APRÈS LES CRITIQUES DE L'UE SUR L'ALGÉRIE

Les réactions virulentes du RND et du FLN

Les réactions virulentes du RND et du FLN

Après les récentes «inquiétudes» rendues publiques par certains parlementaires européens au sujet de l'Algérie, les réactions côté algérien ne se sont pas fait attendre.

Des politiques, des diplomates, des économistes et même des internautes se sont élevés et réagi de la façon la plus spectaculaire.
«On ne connaît même pas leurs noms ces députés qui s'expriment au nom de l'Union européenne dans l'anonymat», regrette Nouara Djaâfar, porte-parole du RND, quant aux inquiétudes de certains députés européens au sujet de l'Algérie.
Mme Djaâfar n'est pas allée par quatre chemins pour réagir aux reproches de ces députés. «Le monde entier est témoin! L'Algérie, ses institutions fonctionnent bien, son gouvernement aussi et ce n'est pas les déclarations «d'anonymes» qui vont nous déstabiliser. Le train Algérie est en marche et ils ne peuvent pas l'arrêter», lâche d'emblée la porte-parole du RND.
Selon Mme Djaâfar, les déclarations de certains députés européens rencontrés par les journalistes algériens à Bruxelles cachent bien des objectifs et ils sont malsains. «L'instabilité en Algérie est leur véritable objectif. Alors, qu'ils doivent comprendre que le peuple algérien est confiant en lui et il a voté pour son président Abdelaziz Bouteflika», poursuit encore Mme Djaâfar. A la manière avec laquelle l'Union européenne a organisé cette «attaque» contre l'Algérie, la porte-parole du RND, s'est montrée rassurée; «Nos journalistes sont conscients des enjeux. Quand on voit comment certains pays occidentaux ont allumé le feu dans plusieurs pays arabes, nos journalistes ne tombent jamais dans ce type de piège», a soutenu Mme Djaâfar tout en appelant les journalistes algériens à plus de vigilance.
De son côté, le FLN, par la voix de son chargé de communication, Saïd Bouhadja, n'a pas ménagé ces diplomates européens. «Pourquoi l'Union européenne s'inquiète pour l'Algérie? L'Algérie a un gouvernement et des institutions qui travaillent très bien. Si maintenant ils font allusion à la santé du président de la République, ils n'ont qu'à suivre ses activités car il va bien et il reçoit quotidiennement des délégations étrangères», réplique le porte-parole du FLN. Il ne s'arrête pas là, car pour lui la démarche de ces députés est révélatrice de la faiblesse dans laquelle se retrouve l'Europe aujourd'hui. «La plupart des pays européens se retrouvent dans une situation inconfortable aujourd'hui. Il veulent nous exporter leurs faiblesses? Ils se montrent forts alors qu'ils ne le sont pas. Qu'ils ne s'inquiètent pas de l'Algérie parce que nous sommes dans l'important plan quinquennal».
M.Bouhadja est allé jusqu'à dire: «Ils n'ont laissé aucun pays dans la région tranquille et maintenant il ne leur reste que l'Algérie?»
Toujours sur le plan des réactions, celle des Affaires étrangères demeure des plus amusantes, car en réponse à une position non officielle, les AE ont répliqué via un diplomate sous couvert d'anonymat et via la presse. «Nous ne pouvons pas réagir à ce genre de messages informels. Il y a des canaux officiels par lesquels l'Union européenne exprime ses points de vue. De la même manière, nous, en tant que pays souverain lié par un Accord d'association, apportons des réponses à toutes les questions posées par nos homologues européens», a réagi un diplomate qui a requis l'anonymat.
Enfin, après le constat posé par certains députés de l'Union européenne concernant l'Algérie, les réactions sont vives côté algérien.