Prévisions pour le 22 Octobre 2018

 Adrar Min 21 °C Max 31 °C
28
 Laghouat Min 9 °C Max 24 °C
34
 Batna Min 10 °C Max 19 °C
34
 Biskra Min 16 °C Max 27 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 11 °C Max 21 °C
30
 Alger Min 16 °C Max 24 °C
39
 Saïda Min 11 °C Max 22 °C
30
 Annaba Min 17 °C Max 22 °C
47
 Mascara Min 12 °C Max 22 °C
30
 Ouargla Min 15 °C Max 30 °C
28
 Oran Min 16 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 20 °C Max 30 °C
28
 Tindouf Min 20 °C Max 23 °C
39
 Khenchela Min 11 °C Max 18 °C
34
 Mila Min 13 °C Max 22 °C
39
 Ghardaïa Min 14 °C Max 27 °C
28
Accueil |Nationale |

CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME

Mme Sid Lakhdar élue présidente

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Cette institution est composée de 38 membres, sur la base du pluralisme institutionnel et sociologique.

Mme Sid Lakhdar Benzerrouki Fafa, présidente du tribunal administratif d'Alger, est élue à la tête du Conseil national des droits de l'homme, avant-hier, une nouvelle institution à la place de la commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme. En effet, le parcours de cette femme est aussi riche, car elle est la première femme algérienne a avoir rejoint le tribunal criminel en 1983, vice-présidente et présidente de la chambre administrative et civile jusqu'à septembre 1996, date à laquelle elle est promue conseillère à la chambre administrative de la Cour suprême puis présidente de section au Conseil d'Etat depuis sa création en juin 1998 jusqu'en 2010, avant de devenir présidente du tribunal administratif d'Alger en 2010, elle a occupé également le poste de juge international au tribunal administratif de la Ligue arabe en mars 2014. Mme Sid Lakhdar Benzerrouki Fafa est la seule femme à avoir réussi à intégrer cet espace qui est réservé à la gent masculine depuis sa création en 1966. La nouvelle élue à la tête de cet organisme va-t-elle réussir ce que son prédécesseur n'a pas pu faire! En effet, la mission de Mme Sid Lakhdar s'annonce difficile dans un contexte où le pays est accablé d'une série de rapports négatifs sur la situation des droits de l'homme en Algérie. Elle est appelée à consentir plus d'efforts pour dégraisser l'image du pays à l'international et d'oeuvrer pour la promotion et la préservation des droits de l'homme en garantissant la liberté d'expression, d'opinion et de rassemblement, les droits d'opposition politique, la liberté de manifester pacifiquement et la liberté du culte et de la pensée. Une mission qui s'annonce difficile mais pas impossible si elle serait accompagnée d'une volonté politique. D'ailleurs c'est l'objectif principal de cette nouvelle institution qui est constitutionnalisée à la faveur de la révision de la Loi fondamentale en février 2016.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha