Accueil |Nationale |

19 MARS 1962 IL Y A 55 ANS IL SIGNAIT LES ACCORDS D'ÉVIAN

L'inoubliable Krim Belkacem

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
L'inoubliable Krim Belkacem

Il aura incarné à lui seul toutes les fièvres et les soubresauts qui auront jalonné le Mouvement de libération nationale, et particulièrement l'une de ses étapes les plus cruciales, la fin du PPA-Mtld et la chute de son chef historique, Messali Hadj.

La date du 19 mars vient rappeler à moins de deux mois des élections législatives, le
dur combat et le long chemin qui ont conduit l'Algérie à l'Indépendance. Un message posthume délivré à ceux qui ambitionnent d'occuper pour cinq ans un siège au sein du palais Zighout-Youcef à un moment où la cohésion nationale est plus que jamais à l'ordre du jour. Le nom de Krim Belkacem demeure à ce titre une référence et reste intimement lié à cette Algérie une et indivisible dont ont rêvé lui et ses compagnons d'armes. Retour sur des négociations qui auront duré plus de dix mois. Elles auront lieu aux Rousses, près de la frontière suisse... Il sera question de mettre fin à une colonisation féroce qui a duré plus de 130 ans. Les pourparlers peuvent commencer, mais sans témoin. Que veut-on cacher au monde? Cette plaie béante qui s´appelle Algérie, solidement accrochée et tatouée au fronton de la patrie des droits de l´homme? Ou bien, tout simplement, la détermination farouche d´indépendance d´une poignée de jeunes Algériens emmenés par celui que l´on surnomma «le Lion des djebels»?
A ce moment-là, personne ne savait que le sort du mythe de l´Algérie française serait définitivement scellé le 18 mars 1962 à l'hôtel du Parc, à Évian-les-Bains (en Haute-Savoie, France). L´homme qui préside la délégation algérienne est entouré de compagnons de lutte, jeunes et brillants. Krim Belkacem et son équipe, composée de Mohamed Seddik Benyahia, Réda Malek, Tayeb Boulahrouf, Ahmed Boumendjel, Saâd Dahlab et Ahmed Francis, ne cèderont pas d´un pouce. Krim Belkacem annonce la couleur. Il sera sans concession. Comme à la première heure. Celle où il a décidé de se donner corps et âme pour l'indépendance de cette terre qui l'a vu naître. Son combat portera l'empreinte de ses ancêtres berbères. Celle de Massinissa et de Jugurtha. Il livrera sa dernière bataille contre l'ennemi. Pour une Algérie libre. De Tamanrasset à Alger. d'El Kala à Maghnia... C'est autour de cet objectif atteint au prix de sacrifices et du don de soi que s'est forgée l'unité du pays en proie aujourd'hui à des divisions nées de débats à caractère «sécessionniste» voilant à peine des intérêts individuels. Un combat que devraient méditer ceux qui allégrement et en toute inconscience, ont tendance à hypothéquer cette liberté arrachée par de jeunes Algériens sortis à peine de l'adolescence, qui n'ont pas hésité un seul instant à faire don de leur vie. C'est dans cette lignée que s'inscrit le parcours de Krim Belkacem. Celui d´un homme qui aura tenu le maquis près de dix ans avant le déclenchement de la guerre de Libération nationale, le 1er Novembre 1954.Il aura incarné à lui seul toutes les fièvres et les soubresauts qui auront jalonné le Mouvement de libération nationale, et particulièrement l´une de ses étapes les plus cruciales, la fin du PPA-Mtld et la chute de son chef historique, Messali Hadj. Héros de la guerre de Libération nationale. Krim Belkacem, symbolise à plus d'un titre, l´un des plus fabuleux combats menés par un révolutionnaire algérien contre le colonialisme français et l'impérialisme, pour la liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes... Le nif et le baroud. Sa vie se résume à un foisonnement d´espoirs et de désillusions qui ont mené l´Algérie à la liberté. Il aura donné sans compter et sans calcul à une patrie martyrisée pour qu´elle retrouve sa dignité. Elle ne le lui a rendu que mesquinement.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha