Accueil |Nationale |

GROGNE AU FLN

La protesta a gagné du terrain

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La protesta a gagné du terrain

«Certains candidats ne sont même pas adhérents, ils ont été installés à des places privilégiées par leurs parents. Nous exigeons de la direction nationale une intervention pour sanctionner ces affairistes de la politique», nous dira un manifestant.

L'annonce de la composante humaine des listes de candidature pour les élections du 23 novembre prochain n'ont pas encore livré tous leurs secrets du moins dans les rangs des grosses cylindrées et des favoris que sont les partis de l'alliance présidentielle. Le mécontentement et la protestation a commencé à gagner du terrain. Hier c'est la mouhafadha de l'ex-parti unique qui était la destination des «militants» mécontents. Les enfants de chouhada affiliés à la Coordination locale des enfants de chouhada (Cnec), ainsi que des membres de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM), des élus et des militants de la base sont venus la matinée occuper l'esplanade en face du siège pour exiger le départ du sénateur mouhafedh, des membres de la commission de candidature et l'annulation des listes jugées avoir été établies sur la base d'affinités familiales. «Certains candidats ne sont même pas adhérents, ils ont été installés à des places privilégiées par leurs parents. Nous exigeons de la direction nationale une intervention pour sanctionner ces affairistes de la politique», nous dira un manifestant. Sur une pancarte accrochée à l'entrée il était clairement lisible «Ziane (sénateur, mouhafedh, Ndlr) dégage!».
Le malaise qui gangrène le FLN de Bouira concerne aussi l'autre parti en course, le RND dont la tête de liste APW ne fait pas l'unanimité. Les manifestants d'hier, décidés à faire entendre leurs voix affirment que les deux formations sont devenues des «entreprises familiales». «Nous n'acceptons pas ces listes, où figurent les noms des membres de la famille de certains députés. Ils n'ont jamais milité au sein de notre formation, ils ont été placés têtes de liste ou figurent dans un classement privilégié. Ce sont des pratiques honteuses», s'exclame un candidat malheureux à l'APW de Bouira, qui affirme avoir été 4e de la liste et que par un «mystérieux truchement», il s'est finalement retrouvé éjecté de la liste déposée la veille du dépôt final des listes à la Drag. «Nous demandons à Ould Abbès des comptes sur la confection et la validation de ces listes, qui arrangent uniquement les intérêts de certaines personnes au détriment de la base», ajoute notre interlocuteur. A défaut, ces militants réservent une surprise le jour du vote. Connaissant les pratiques de ce parti et de ses adhérents, cette manifestation sera suivie par d'autres, mais au final tout le monde repartira tranquille chez lui et le FLN et le RND se partageront la majorité des communes et les sièges des APW.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha