Prévisions pour le 15 Novembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 23 °C
32
 Laghouat Min 9 °C Max 15 °C
28
 Batna Min 5 °C Max 17 °C
30
 Biskra Min 16 °C Max 23 °C
23
 Tamanrasset Min 12 °C Max 25 °C
30
 Tlemcen Min 8 °C Max 15 °C
30
 Alger Min 13 °C Max 20 °C
30
 Saïda Min 9 °C Max 16 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 20 °C
28
 Mascara Min 10 °C Max 17 °C
39
 Ouargla Min 15 °C Max 26 °C
32
 Oran Min 12 °C Max 21 °C
39
 Illizi Min 13 °C Max 30 °C
32
 Tindouf Min 12 °C Max 22 °C
32
 Khenchela Min 6 °C Max 16 °C
30
 Mila Min 10 °C Max 20 °C
12
 Ghardaïa Min 11 °C Max 19 °C
32
Accueil |Nationale |

EN PLUS D'UNE SÉCURITÉ RETROUVÉE, LA VILLE DE ROUIBA S'EMBELLIT

L'Eden à l'est d'Alger

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Une vue aérienne de RouibaUne vue aérienne de Rouiba

Cette commune de l'est d'Alger a retrouvé la sécurité et la convivialité qui faisaient sa renommée. Cette plaisance a été agrémentée par un embellissement sans précédent. Appréciez-plutôt...

Jadis appelée la Petite Suisse pour son bon vivre, la ville de Rouiba avait perdu de sa splendeur ces dernières années. Cette commune de la banlieue Est tombait en ruine peu à peu, avec des routes aux mille trous, des ordures qui s'accumulaient...Même le symbole de la ville qu'est la mairie a été fermée pour insalubrité, les services communaux ont dû emménager dans une salle de... sport! Une déliquescence qui avait engendré de vrais problèmes d'insécurité, avec de la déliquescence urbaine en tous genres tels que le trafic de drogue qui se faisait en plein jour, notamment au niveau du jardin public. Néanmoins, depuis une année cette petite ville, qui ne cesse de grandir, est en train de retrouver sa lueur d'antan.
«La sécurité est de retour avec un nouveau chef de la police qui a déclaré la guerre aux délinquants», souligne Nazim, un amoureux de la ville. «Ce mois de Ramadhan en est la meilleure preuve, avec des familles, des hommes seuls ou des femmes seules qui pavanent dans les rues jusqu'à après le s'hour. On peut laisser nos maisons ouvertes, nos voitures dehors sans crainte. Mieux encore, même les marchés informels qui «noyaient» la ville ont été débarrassés», poursuit-il d'un air des plus soulagés. «On commençait à croire que nous vivions dans le Bronx, tellement un climat d'insécurité s'était installé. D'ailleurs, il y a deux ou trois ans la ville devenait morte dès la tombée de la nuit, même durant le mois de Ramadhan», rapporte Bouchra, une dame, une Rouibéenne pure et dure. «Durant ce mois sacré, je peux vous dire qu'il n'y a pas de place où circuler.
Les gens se sentent vraiment en sécurité, on vient même des communes avoisinantes pour faire un peu de marche dans notre chère petite ville», atteste-t-elle. Rouiba retrouve donc la sécurité et la convivialité qui faisaient sa renommée. Toutefois, il n'y a pas que la sécurité qui rassure Nazim, Bouchra et ceux qu'on surnomme les «anciens». Cette plaisance a été agrémentée par un embellissement sans précédent. Les services de la commune, à leur tête un petit groupe d'élus, se sont battus pour lancer ce que les habitants ont fièrement nommé les travaux d'Hercule. «Plus de 261 programmes touchant les différents domaines, ont été lancés en 2017», a fait savoir, Houari Nadia, vice-présidente chargée du social et du culturel. «Une enveloppe de 600 milliards de centimes a été dégagée pour changer le visage de la ville», rétorque de son côté Boussedia Abderrahmane, président de la commission des marchés. Le premier défi que Nadia, Abderahmane et leurs acolytes ont réussi était la réhabilitation du jardin public de Rouïba. Laissé à l'abandon après un massacre écologique «mené» par une ancienne équipe d'élus, le jardin a été fermé au grand public devenant un lieu de débauche par excellence. Ce jardin botanique qui s'étale sur plusieurs hectares et qui renferme une riche variété florale, dont certaines espèces rares sont protégées par les conventions internationales, a réouvert ses portes pour redevenir le paradis qu'il était! Un mini «Central-Park» avec des bambins qui s'amusent en face des joggeurs et des pique-niqueurs. Qui aurait cru, il n'y a pas si longtemps que de jeunes Rouibéens pouvaient aller faire du «footing» ou piquer un petit somme dans ce jardin sans aucun problème? Après la réussite de ce projet, ces élus étaient en position de force pour mener à bien la mission consistant à métamorphoser Rouiba. «200 milliards de dinars ont été dégagés pour les travaux d'embellissement», fait savoir Abderrahmane Boussedia. Les façades des bâtiments ont reçu un coup de peinture, les trottoirs sont en train d'être refaits avec des bordures qui permettent le drainage de l'eau, l'éclairage public a été refait à neuf... «Cela ne s'est pas concentré que sur le centre-ville, mais même les petits villages qui étaient à l'abandon depuis l'indépendance. C'est la première fois, que leurs maisons bénéficient de l'assainissement, qu'ils ont des routes dignes de ce nom et de l'éclairage public», ajoute-t-il. Les différentes routes menant vers la ville ont été dédoublées afin de diminuer la circulation. Des espaces verts et des espaces de loisirs pour enfants sont aussi en train d'être aménagés dans les quartiers de Rouiba, à l'instar du grand terrain de sport qui a été créé à la sortie de la ville sur la bretelle d'El Hamiz. En parlant de loisirs, la bibliothèque de la ville est en train de faire peau neuve en s'agrandissant pour se transformer en centre culturel où il y aura même un studio d'enregistrement et une grande salle de spectacle. «Un grand parc d'attractions est en projet», avoue Nadia Houari qui précise que cela n'aurait pas pu être mené à bien sans l'aide du wali d'Alger, du wali délégué et du chef de la police de la commune qui a déployé ses hommes pour aider la commune à récupérer des espaces indûment occupés. L'abattoir de la ville qui empoisonnait les riverains avec les odeurs nauséabondes qu'il dégageait a été déplacé, l'espace qu'il occupait a été confié aux pompiers afin qu'il aient enfin une caserne digne de ce nom. Et quand on voit ce que les hommes d'El Habiri ont fait du côté de Aïn Naâdja on ne peut être que confiant quant à l'embellissement qu'apportera cette caserne qui se situera dans un coin stratégique. Surtout qu'elle sera traversée par le plus grand boulevard d'Algérie qui deviendra bientôt le plus beau, selon les appréciations du wali d'Alger. Il s'agit du boulevard Larbi Khaled qui traverse la ville d'Est en Ouest avec une série de palmiers qui seront bientôt agrémentés par de magnifiques fleurs. Bref, Rouiba est en train de devenir le nouvel Eden d'Alger...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha