Accueil |Nationale |

«DOUNIA PARC» TRANSFORMÉ EN UNE FERME PILOTE

Un peu de vert dans le bitume

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Après la reprise du contrôle par la wilaya d'Alger de la gestion du parc, cet espace est choisi pour abriter le projet de ferme piloteAprès la reprise du contrôle par la wilaya d'Alger de la gestion du parc, cet espace est choisi pour abriter le projet de ferme pilote

Un projet «pionnier» visant à aménager cette superficie en un espace de loisirs et à y planter des agrumes et des oliviers, outre des plantes odoriférantes et médicinales.

Concilier l'espace vert et les loisirs dans la capitale, est le projet phare lancé par le gouvernement au début des années 2000, à travers Dounia parc, dans la commune de Dély Ibrahim à Alger, qui ressemblait à un désert en pleine capitale. Il fallait donc attendre l'attribution de la gestion du Dounia parc à la direction des parcs et des sports de la wilaya d'Alger au mois d'août dernier pour que les choses bougent.
Une décision qui a été prise par le premier ministre Abdelmalek Sellal, et ce, après les déclarations du ministre du tourisme Abdelouahab Nouri et ses cris au scandale en lançant un pavé dans la mare, «64 hectares du Dounia parc avaient été attribués illégalement et clandestinement». Après la reprise du contrôle par la wilaya d'Alger de la gestion du parc, cet espace choisi pour abriter le projet de ferme pilote adopté par la wilaya d'Alger à la fin 2016, a vu le lancement du plan d'aménagement d'espaces de loisirs et de plantation d'agrumes et d'oliviers.
Un projet «pionnier» visant à aménager cette superficie en un espace de loisirs et à y planter des agrumes et des oliviers, outre des plantes odoriférantes et médicinales dont l'étude d'aménagement de cet espace est confiée au Bureau national d'études pour le développement rural (Bneder). Khaled Benmohamed, directeur des études au Bneder indique que le projet d'exploitation de la superficie «Dounia parc» de 156 ha, dont le sol correspond parfaitement aux normes requises pour l'application du plan «Agriparc», alliant des espaces agricoles et de loisirs dans un style architectural particulier, un «espace idéal» pour la réalisation d'un tel projet offrant toutes les commodités de divertissement et de loisirs aux familles algéroises. Un projet qui s'inscrit dans le cadre d'une large approche adoptée par la wilaya d'Alger depuis 2014 sous l'appellation «Agriparc». Un premier projet pilote du genre sur le double plan national et africain, et «nous examinerons la possibilité de généraliser l'expérience aux autres parcs à travers le territoire national», selon ce responsable du Bneder. La protection de cet espace vert, parmi les rares dans la capitale, est devenue une urgence au moment où le bitume pousse partout dans les quartiers et étouffe la vie de ces nombreuses familles à la recherche d'un endroit idéal pour s'évader.
Le Bneder a effectué une étude de sol et selon les premières données, ces superficies sont adaptées à la culture d'agrumes et d'oliviers, et à la promotion de l'activité agricole artisanale qui implique la production de lait et dérivés et l'élevage du bétail, a précisé Benmohamed.
La direction des forêts de la wilaya d'Alger indique à travers son premier responsable Baâziz Noureddine qu'elle avait déjà procédé à la plantation d'oliviers sur près de huit hectares en attendant des conditions climatiques favorables pour poursuivre la plantation d'une série d'arbres à des fins scientifiques et pédagogiques. Outre la question de la protection de cet espace vert, le projet a également des finalités commerciales et économiques, à travers la production d'olives, d'agrumes, le développement de l'apiculture et autres.
Enfin, le bureau d'études agricole annonce une bonne nouvelle pour les familles algéroises et affirme à travers son directeur qu'il procèdera prochainement à «une étude» sur les 23 fermes recensées à Alger, et ce, en collaboration avec le Schéma national d'aménagement du territoire (Sdat), les communes, les circonscriptions administratives ainsi que les associations, les professionnels et les investisseurs.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha