FACE À LA CONCURRENCE DES PAVILLONS ÉTRANGERS

Air Algérie élabore un plan B

Air Algérie a du mal à décoller
Air Algérie a du mal à décoller

Avec l'arrivée en force des compagnies étrangères, il est plus que jamais question de renforcer le pavillon national.

Air Algérie revoit ses plans en vue d'atteindre une meilleure performance et efficacité économique et assurer un service à la hauteur des attentes de ses clients. Ce plan B semble en tout cas être suggéré par Bakouche Alleche, P-DG de la compagnie aérienne nationale. A en croire ce responsable, le pavillon national prend la mesure de la concurrence internationale. La compagnie a enregistré une baisse du chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année en cours dans le sillage de «la concurrence des compagnies aériennes desservant l'Algérie», a-t-il indiqué, à Alger. L'arrivée d'un nombre important de nouvelles compagnies aériennes concurrentes sur le marché algérien s'est traduite par une prise des parts du marché par ces transporteurs, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse tenue à l'issue de la rencontre annuelle entre Air Algérie et ses partenaires-agences de voyages au nombre de 506. Elles sont actuellement, une vingtaine de compagnies concurrentes qui activent en Algérie. Air Algérie a certainement cumulé des pertes financières du fait du recul du nombre de passagers transportés. Ce nombre a «globalement diminué» en 2017, a en effet relevé Bakouche sans toutefois donner l'ordre de grandeur de la baisse du chiffre d'affaires qui lui est conséquente. En dépit de ces aléas auxquels fait face Air Algérie, Bakouche a néanmoins affirmé que la situation financière de cette entreprise était «équilibrée» et qu'elle a entrepris le remboursement des prêts obtenus auprès d'un consortium de banques publiques ainsi que du Fonds national d'investissement FNI pour l'achat d'avions. Il a précisé à ce titre qu'Air Algérie rembourse 4 milliards de dinars/an et qu'à l'horizon 2020, elle aura remboursé 12 milliards de dinars. Interpellé sur une éventuelle augmentation des tarifs des billets, Alleche a expliqué que la compagnie n'échappera pas aux conséquences de la dépréciation de la monnaie nationale ajoutant qu' «il faut trancher entre les charges et les tarifs» tout en prenant en considération l'offre et la demande. A l'en croire, les coûts des billets sont établis en fonction de la concurrence et des coûts des charges de la compagnie. Il a fait savoir par ailleurs que cette compagnie nationale enregistrait actuellement un taux de ponctualité moyen de 72%, et table sur un taux de plus de 80% dans les deux prochaines années. Concernant l'évaluation de l'opération de e-paiement, lancée en octobre 2016, le responsable de la division commerciale d'Air Algérie, Zoheir Houaoui, a fait savoir que l'achat des billets par ce mode de paiement n'avait pas atteint le niveau escompté. Le même responsable a fait savoir que l'accord portant installation au niveau de cette compagnie aérienne d'un système intégré de gestion des passagers plus performant serait opérationnel en début décembre 2017. Pour rappel, cet accord a été signé en mai dernier entre Air Algérie et le groupe international Amadeus IT, spécialisé dans les systèmes de réservation et de la vente des services de voyage. Ce nouveau système remplacera le système de réservation actuel des vols qui a montré ses limites suite aux progrès technologiques enregistrés ces dernières années. Baptisé «Passenger services system», ce système va permettre une gestion automatique de la billetterie, de l'émission des billets, de l'enregistrement, du e-paiement, du service Web et du programme de fidélisation d'Air Algérie. Il permettra aussi une gestion automatique de l'inventaire de la compagnie et de ses revenus ainsi que la mise en place d'un système d'intelligence économique, un outil d'aide à la gestion qui permet à Air Algérie d'être à l'écoute de sa clientèle. L'autre avantage est la plus grande collaboration entre Air Algérie et les intermédiaires agréés et agences de voyages, et ce, en partageant la même plate-forme de réservation de billets et de vente des produits de voyage. Le chiffre d'affaires de la compagnie est passé de 10,8 milliards de dinars en 2015 à 13,6 milliards de dinars en 2016. Les 82 meilleurs agences intermédiaires agréées avec qui collabore Air Algérie représentent 40% du chiffre d'affaires généré ainsi par ce réseau intermédiaire.