Accueil |Nationale |

EN RAISON D'UNE ALIMENTATION DÉSIQUILIBRÉE

50% des Algériennes sont obèses

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
50% des Algériennes sont obèses

Cinq millions d'Algériens souffrent d'insuffisance rénale dont le quart en stade final.

L'obésité en Algérie touche plus de 50% de femmes et 36% d'hommes a affirmé jeudi le professeur Nacira Meziani, du Centre de cancérologie Pierre et Marie-Curie, lors d'une rencontre organisée à Alger à l'occasion de la «Journée mondiale du rein». Les néphrologues communicateurs qui se sont succédé, ont tous mis en garde contre ce «tueur silencieux», facteur négatif provoquant des insuffisances rénales sérieuses chez l'individu. A l'horizon 2030, la planète Terre comptera 3,3 milliards d'obèses, soit 50% environ de la population mondiale, un vrai «défi» pour les néphrologues qui font ainsi face à des complications des insuffisances rénales chez l'être humain. Les facteurs génétiques sont, dans 40% à 70%, à l'origine de l'obésité, dont un mode alimentaire déséquilibré, riche en sucre et en gras, très répandu actuellement dans les sociétés modernes. En Algérie, il y a cinq millions d'insuffisants rénaux, dont le quart (1,25 million), se trouve à un stade final qui nécessite une greffe rapide du rein pour éviter la mort. C'est sur ce constat grave que la Fédération internationale des fondations du rein a retenu comme thème cette année, «Rein et obésité: une vie saine pour des reins sains», pour la célébration, jeudi 09 mars 2017, de la douzième édition de la Journée mondiale du rein. Il a été informé que près de 03% du budget de la santé sont destinés à la prise en charge de l'insuffisance rénale chronique et de la transplantation en Algérie. Selon la Fédération internationale des fondations du rein, un adulte sur 10 dans le monde, souffre d'une affection rénale, soit près de 600 millions de personnes. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit une augmentation de la prévalence de la maladie rénale chronique de 17% dans les 10 ans à venir. Plusieurs études ont démontré que la propagation du phénomène de l'obésité peut provoquer les maladies cardiovasculaires, le cancer et aussi l'insuffisance rénale. Il est à noter que six greffes de reins de cadavres ont déjà été réalisées en 2006 à Constantine.
La première greffe rénale eut lieu le 12 juin 1986. Aussi, la relance d'une campagne de sensibilisation à ce sujet permettrait de sauver des milliers de vie, estime-t-on.
Le docteur Alaa-Eddine Lasfar, néphrologue à l'Etablissement public hospitalier (EPH) de M'sila a mis l'accent sur l'importance de lutter contre le phénomène de surpoids et appelé à l'organisation de campagnes de sensibilisation à cet effet. Le docteur Nassim Kassa de l'EPH d'El Menaâ a, pour sa part, recommandé la prise en charge de l'obésité chez le patient qui doit subir une greffe du rein, pour lui éviter un éventuel rejet du greffon.
Le président de la Fédération nationale des insuffisants rénaux (Fnir), Mohamed Boukhers, a regretté de son côté, que quelque 700 patients de la wilaya d'Alger soient contraints de bénéficier de soins à domicile, appelant les autorités concernées, notamment le ministère de la Solidarité nationale, à aider cette catégorie de patients.
Cette rencontre scientifique a été organisée par les laboratoires U.S. «Amgen» en collaboration avec la Société algérienne de néphrologie dialyse et transplantation (Sandt) que préside le professeur Mustapha Hammouche.
Y a notamment pris part le Pr Bernard Canaud du CHU de Montpellier (France) et néanmoins spécialiste en néphrologie en Allemagne.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha