5 MILLIARDS D'EUROS ONT ÉTÉ DÉPENSÉS EN 2014

A quoi sert l'Union pour la Méditerranée?

Les enjeux sécuritaires et socio-économiques de la région ainsi que les défis liés à l'immigration clandestine, devraient faire bouger l'UPM.

Le secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée, Fathallah Sijilmassi, a indiqué que cette année a été l'occasion de développer et d'accélérer la mise en oeuvre de nouveaux projets régionaux clés sur le plan socio-économique et stratégique. Il s'agit de 33 projets régionaux labélisés pour une valeur de près de 5 milliards d'euros.
Ces projets concernent la croissance inclusive, l'employabilité des jeunes, le renforcement de l'autonomisation des femmes, la promotion de la mobilité des étudiants, mais encore le développement urbain intégré ou le développement durable.
Le secrétaire général de l'UPM a aussi souligné l'importance des enjeux sécuritaires et socio-économiques de la région ainsi que les défis liés à l'immigration clandestine et la faiblesse de la croissance concernent autant l'UE que les pays du Sud car il s'agit d'enjeux partagés par l'ensemble des pays de la région et qui nécessitent des réponses régionales.
Fathallah Sijilmassi a été invité par la Commission des affaires étrangères du Parlement européen (Afet) à Bruxelles en vue de présenter le rapport d'activité annuel du secrétariat général de l'UPM. Sous la conduite du président de la Commission, Elmar Brock, cette réunion a réuni plusieurs députés européens membres de la Commission et représentants de différents groupes politiques.
Sijilmassi a aussi exposé les grands axes des activités de l'UPM durant l'année 2014 en mettant en exergue l'intensification des rencontres de haut niveau, le développement de nouveaux projets stratégiques et le renforcement des liens entre les acteurs publics et privés des pays de la Méditerranée.
L'UPM, sous l'impulsion des co-présidences de l'UE et de la Jordanie, a contribué au développement de la coopération régionale en Méditerranée à travers la relance du dialogue politique et des conférences ministérielles répondant aux enjeux majeurs qui se posent pour la région.
L'UPM a également contribué à structurer l'activité régionale à travers le renforcement des liens entre les acteurs de la région en organisant des réunions et des rencontres de haut niveau ayant rassemblé plus de 3000 représentants des gouvernements, des organisations internationales et des institutions financières, du secteur privé, de la société civile, des parlementaires et des élus locaux. Il y a aujourd'hui urgence pour mobiliser tous les efforts politiques, institutionnels et financiers pour faire de 2015 une année au cours de laquelle se consolide et s'accélère la dynamique de coopération régionale afin de pouvoir traiter collectivement, efficacement et durablement les nombreux défis qui se posent en Méditerranée, est-il estimé.
Sijilmassi a aussi, participé au Forum de la Commission atlantique en Slovaquie pour parler de la politique étrangère et de sécurité dans la région d'Europe centrale rassemblant chaque année près de 800 figures clés en matière de politique étrangère et de sécurité, provenant des deux côtés de l'Atlantique.
Lors d'une table ronde sur le voisinage du Sud de l'Europe, le secrétaire général de l'UPM a mis l'accent sur la nécessité de redoubler d'efforts pour renforcer la coopération et l'intégration régionales en vue de faire face aux difficultés existantes dans la région euro-méditerranéenne. Il a également appelé à adopter une perspective globale lors de l'élaboration des directives politiques.