Accueil |Nationale |

UNIVERSITÉ MOULOUD-MAMMERI DE TIZI OUZOU

Les travailleurs voient rouge

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Ils ont fermé le portail hier matin pour exiger une distribution équitable des logements.

Le portail de l'université Mouloud-Mammeri a été fermé hier pendant une heure par des travailleurs qui contestaient les procédés d'attribution des logements. Ces derniers ont fermé le portail principal de 10h à 11h, pour exprimer leur refus de se laisser mépriser par leurs responsables. Quelques moments après l'action organisée, les contestataires tous affiliés au Snapap ont fait état de plusieurs points à l'origine de leur colère.
D'ailleurs, affirmaient-ils, l'action d'hier n'était qu'un début d'une autre méthode de contestation après avoir épuisé toutes les voies pacifiques et administratives.
Le logement semble être à l'origine de la colère qui a éclaté et qui n'est pas près d'en rester là. La gestion de ce dossier est très contestée. Selon le porte-parole des travailleurs, un reliquat de 25 logements traîne encore depuis 2001 malgré les courriers envoyés à l'Opgi, le 15 septembre et 15 octobre derniers. Aussi, ledit porte-parole évoquait les 244 logements LSP dont les chantiers n'ont pas encore débuté depuis 2004 bien que les bénéficiaires aient payé leur part. Cette dernière prévoyait l'attribution d'un taux de 60% aux enseignants et 40% aux travailleurs. La colère ne s'arrête pas là mais elle semble se répandre aux procédés de distribution de ces logements. Les travailleurs disent ne pas comprendre comment a-t-elle été prévue. Ils s'interrogent d'ailleurs pourquoi, les enseignants bénéficient de logements sociaux alors que leurs salaires dépassent la barre requise par la loi.
Les responsables de l'université voulaient d'ailleurs, attribuer la totalité des 240 logements sociaux aux enseignants uniquement faisant fi de l'existence des ATS.
Hier donc, les travailleurs dont les effectifs s'élèvent à 1 500 en général à l'université de Tizi Ouzou se disaient décidés à aller jusqu'au bout de leur action. Selon leur porte-parole, le blocage de l'entrée à l'université durant une heure n'est qu'un aperçu des actions qui sont attendues. L'on évoque donc, une assemblée générale dans quinze jours pour décider des actions à prévoir sans exclure une grève qui risque de paralyser l'université de Tizi Ouzou.
Ainsi donc, après une rentrée calme et sereine, voici que la contestation revient à l'université Mouloud-Mammeri.
Les étudiants, eux, semblent se concentrer sur le début des cours mais sans oublier la menace de l'insécurité qui pèse toujours.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha