Accueil |Nationale |

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

Les listes du FLN fermées aux ministres

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
le siège du flnle siège du fln

Le patron du FLN qui multiplie des rencontres ces derniers jours, présidera, aujourd'hui, une réunion des mouhafedhs au siège du parti.

Les actuels ministres ne seront pas autorisés à se présenter aux élections législatives pour éviter d'éventuel recours à l'utilisation des biens et moyens de l'Etat dans leur campagne électorale, selon une source au sein de la direction du parti. C'est le président du parti, le chef de l'Etat qui a tranché cette question, selon la même source. Ainsi, ni Abdelmalek Boudiaf ni Abdelwahab Nouri ou encore Boujema Talai et d'autres ministres en exercice, ne pourront se porter candidats aux législatives d'avril prochain. Cela laissera en évidence la porte grande ouverte aux anciens ministres qui se positionnent d'ores et déjà pour piloter les listes du parti aux prochaines législatives. Les contacts avec le chef de file des redresseurs, Abdelkrim Abada, «restent au stade de discussions». «Les partisans de l'ancien secrétaire général du parti, Amar Saâdani, constituent un vrai facteur de blocage et un grain de sable dans le processus de remise de l'ordre, de la discipline, de changements et de réforme au FLN», indique un ancien cadre dirigeant du parti. «Choisir une nouvelle équipe appropriée est une condition sine qua non pour remettre le parti sur les rails», indique-t-on. Dans ce contexte, les contacts avec les redresseurs sont au point mort. Contrairement à ce qui est avancé, ce groupe n'est pas officiellement intégré dans aucune instance du parti ni encore moins dans la commission d'étude et de prospective, présidée par le ministre de l' Agriculture, Abdesslam Chelgham. Cette commission chapeautera l'opération du contrôle des listes électorales des législatives prochaines. Selon Abdelkrim Abada, «certes, il y a eu plusieurs rencontres avec le secrétaire général, mais aucune décision concrète relative à la définition des modalités de l'intégration n'est à l'ordre du jour, alors que le temps nous presse». «Si on persiste sur cette lancée, les redresseurs seront contraints de changer leur position», regrette-t-il. Le patron du FLN qui multiplie des rencontres ces derniers jours, présidera, aujourd'hui, une réunion des mouhafedhs au siège du parti. Une réunion du bureau politique s'est tenue aussi mercredi dernier. Cette réunion a été précédée par une autre rencontre de la commission des études et prospective à laquelle ont pris part de nombreux anciens ministres, à l'image de Abderrachid Boukerzaza, ex-ministre de la Communication, Saïd Barkat, ex-ministre de la Santé, également de l'Agriculture et du Développement rural, El Hadi Khaldi, ex-ministre de l'Enseignement et de la Formation professionnels, Abdelaziz Ziari, ex-ministre de la Santé, Rachid Harraoubia, ex-ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ainsi que d'autres. A titre de rappel, après l'évaluation de tous les secteurs de gestion du parti, dont celui de la communication et de l'information, Djamel Ould Abbès a désigné un nouveau conseiller en information et en communication, à savoir l'ancien ministre de la Poste et des TIC, Moussa Benhamadi, en remplacement de Hocine Khaldoune, chargé de la communication du parti sous Saâdani. Ce dernier, qui a refusé son nouveau poste de chargé des affaires juridiques, auquel il a été affecté, a claqué la porte, en dénonçant les décisions unilatérales du secrétaire général.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha