Prévisions pour le 26 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 37 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 27 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
28
 Biskra Min 20 °C Max 30 °C
47
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 25 °C
11
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 30 °C
47
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 20 °C
12
 Mila Min 16 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 27 °C
47
Accueil |Nationale |

LA RÉUNION INFORMELLE DE L'OPEP SE TIENT AUJOURD'HUI À ALGER

Téhéran douche le baril

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Téhéran douche le baril

L'Iran préfère que la décision finale qui sera prise aujourd'hui ne soit adoptée que lors du sommet qui se tiendra en novembre prochain à Vienne.

C'est en principe la seule voix dissonante de la réunion informelle qui se tient aujourd'hui à Alger. Les réactions des principaux pays producteurs, la Russie et l'Arabie saoudite notamment, indiquent que l'on est à deux doigts de déboucher sur un accord «historique» ou qui, à défaut, en surprendra plus d'un. Une réduction de la production est clairement évoquée. Les Emirats arabes unis (EAU) se sont prononcés en faveur d'un gel de la production mondiale de pétrole pour soutenir les cours et certains délégués de l'Opep pensent que la réunion des pays producteurs à Alger cette semaine (aujourd'hui, Ndlr) pourrait déboucher sur un accord visant à réduire l'offre et stabiliser le marché, écrit Reuters dans une dépêche datée du 26 septembre. «Pour nous, aux Emirats arabes unis, il faut prendre une décision.
Nous pensons qu'un gel sera bénéfique s'il fait l'objet d'un accord. Nous espérons que nous nous mettrons tous d'accord», a confié le ministre émirati de l'Energie, Souhail ben Mohamed al Mazroui à ce même média. Toute solution «consensuelle» est la bienvenue renchérit le ministre irakien du pétrole. «L'Irak soutient toute action et tout effort de nature à préserver l'équilibre du marché pétrolier et à hisser les cours du pétrole», a déclaré Jabar Laïbi avant le coup d'envoi de la 15ème session du Forum international de l'énergie.
Le chef de file du cartel qui a été sévèrement impacté à tel point qu'il a pris la décision de réduire les salaires des membres de son gouvernement s'est montré disposé à soutenir toute position qui favoriserait la stabilité des prix du pétrole. «L'Arabie saoudite soutient toute position qui garantit la stabilité des prix», a affirmé, hier, le ministre saoudien de l'Energie, de l'Industrie et des Ressources minières, en marge de la 15ème édition du Forum international de l'énergie. «Je demeure optimiste sur la base des fondamentaux du marché qui prennent la bonne direction, et aussi sur le fait que les producteurs parviennent à une vision commune», a indiqué Khaled Al-Faleh tout en ajoutant: «Nous nous rangerons à l'avis général des producteurs.» La Russie qui a jugé «réaliste» de réduire sa production de 5% pour éponger le surplus de 3 millions de barils par jour qui noie le marché ne compte pas baisser les bras pour mettre tout ce beau monde sur la même longueur d'onde. «Nous espérons un dialogue constructif avec les pays de l'Opep qui s'apprêtent à discuter de la situation sur le marché et concernant les volumes de production», a indiqué le ministre russe de l'Energie, Alexander Novak, pour tenter de redresser les cours de l'or noir. «Nous menons des discussions avec les autres producteurs sur les prix», a-t-il précisé.
Une belle symphonie si l'on excepte la fausse note iranienne. La République islamique d'Iran préfère que la décision finale qui sera prise aujourd'hui ne soit adoptée que lors du sommet qui se tiendra en novembre prochain à Vienne en Autriche. «L'Iran préfèrerait que la réunion de mercredi se limite à des concertations entre les pays membres de l'Opep sur la production de l'organisation et que la décision finale soit adoptée lors de la rencontre de Vienne en novembre prochain», a affirmé le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zanganeh dans une déclaration à la presse à quelques encablures du début de la 15ème conférence du Forum international de l'énergie.
Le marché qui apparemment possède une mémoire sélective ne semble avoir entendu que cette voix. Résultat: les prix ont carrément décroché. Hier vers 13h30 à Alger, le cours du baril de «light sweet crude»(WTI), référence américaine du brut, cédait 1,29 dollar pour s'échanger à 44, 64 dollars sur le contrat pour livraison en novembre au New York Mercantile Exchange (Nymex). Aux environs de 11h00 heure, heure algérienne, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 46,73 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 62 cents par rapport à la clôture de lundi dernier. «A chaque fois que l'on se rapproche d'un accord, celui-ci semble s'éloigner... Cela plombe les prix du pétrole», a indiqué Phil Flynn de Price Futures.
L'Iran a incontestablement douché le baril, mais donne l'impression de vouloir infléchir sa position après que son ministre du pétrole a été reçu par le Premier ministre Abdelmalek Sellal. «M. Sellal estime qu'il est nécessaire de réagir pour rééquilibrer le marché et nous avons promis de suivre cette voie», a fait savoir Bijan Namdar Zanganeh. Rien n'est joué apparemment...

Pour sa contribution à la transition énergétique
Ségolène Royal encense l'Algérie

La ministre française de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, Ségolène Royal a salué hier, à Alger la contribution de l'Algérie dans la réflexion concernant la transition énergétique. «Nous avons parlé de la conférence de Paris sur le climat, et j'ai remercié le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, de l'engagement de l'Algérie pour sa réussite et sa contribution dans la réflexion concernant la transition énergétique», a indiqué Mme Royal, dans une déclaration à la presse, au terme de l'audience que lui a accordée le Premier ministre, en marge du Forum international de l'énergie (FIE qui se déroule au Centre international des conférences (CIC) Abdellatif Rahal. Mme Royal a ajouté que M. Sellal lui avait assuré que l'Algérie allait ratifier l'accord «très prochainement», relevant qu'elle était «vraiment enchantée» parce que «c'est très important cet effet d'entraînement» sur l'Afrique que peut jouer l'Algérie par rapport aux enjeux climatiques. «Tout le monde est frappé par les effets des changements climatiques et ils sont très importants. C'est en relevant ces défis qu'on crée des activités, notamment dans l'investissement dans l'industrie de l'eau, des déchets, du renouvelable et c'est là le segment positif du changement climatique», a-t-elle estimé.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha