Accueil |Nationale |

ENTRE LARBI OULD KHELIFA ET MOHAMED DJEMAI

Le courant ne passe plus

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les deux hommes ont eu une altercation sous les yeux du représentant du gouvernement et des députés des autres formations.

Le courant ne passe plus entre les deux hommes. Entre le président de l'APN, Larbi Ould Khelifa et le chef du groupe parlementaire, Mohamed Djemai, les hostilités ont commencé. Les deux responsables lavent leur linge sale en public. La séance d'examen du projet de loi portant sur la circulation routière a connu une altercation en live et sous les yeux du représentant du gouvernement et des députés des autres formations. Pourtant, il s'agit des problèmes internes du parti ou de l'assemblée qui doivent faire l'objet d'une discussion à part, les deux hommes ont du mal à faire la part des choses. En effet, le chef du groupe parlementaire, Mohamed Djemai, dans son intervention à la plénière a demandé un point d'ordre pour contester le refus du président de l'Assemblée d'être accompagné lors de son déplacement prochainement en Chine par le président du groupe parlementaire d'amitié, Nacer Latrache vu qu'il était proche auparavant de Ali Benflis. En guise de réponse, Ould Khelifa a déclaré: «Vous n'êtes qu'un simple député.» Ce qui a provoqué l'ire du président du groupe parlementaire. Ce dernier a balancé discrètement un mot à Ould Khelifa, lequel a pris le soin de le déchirer sous les regards de l'assistance poussant son adversaire à quitter l'hémicycle. Avant la levée de la séance, le président de l'Assemblée a réagi avec force en accusant le chef du groupe parlementaire de le menacer de vider l'hémicycle. «Il n'est pas chef du groupe parlementaire, c'est un simple député», a-t-il affirmé. Cet incident qui s'est produit à l'intérieur de l'institution législative démontre que les cadres du FLN ne sont pas prêts d'enterrer la hache de guerre. Bien au contraire, cela démontre que l'ère des règlements de comptes a bien commencé. Selon des indiscrétions, le président de l'Assemblée ne tolère plus les agissements du chef du groupe parlementaire qui impose son diktat au sein du carré du parti. Connu pour être proche de l'ancien secrétaire général, Amar Saâdani, Djemai semble avoir perdu de poids au sein du groupe parlementaire FLN. Ce différend entre les deux responsables du parti au sein de l'APN a déstabilisé sérieusement les élus du même parti en renouant de nouveau avec les histoires de clans. Les deux hommes donnent une mauvaise image du parti. Alors que le nouveau secrétaire général, Djamel Ould Abbès tente de recoller les morceaux en mettant fin aux hostilités, les deux hommes règlent leurs comptes au vu et au su de tout le monde. Ce comportement qui intervient à quelques mois des échéances électorales risque de nuire à l'image du parti. Djamel Ould Abbès serait certainement en colère sur l'attitude de ses représentants. Depuis son arrivée à la tête du FLN, il fait de la réunification des rangs son cheval de bataille. Dès sa désignation au poste de secrétaire général, il a lancé un appel à tous les contestataires pour consolider les rangs du parti en ouvrant ses portes au dialogue. Ce dernier a annoncé dès le départ qu'il ne procédera à aucun changement ni exclusion des cadres pour ne pas ouvrir davantage la plaie. Sachant que tout assainissement de la situation du FLN pourrait amener un effritement en son sein, Ould Abbès s'est épargné un véritable casse-tête chinois.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha