Accueil |Nationale |

A PROPOS DES 140.000 POSTES D'EMPLOI VACANTS

Sellal promet de sévir

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Sellal promet de sévir

L'Etat poursuivra ses efforts pour absorber le chômage dont le taux se situe à 9,8% à fin 2013.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a indiqué, hier, que des mesures seront prises pour régler le problème des postes d'emploi vacants dans la Fonction publique. «Nous allons, avec la collaboration du ministère délégué auprès du Premier ministre chargé de la Réforme du service public, prendre des mesures pour recruter notamment les jeunes diplômés dans les postes vacants dans la Fonction publique», a-t-il annoncé lors de son intervention à l'occasion de la rencontre avec les représentants de la société civile de la wilaya de Mostaganem où il a effectué une visite d'inspection et de travail, M.Sellal a ajouté que l'Etat poursuivra ses efforts pour absorber le chômage dont le taux se situe, selon lui, à 9,8% à fin 2013. Cette annonce du Premier ministre est faite après que la Cour des comptes ait rendu son dernier rapport très critique qui a fait état de l'existence de 140.000 postes vacants dans la Fonction publique. Un constat confirmé par le ministre des Finances, Karim Djoudi, qui, en marge de la présentation du projet de loi sur le règlement budgétaire 2011 à l'APN, a révélé que la Fonction publique compte deux millions de postes budgétaires, dont 140.000 postes vacants, alors que les dotations budgétaires sont mobilisées par la loi de finances. Le rapport de la Cour des comptes évoque 42.500 postes dans le secteur de l'éducation, 20.700 dans l'enseignement supérieur, 18.400 dans la santé, 10740 dans la justice et 6300 dans la formation professionnelle. On doit préserver notre stabilité. Dans son discours, et comme lors de ses différentes sorties, le Premier ministre a insisté sur la nécessité de préserver la stabilité nationale, sans laquelle aucun développement ne sera possible.
«On doit mettre à profit cette situation (de stabilité) pour servir davantage le pays. On ne donnera jamais l'occasion à ceux qui veulent porter un coup à notre stabilité», a-t-il lancé devant une assistance acquise aux causes du gouvernement.
Pour M.Sellal, l'Algérie est un pays d'institutions où «les fuites en avant», «le favoritisme» que dénonce tout le monde n'ont pas de place. Faisant allusion à l'opposition et aux derniers évènements de Ghardaïa, l'orateur a indiqué ne pas ignorer l'existence de différences dans les avis mais, a-t-il précisé, «sans atteinte à l'unité nationale». Il a plaidé pour faire valoir les valeurs de tolérance et de dialogue pour régler les problèmes. «Il faut qu'on renforce nos rangs», a-t-il lancé, en engageant son gouvernement à travailler dans ce sens «quel qu'en soit le prix». L'orateur a averti contre toute déstabilisation de l'Algérie qui rendrait impossible tout processus de développement. Il a fait savoir que l'Etat poursuivra sa politique sociale en faveur des couches défavorisées, tout en précisant que 30% des revenus du pays sont consacrés au volet social. Encore un appel pour un 4e mandat. La visite du Premier ministre à Mostaganem était, par ailleurs, une occasion pour le lancement d'un autre appel à un quatrième mandat présidentiel pour Bouteflika. Et c'est le président de l'APW qui s'est chargé de cette mission. Après avoir établi un bilan «positif» du règne du chef de l'Etat, le P/APW, lors d'un discours prononcé à l'occasion de la rencontre avec la société civile, a appelé Bouteflika à briguer un quatrième mandat. Les appels des P/APW au 4e mandat qui sont devenus systématiques depuis quelques mois, accréditent la thèse selon laquelle ces élus sont instruits par leurs partis, le FLN et le RND en l'occurrence, de faire cet appel. Il faut dire, de ce fait, que les visites du Premier ministre dans les différentes wilayas sont devenues de vraies aubaines pour l'accélération de la campagne de promotion de cette option entourée de flou et d'incertitudes. M.Sellal avait expliqué à plusieurs reprises, que ses sorties n'ont rien à voir avec une quelconque campagne électorale mais depuis quelque temps, ses visites sont exploitées par les partisans du 4e mandat qui entretiennent l'expectative.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (2)

med b - annaba 09/01/2014 11:51:59
si vous voulez qu' "on renforce nos rangs" il y a lieu de d"montrer votre sincère volonté de combattre la corruption et d'informer de toutes les mesures mises en oeuvres pour arrêter les délinquants au col blanc qui se promène à travers le mondre avec des deniers publics sans être inquiétés par notre justice. c'est à ce prix que le peuple retrouvera confiance dans ses institutions qu'il défendra comme il l'a toujours fait par le passé.
0
09/01/2014 13:41:24
il va proposer les 140.000 postes vacant et plus depuit 1962 au chinoix compétent en algérie et leur demander d'aprendre l'arabe a tout prix pour résorber le chaumage en algérie.
0
total :2| Affiché :1 - 2

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha