Accueil |Nationale |

BOUIRA

La DUC comme rempart à l'investissement

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Des investisseurs attendent depuis des mois les permis de construire pour concrétiser leurs projets et recruter des milliers de jeunes...

Plusieurs investisseurs et entrepreneurs locaux sont montés au créneau pour dénoncer l'inertie qui prévaut au niveau des services de la direction de l'urbanisme et de la construction de Bouira. Ces pourvoyeurs d'emploi voient leurs projets buter sur des arguments qui ne tiennent pas la route selon eux. «On refuse de nous signer des permis de construire pour une histoire de POS, de gabarit et je ne sais quelle autre raison», conteste un promoteur. Les services de cette direction manquent de cadres qualifiés après le départ à la retraite de Houacine Djamel et Belarbi, deux compétences avérées. Signalons que lors de la journée d'étude sur l'investissement organisée par la wilaya au début de la semaine dernière, les présents et unanimement, ont reproché à la direction son inertie et ses retards dans la délivrance des permis de construire pour les projets au niveau de la zone industrielle d'Oued El Berdi et des agglomérations pour les projets d'habitat. Ce manque d'initiative a été aussi constaté par l'actuel wali de Tébessa, M.Bouguerra Ali qui de son temps avait chargé les directeurs des travaux publics et celui de l'agence foncière du dossier des aménagements urbains des diverses localités de la wilaya suite aux retards constatés alors dans la réalisation de ces programmes. Pour les plaignants, la raison essentielle de cette situation qui contredit les directives du gouvernement est due à un manque d'initiative au niveau de cette direction de l'urbanisme et de la construction. Le ministre de tutelle a été saisi à maintes reprises et l'arrivée d'un nouveau wali, décidé à faire bouger les choses, demeure le seul espoir de voir la situation s'améliorer et nos projets concrétisés», déclare un promoteur. Ce rempart à l'investissement serait derrière le départ de l'industriel Ival qui a préféré rejoindre Relizane après avoir attendu longtemps son permis de construire à Bouira. C'est le cas aussi pour le groupe Cevital qui devait installer son unité de verre après avoir clôturé l'espace pour plusieurs milliards de centimes, mais qui a fini par repartir ailleurs. Ces délocalisations sont une perte sèche pour la wilaya de Bouira. Les nouveaux responsables à la tête de la wilaya, le wali et son SG, qui manifestent une volonté explicite pour relancer l'investissement devraient commencer par assainir les rangs de l'administration en charge d'assister ces industriels et promoteurs. L'ouverture d'un guichet unique ne suffit pas quand un industrielpointe chaque semaine pour une audience avec la direction et qu' il repart bredouille au motif que le responsable n'est pas là. Alors que les pouvoirs publics appellent à l'initiative et au compter sur soi pour chaque région, des investisseurs attendent depuis des mois les permis de construire pour concrétiser leurs projets et recruter des milliers de jeunes.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha