Prévisions pour le 19 Juillet 2018

 Adrar Min 32 °C Max 45 °C
32
 Laghouat Min 26 °C Max 41 °C
30
 Batna Min 25 °C Max 38 °C
34
 Biskra Min 28 °C Max 46 °C
34
 Tamanrasset Min 24 °C Max 34 °C
23
 Tlemcen Min 22 °C Max 33 °C
4
 Alger Min 20 °C Max 31 °C
30
 Saïda Min 21 °C Max 40 °C
28
 Annaba Min 23 °C Max 33 °C
32
 Mascara Min 20 °C Max 37 °C
28
 Ouargla Min 31 °C Max 45 °C
30
 Oran Min 23 °C Max 26 °C
28
 Illizi Min 27 °C Max 42 °C
32
 Tindouf Min 31 °C Max 44 °C
34
 Khenchela Min 23 °C Max 39 °C
34
 Mila Min 21 °C Max 37 °C
34
 Ghardaïa Min 30 °C Max 42 °C
30
Accueil |Nationale |

SOIRÉES RAMADHANESQUES

La vie nocturne reprend ses droits

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les Algériens aiment faire la fêteLes Algériens aiment faire la fête

Après une semaine de jeûne, les Algériens ont pris le pli et le Ramadhan s'est bien installé dans tous les esprits. Faisant partie du quotidien et rythmant celui de l'ensemble des citoyens, le mois sacré crée ses propres automatismes. Si la journée est synonyme de baisse de régime économique, avec la chute de la productivité dans les entreprises et les administrations publiques sans oublier les «petits» incidents, dus essentiellement à la mauvaise humeur, les soirées ramadhanesques se distinguent, au contraire, par une «hilarité» sociale remarquable.
Le tableau n'est pas nouveau, chez-nous. A telle enseigne que tout le monde regrette que l'ambiance des soirées familiales et bon enfant cesse avec la fin du mois sacré.
Sans doute que la spécificité du jeûne appelle un désir de «festoyer» après sa rupture. Il aurait donc fallu que les Algériens jeûnent tout leur été, pour maintenir ce lien si particulier qu'ils tissent au sein des familles, du voisinage et même, plus globalement, avec la société entière. En tout cas, s'il y a un dénominateur commun entre Algériens, c'est celui des soirées du Ramadhan que tout le monde apprécie au plus haut point. Il n'est pas une seule ville du pays qui échappe à cette attraction ramadhanesque et pas une autorité locale qui ose l'ignorer.
Au plus haut sommet de l'Etat, on considère que les soirées du mois sacré sont du pain bénit. Elles parviennent à réaliser ce que les politiques s'échinent à faire durant des années, avec des résultats souvent moins bons: donner de la joie au peuple. Un peuple joyeux, c'est la caractéristique de nos soirées en cette période bénie.
C'est en tout cas, le constat auquel sont parvenus nos correspondants des quatre coins du pays.
Béjaïa, Annaba, Constantine ou encore Oran, tour d'horizon sur le bonheur «récurrent» des Algériens.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha