettre tout seul hors course», a-t-il attesté en promettant des surprises à ses clients.

Joseph Ged, P-DG de Nedjma
«Nous allons mettre en place de nouveaux services sur le marché algérien»
La joie était tout aussi visible sur le visage de Joseph Ged, P-DG de Nedjma. Il se déclare très fier par la deuxième place qui revient à son entreprise.
«Cela est la concrétisation des efforts entrepris durant les quatre dernières années par Nedjma en misant sur le marché de la 3G». M.Ged a aussi tenu à rendre hommage aux autorités algériennes. «L'attribution de cette licence par l'Algérie est la concrétisation d'un travail remarquable entrepris par les pouvoirs publics depuis plusieurs années pour dynamiser le secteur de la téléphonie et démocratiser l'Internet» s'est-il félicité.«Notre engagement sera total pour garantir que cette évolution majeure, soit le succès attendu et réponde pleinement aux attentes des Algériens. En tant que leader de l'Internet mobile, nous allons déployer tous les moyens humains, techniques et financiers pour continuer à honorer la confiance que nous témoignent tous les clients. Notre classement consacre nos performances exceptionnelles et va nous permettre de couvrir rapidement un nombre très important de wilayas», a assuré M.Ged en promettant d'être les premiers à mettre en place de nouveaux services sur le marché algérien.

3G ou 3G+, quelle est la différence?
Bonne nouvelle pour les amoureux de nouvelles technologies. Ce ne sera finalement pas la 3G qui sera lancée en Algérie mais la 3 G+! Vous devez vous demander quelle est la différence entre les deux? La technologie de la 3G remonte à la fin des années 1990, alors que la 3G+ est la technologie utilisée actuellement dans les pays développés. La 3G+ est en fait en évolution logicielle de la 3G. A ce titre, elle offre des performances dix fois supérieures. Le débit pour le téléchargement et le transfert de données est donc sensiblement augmenté.

Pourquoi une attribution provisoire des licences?
L'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (Arpt) a attribué provisoirement les licences d'exploitation de réseaux publics de télécommunications mobiles 3G+. Le mot «provisoirement» a suscité les interrogations. En fait, c'est simple, l'Arpt n'a pas pouvoir d'attribution définitive de ces licences. Elle fait l'étude de l'appel d'offres et les attribue provisoirement selon les résultats de l'étude de cet appel d'offres. Mais le dernier mot revient au ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication qui attribue définitivement ces licences après la publication d'un décret sur le Journal officiel de la République.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha