Accueil |Nationale |

GASPILLAGE ALIMENTAIRE EN ALGÉRIE

Un gâchis qui coûte 35 milliards d'euros

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le pain, un des produits les plus consommés par les Algériens, il demeure par conséquent, exposé à un fort taux de gaspillageLe pain, un des produits les plus consommés par les Algériens, il demeure par conséquent, exposé à un fort taux de gaspillage

Près de 60% de ces produits sont majoritairement de première nécessité et sont subventionnés par l'Etat.

A l'heure où les Algériens se plaignent de la hausse des prix des produits de large consommation, le gaspillage alimentaire lui, a atteint son apogée. Ce gâchis est évalué à plus de 35 milliards d'euros annuellement. Ce chiffre édifiant a été avancé par le coordinateur régional de l'Union générale des commerçants et artisans algériens, Abed Mead (Ugcaa). Il a indiqué par ailleurs, que près de 60% de ces produits sont majoritairement de première nécessité et sont subventionnés par l'Etat. Parmi lesquels vient en premier le pain, qui est jeté en très grandes quantités dans les bennes à ordures. Il rappelle en outre que des milliers de dinars sont dépensés par le gouvernement pour importer le blé inhérent à la production de ce dernier. C'est ce qui a d'ailleurs fait de l'Algérie l'un des premiers pays acheteurs de blé.
Dans le même sillage, le représentant de l'Ugcaa a expliqué qu'à tous les produits alimentaires jetés quotidiennement, s'ajoutent les frais de traitement et de collecte de ces déchets. Ce qui constitue, selon lui, un vrai fardeau pour le gouvernement, affirmant qu'en moyenne une valeur de 10 milliards de dinars de produits subventionnés, sont gaspillés chaque mois.
Constatant de ce fait que l'Algérien n'a pas encore rompu avec cette mauvaise habitude. Habitude qui revient en force, notamment durant le mois sacré du Ramadhan, où des quantités abondantes, bien plus que ce qu'il en faut, d'aliments en tous genres, finissent généralement dans des poubelles. Il a déploré en outre, l'absence d'une culture d'orientation du citoyen dans ce sens, dont le mode de consommation change de façon permanente. Revenant encore sur le pain, Abed Mead souligne qu'étant donné le fait, que c'est l'un des produits les plus consommés par les Algériens, il demeure par conséquent, exposé à un fort taux de gaspillage. Il a indiqué dans ce sens, que pendant le mois de Ramadhan, plus de 50 millions de baguettes de pain sont produites quotidiennement. L'on devine assez aisément où une bonne partie va finir. Pour remédier à cela, il estime qu'il est impératif de revoir complètement la politique en la matière. Il a justement révélé que l'Algérie a importé l'équivalent de deux milliards de dollars de blé durant l'année écoulée.
Ce qui lui a valu d'être classée mondialement parmi les plus grands pays importateurs de blé. S'agissant du gaspillage des produits autres qu'alimentaires, le représentant officiel de l'Union générale des commerçants, Tahar Boulenouar a indiqué de son côté qu'au cours des six derniers mois, près de quatre milliards de dollars d'articles de contrefaçon, ont été importés de Chine. Il s'agit principalement des produits cosmétiques et d'appareils électroniques, dont beaucoup sont jetés parce qu'ils ne fonctionnent pas, sachant que les coûts de leur fabrications sont très dispendieux, a-t-il insisté.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha