Accueil |Nationale |

TAYEB ZITOUNI L'A DÉCLARÉ HIER À LA RADIO

"François Hollande est nostalgique de l'Algérie française"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Des discussions au sujet du rapatriement des crânes de résistants algériens détenus en France sont en cours.

Lors de son passage à la Chaîne 1 de la Radio nationale, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a indiqué que «les récentes déclarations de François Hollande, intervenant en pleine campagne électorale pour la présidentielle française, contredisent celles exprimées lors de son premier mandat et lors de sa visite en Algérie effectuée en 2012». «Il me semble que certains politiques français demeurent encore nostalgiques de l'Algérie française et que «la France développe un complexe par rapport à un seul pays qui est l'Algérie qui a arraché son indépendance au prix d'un suprême et énorme sacrifice», a-t-il ajouté en faisant allusion aux propos tenus par François Hollande dans le livre Un président ne devrait pas dire ça. «Cet acharnement contre la révolution algérienne est suscité par les positions diplomatiques constantes de l' Algérie par rapport à diverses questions et conflits internationaux ainsi que par rapport à la décision de diversifier ses fournisseurs prise par les autorités algériennes sur le plan économique», a-t-il estimé. Il a regretté, «le nouveau coup de froid dans les relations algéro-françaises suite aux déclarations ambiguës des officiels français». «Je regrette la dégradation des relations algéro-françaises durant ces derniers temps à cause des déclarations qui affectent les liens de confiance qu'on a pu tisser ces dernières années entre les deux pays pour régler certains problèmes en suspens», a-t-il indiqué. Le ministre des Moudjahidine a décelé un certain «embrouillement dans la politique française». Il a noté, toutefois, la constance de l' Algérie dans ses positions et surtout sa fierté vis-à-vis de son Histoire». A titre de rappel, selon les deux journalistes du Monde, Fabrice Lhomme et Gérard Davet ayant rapporté l'échange que François Hollande a eu avec Vladimir Poutine dans le livre Un président ne devrait pas dire ça..., le président russe aurait dit à son homologue français que «de toute façon, les terroristes,(...), ce sont les mêmes qui vous ont fait la guerre en Algérie». Et Hollande de rétorquer: «Mais moi je discute avec ceux qui nous ont fait la guerre en Algérie!». Le ministre a expliqué que «les relations entre les deux pays ne peuvent atteindre un niveau acceptable que lorsque les différents problèmes posés seront résolus». Il a affirmé que «des discussions au sujet du rapatriement des crânes de résistants algériens détenus en France sont en cours à travers le département des Affaires étrangères et de nos représentations diplomatiques en France». Il a rappelé «l'installation de commissions spécialisées autour de l'indemnisation des victimes des essais nucléaires et de la restitution des archives de la période coloniale et des disparus au nombre de 2000 selon le premier recensement». «Un moudjahid avait dit: entre nous et la France, il y a des montagnes de crânes et des rivières de sang qu'on ne peut oublier du jour au lendemain. Dernièrement, nous avons tissé des relations pour régler des problèmes qui restent posés et qui resteront posés jusqu'à ce qu'ils soient solutionnés...». «À ce moment-là, on peut dire que la relation entre les deux pays est normale», a-t-il avancé.Pour lui, la France n'a pas vraiment changé. «Certains responsables et politiques français se comportent avec l'Algérie de la même manière qu' avec d'autres pays du Maghreb, d'Afrique maintenus sous leur protectorat». «Ils ordonnent et les autres obéissent. C'est ce qu'ils n'ont pas trouvé et c'est ce qu'ils ne trouveront pas en Algérie», a-t-il tranché.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha