Accueil |Nationale |

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE ANNABA

Le plan d'urgence de Necib

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Juguler le stress hydrique dans la régionJuguler le stress hydrique dans la région

Une action qui passe, outre la diversification des ressources en eau, par la configuration des réseaux d'approvisionnement, entre autres instructions données par le ministre des Ressources en eau.

Telles sont les recommandations du commis de l'Etat, aux responsables de son secteur lors, de sa tournée de deux jours, à Annaba et El Tarf. Une visite ponctuée par plusieurs haltes, dont la station de pompage «Les Salines» où la présentation du schéma directeur du réseau de l'ADE de Annaba, a permis au commis de l'Etat d'avoir un aperçu sur ce service public. Sur place, le ministre a insisté sur la réhabilitation, l'exploitation des eaux superficielles et la diversification des ressources en eau, entre autres.
«Ces actions constituent une sécurisation de l'approvisionnement des populations en eau potable», a insisté Hocine Necib. En soulignant que «la configuration des réseaux d'approvisionnement en eau n'est pas assez sécurisée. Un volet traduisant la volonté de prendre les choses avec sérieux» Des propos sous-entendant la défaillance de la gestion de son secteur. D'ailleurs, Hocine Necib ne s'est pas gêné de reconnaître la mauvaise gestion de l'ADE à Annaba. Une vérité imputée à l'ex-Seata. S'agissant du projet de dessalement de l'eau de mer de la ville de Annaba, le ministre a fait savoir qu'il est à l'ordre du jour. Il est rappeler que ce projet, datant de 2004, d'une capacité de 100.000 m3/j, devait, après réalisation, assurer une autre source d'approvisionnement en eau et une sécurisation pour le secteur à Annaba, depuis la commune de Chatt. Poursuivant son inspection, Hocine Necib s'est rendu sur les chantiers respectifs de fonçage des forages. Ces travaux consistent en la réhabilitation de la conduite de traitement et de récupération des eaux usées dans la localité de Seybouse, dont les eaux seront destinées à la couverture des besoins du complexe sidérurgique Sider d'El Hadjar. A Oued Nil et Kherazza, dans la commune d'El Bouni, Necib a inspecté les chantiers de fonçage de puits lancés dans ces localités dans le cadre d'un projet global comprenant 27 puits. 11 d'entre eux seront réalisés à court terme et quatre déjà en chantier. Ces derniers seront réceptionnés dans deux mois et permettront la mobilisation de 15.000 m3 d'eau/ j. S'agissant des chantiers de réhabilitation de la conduite de refoulement des eaux usées, les exposés présentés au ministre, ayant trait notamment aux transferts des eaux usées épurées vers le complexe sidérurgique El Hadjar, Necib s'est montré intransigeant. «Il faut tout faire pour que le complexe soit alimenté en eau, l'entité ne doit pas perdurer dans l'arrêt de production», a instruit le ministre en insistant sur l'impérative autonomie du complexe en matière d'eau. Un point sur lequel les responsables concernés ont affirmé que le volume d'eau nécessaire pour le complexe sera mobilisé dans les prochains jours, après la réhabilitation de la canalisation Mexsa-Lehnichet et le fonçage de forages. Concernant les premières mesures pour contrecarrer la crise, le ministre a mis en avant le plan d'urgence mis en place par les pouvoirs publics pour faire face à cette crise de l'eau dans la wilaya. Dans ce sens, l'homme a pressé les responsables de l'ADE pour la concrétisation du plan d'urgence adopté pour faire face à la pénurie d'eau affectant les populations tout autant que le complexe d' El Hadjar. Notons que ce plan d'urgence pour l'alimentation en eau potable de la wilaya de Annaba, mis en branle récemment par les pouvoirs publics afin de juguler un stress hydrique dans la région, contient sept points consistant en la réhabilitation des champs de captage de Bouteldja incluant 32 forages, l'entrée en production de ces champs de captage en mars 2018 procurant un apport de 35.000 m3/j. Aussi, le plan consiste en la réhabilitation et au dédoublement de la conduite Mexsa-Lahnichet sur 22 km pour assurer un apport en eau estimé à 35.000 m3/j dès décembre 2017. Il est également retenu la réalisation de 11 nouveaux forages pour un débit de 15.000 m3/j dont cinq sont déjà en cours de développement et seront livrés d'ici fin octobre 2017. Il est également retenu la réhabilitation des champs de captage Les Salines composés de six forages pour un débit de 13.500 m3/j, avec la sectorisation et la réparation des fuites pour mieux maîtriser la distribution. Il est compris dans ce plan d'urgence la réhabilitation des stations de traitement de Meksa et de Chaïba pour un montant de 150 millions DA et la réhabilitation de 13 stations de pompage au niveau de la wilaya de Annaba. Au deuxième jour de sa visite d'inspection à Annaba et avant de se rendre dans la wilaya d'El Tarf, le ministre a procédé à la mise en service de huit réservoirs d'eau destinés à l'amélioration de l'alimentation en eau potable du centre-ville de Annaba. D'une capacité globale de 24 700 m3 les huit réservoirs dont deux nouveaux d'un montant de 650 millions ont été alloués dans le cadre de la stratégie adoptée par les pouvoirs publics, pour promouvoir la qualité du service public.
Les six autres réservoirs ont fait l'objet de travaux de mise à niveau. Ces infrastructures hydriques valorisées par le ministre comprennent aussi deux stations de pompage qui vont permettre l'adaptation et l'amélioration du système d'approvisionnement en eau potable pour les populations du centre-ville. Au deuxième jour de sa visite Necib a inspecté la station de traitement des eaux Mexsa-Lahnichet et la station de pompage Bounamoussa-Zerizer. Au barrage de Maxsa, le ministre a constaté la baisse du volume d'eau et, a fait savoir que «pour le gouvernement la priorité c'est l'eau», annonçant la télégestion par satellite, c'est-à-dire à distance qui est désormais en application pour contrôler le niveau des barrages. «Une station flottante entrera incessamment en service pour le barrage de Chaffia», a annoncé le ministre. C'est là, la détermination de l'Etat à trouver les solutions au problème d'eau et à assurer l'approvisionnement des populations de Annaba entre autres», devait-il préciser, en ajoutant: «La concrétisation du plan d'urgence a nécessité la mobilisation d'une enveloppe financière de trois milliards de dinars». Tout au long de sa visite le ministre des Ressources en eau n'a cessé de rappeler aux responsables de son secteur dans les deux wilayas, les impératifs de la vision adéquate du secteur, à savoir un parc de forage pour assurer les réserves d'eau, le dessalement de l'eau de mer et le mégastockage, entre autres impératifs de la politique du secteur. Estimant à sa juste mesure, la crise de l'eau dans 16 wilayas du pays, au plus fort degré la wilaya de Annaba, le ministre a fait savoir que «l'Etat est déterminé à mobiliser tous les moyens nécessaires pour rétablir et sécuriser l'approvisionnement en eau potable à Annaba comme dans d'autres wilayas qui vivent la même situation», a conclu Necib. En attendant la concrétisation des visions du gestionnaire du département des ressources en eau, Annaba a besoin d'une alimentation urgente en eau potable, car le plan d'urgence spécial eau, retenu pour parer à la crise ne semble pas aboutir. Puisque le retour à la normale de l'approvisionnement en eau potable à Annaba, annoncé par Hocine Necib durant les prochaines 24h, n'a pas eu lieu et jusqu'à la mise sous presse, la pénurie est toujours de mise.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha