Accueil |Nationale |

LE PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION EUROPÉENNE DES JOURNALISTES À ALGER

"L'arme de l'éthique contre l'extrémisme"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

En l'espace de deux heures et devant une audience toute acquise, Ricardo Velasquez Gutierrez a expliqué le cercle vertueux qui fait rêver Hamid Grine...

Depuis sa nomination à la tête du secteur de la communication, Hamid Grine ne jure que par une seule chose: professionnaliser la presse nationale. Pour atteindre cet objectif, il a mis en place des cycles de formation au profit des journalistes. Mais pas seulement!
Les futures plumes nationales ont aussi été ciblées par le ministre qui veut leur ancrer le respect de l'éthique et la déontologie dès leur plus jeune âge. C'est ainsi qu'il organise régulièrement des conférences de formation au niveau de l'Ecole de journalisme d'Alger où se mélent étudiants et professionnels des médias.
C'était le cas, hier, où le secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes, Ricardo Velasquez Gutierrez, était l'invité du jour.
Dans une salle trop exiguë pour accueillir la foule nombreuse venue assister aux débats qui ont été agrémentés par la présence du ministre, le conférencier a rappelé l'importance du respect des valeurs journalistiques, qui font d'une bonne plume un bon et vrai journaliste.
C'est ainsi qu'il a appelé les présents à promouvoir les standards d'éthique et une déontologie professionnelle face à la montée du discours de haine dans le monde.
«Il est de la responsabilité des journalistes de promouvoir les standards d'éthique et une déontologie professionnelle dans un monde marqué par une montée de l'extrémisme, de l'intolérance et de la discrimination contre différentes communautés et minorités religieuses et ethniques», a-t-il affirmé.
M.Gutierrez, qui est également maître de conférences à l'université libre de Bruxelles, a relevé que «le combat contre le discours de haine constitue un nouveau défi pour les journalistes».
C'est un problème qui suscite une «grande inquiétude» au niveau des politiques et d²es juristes, notamment, quant à la manière d'y faire face, car ce discours de haine, a-t-il expliqué, «fait partie aussi de la liberté d'expression». Pour le conférencier, la tâche des journalistes «n'a jamais été aussi difficile qu'aujourd'hui» à cause du nombre impressionnant des espaces d'expression et le développement fulgurant du numérique, notamment l'Internet.
Il a cité, à cet égard, l'essor des réseaux sociaux devenus, dans nombre de cas, «des canaux véhiculant des discours haineux et choquants», non seulement pour les médias, mais aussi pour de simples internautes dans leurs réactions et leurs commentaires sur tel ou tel sujet. «Notre société a besoin aujourd'hui de médias qui s'inscrivent dans le respect impératif de la déontologie», a-t-il insisté, mettant en avant le rôle central que peuvent jouer les journalistes pour contrer ce genre de discours et les dénoncer.
Dans l'exercice de son métier, le journaliste doit, en premier lieu, «vérifier» la source de l'information, «réfléchir à l'impact» et aux «conséquences» que peut avoir son écrit sur le lecteur, comme il doit, aussi, a-t-il expliqué, «éviter de tomber dans le sensationnel et de travailler dans la précipitation».
«Le journaliste doit se sentir responsable. Il a toujours une responsabilité face au discours de haine», a ajouté M.Gutierrez, qui a regretté le fait que des médias occidentaux soient «peu éthiques» dans le traitement de certaines questions, notamment celles liées à l'Islam, en créant l'amalgame et en n'utilisant pas une terminologie juste.
L'intervenant a plaidé, à ce propos, pour l'adoption d'«une approche basée sur le dialogue pour avoir une perception plus mesurée», tout en appelant les acteurs concernés à «éviter la propagation des discours de haine, à utiliser les mots justes, à mettre en oeuvre les mesures nécessaires pour modérer les commentaires des lecteurs et signaler toute dérive».
«Il s'agit de veiller à la déontologie journalistique à travers l'autorégulation et la co-régulation», a-t-il fait valoir. Voilà donc, en l'espace de deux heures et devant une audience toute acquise, Ricardo Velasquez Gutierrez a expliqué le cercle vertueux qui fait rêver Hamid Grine...

Ricardo Gutiérrez en visite de courtoisie à L'Expression
Le secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes, Ricardo Gutiérrez, a effectué hier, une visite de courtoisie à la rédaction du journal L'Expression. Accueilli par le directeur de publication, Ahmed Fattani, l'hôte de L'Expression a évoqué avec le staff rédactionnel la situation de la presse algérienne et son expérience en tant que modèle médiatique dans le Monde arabe.
L'accent a été mis sur la formation des journalistes dont souffre cette jeune presse. Ricardo Gutiérrez a été journaliste pendant plus de 23 ans.
Il a travaillé à la rédaction du journal belge francophone Le Soir.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha