VU À LA TÉLÉVISION

La religion comme ils la veulent

La religion n'a pas fini d'être utilisée de nos jours, surtout par les télévisions satellitaires
La religion n'a pas fini d'être utilisée de nos jours, surtout par les télévisions satellitaires

N'importe qui peut, de nos jours, parler de religion.

Si la barbe procurait la foi, Marx, Freud et Engels figureraient certainement, à cause de leur barbe fournie, parmi les hommes les plus pieux de ce monde alors que Lénine se trouverait parmi les hommes de foi moyens, vu que sa barbiche était plus réduite. Si le couvre-chef donnait la connaissance, alors Aristote, Platon, Socrate, Descartes, Einstein et tous les autres qui ne portaient rien sur la tête figureraient sans conteste parmi les plus grands ignorants de la planète. Or, on sait bien que ce n'est pas ainsi que va le monde et que le sentiment religieux n'est pas fonction de la longueur du poil de la barbe tout comme le savoir et l'intelligence n'ont rien à avoir avec le poids ou la grandeur de la calotte, du turban, du bonnet, du chapeau ou de tout autre accessoire que l'on porte sur la tête.
Que ceux qui nous ont rapporté cette nouvelle habitude de mettre sur la tête un haut turban chami (du Cham) se rassurent, cela ne leur donne pas plus de savoir et ne les rend pas plus religieux. Ni dans les faits ni à notre regard, mais si cela pouvait avoir un effet, c'est juste sur le sens à donner à un pareil comportement.

L'Algérien orientalisé
En réalité, il est difficile de comprendre comment un Algérien décide, un jour, de changer de coiffe et de porter un couvre-chef venu d'ailleurs. Tout le monde sait, et tous les téléspectateurs auxquels il s'adresse, savent que ce n'est pas original, que ce n'est pas authentique, que c'est de l'imitation de posture, de l'imposture comme diraient certains. Est-ce que quelqu'un peut vraiment croire qu'il suffit de mettre un turban pour devenir savant? Suffit-il alors d'avoir la même barbe qu'Aristote pour devenir Aristote lui-même? Suffit-il d'avoir les moustaches de Dali pour devenir un peintre aussi grand et aussi extravagant? Suffit-il d'être malentendant pour devenir Beethoven? Ou bien suffit-il de regarder les pommes tomber pour devenir Newton? Notre bêtise ne fait que grandir et lorsqu'elle ne nous prend pas par la main, lors de l'enfance, elle nous prend par le cou plus tard.
Pour ceux qui ont eu l'occasion de le voir, là coincé sous son turban venu d'ailleurs, ils ont dû remarquer aussitôt que cela ne collait pas. Que l'Algérien est plus naturel dans notre turban à nous ou alors sans turban.
D'ailleurs, pourquoi faut-il se couvrir la tête lorsqu'on doit parler religion sur un plateau de télévision? Qui a fait ou ramené cette fetwa? Et quand? A notre connaissance, cela n'a aucune relation, ni du point de vue religieux ni du point de vue cognitif.
Cela stupéfait tout simplement que de vous retrouver un jour, sans vous y attendre, devant un Algérien habillé à la syrienne, à l'égyptienne ou comme ceux d'ailleurs. Certains ont même dû voir dans nos mosquées ceux qui, parfois, arrivent avec ce tissu blanc à carreaux rouges que les gens du Golfe portent sur la tête. Quel effet cela fait-il?
Non, ce n'est pas interdit et nous n'avons pas du tout l'intention de déposer une pétition pour interdire aux gens de s'habiller comme ils veulent. Seulement, voilà, il nous semble que c'est une question de personnalité, de conscience de l'identité. D'autant plus que c'est à la télé que cela se passe. Non, pas celle de Khelladi, mais une autre, privée celle-là et il ne s'agit pas de Chems Eddine qui, lui au moins, et malgré tous les dérapages qu'on peut comptabiliser en l'écoutant, cultive un comportement typique de chez nous. Il s'agit de quelqu'un d'autre sur une autre chaîne dont nous tairons le nom par pudeur. Une chaîne qui n'a pas trouvé mieux à faire que de vêtir ce monsieur en «étranger». Est-ce pour tromper les Algériens? Est-ce parce qu'elle n'a pas confiance en les nôtres? Si tel est le cas, qu'elle mette à la place un Syrien et qu'elle cesse d'imiter les apparences!
La religion n'a pas fini d'être utilisée par les médias de nos jours, surtout les télévisions satellitaires où, parfois, il suffit d'un petit local et d'un matériel en bon état pour faire tout un tapage. N'importe qui peut, de nos jours, parler de religion. Le mécanicien disserte sur les versets coraniques, le marchand de légumes expose ses théories sur la véracité des hadiths. Le coiffeur passe ses nuits à chercher le miracle scientifique dans le Coran. Le commentateur de matchs de football essaie, dit-il, de prouver que le théorème de Pythagore existait déjà dans le Coran sans se rendre compte que Pythagore a existé avant le Coran. Le carreleur est persuadé, pour sa part, que l'art de poser les carreaux sur le sol est une science révélée à tous les prophètes. Et puis pourquoi ne voilà-t-il pas que le microbiologiste se mette, lui aussi, de la partie pour nous expliquer qu'il faut se laver les mains parce que c'est dit dans le Coran! Arrêtez donc s'il vous plaît!.

Notre religion est autre
A entendre tous ces bonhommes, surtout s'ils s'installent de tout leur poids, dans une gandoura noire, sous un grand couvre-chef blanc, ou s'ils mettent en relief une barbe blanche, on croirait que du Coran, on pourrait tout extraire. Du pain, de la viande, des légumes, des maçons, des armes, des usines, des gisements de pétrole... etc... etc... Cette croyance, malheureusement répandue, est non seulement fausse, mais elle est aussi dangereuse. Dangereuse car elle porte en elle les germes de la bêtise humaine. Dangereuse car elle ouvre la porte des débats aux mentalités détraquées et aux perceptions «derwichistes». Notre religion n'a pas besoin de gens qui ne savent pas où se situer par rapport à eux-mêmes. Elle n'a pas besoin de ceux qui veulent l'induire de leur indigence de l'esprit et de leur insuffisance de l'âme.
Notre religion a besoin de ceux qui connaissent l'homme, aiment l'homme et respectent la faiblesse de l'homme. De ceux qui savent être eux-mêmes et ne s'occuper que de ce qu'ils sont réellement aptes à faire. qu'on arrête donc de forcer les portes de la religion pour mentir aux autres. Qu'on cesse de prendre la religion pour un fonds de commerce. Cela nous a coûté une période noire de notre vie de peuple et de notre vie d'hommes! Cessez donc messieurs avec ces comportements!
La religion n'a pas pour vocation d'épater les téléspectateurs d'une chaîne de télévision quelconque. Elle n'a pas pour vocation de prouver la justesse des paroles divines. Que ceux qui y croient, y croient. Tout simplement. A-t-on vraiment besoin de comprendre les miracles? Est-ce pour croire plus? Est-ce pour ôter des doutes de son esprit? Dans les deux cas, notre foi serait incorrecte! A quoi cela servirait, par exemple, d'expliquer comment a eu lieu la séparation de la mer sous le coup de bâton de Moïse (Qsssl)? Que Moïse(Qsssl) était prophète? Ou bien que la force divine est grande? Dans les deux cas, notre foi serait incorrecte.
Ces nouveaux cheikhs viennent s'inviter chez nous, en tenue d'ailleurs ou en barbe d'ailleurs, pour nous expliquer ce dont nous ne doutons pas. Ils viennent nous parler de choses connues, banales, sans importance et sans attrait. Et en plus, ils le font souvent en étant déguisés. Quel monde!