Accueil |Nationale |

MENACES AUX FRONTIÈRES EST DU PAYS

L'ANP sur le pied de guerre

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
L'Algérie possède une expérience incontestable dans la lutte antiterroristeL'Algérie possède une expérience incontestable dans la lutte antiterroriste

Nos sources n'écartent pas le retour d'Al Qaïda en Afrique de l'Ouest dans la mesure où la Somalie est devenue une porte d'entrée de terroristes en provenance de Syrie.

Une importante stratégie avec un plan d'action a été entreprise par les forces de sécurité pour couper court à toutes formes de soutien aux groupes terroristes qui refusent de répondre au processus de paix. Dans ses investigations, l'Armée nationale populaire cible les groupes de soutien. Un nombre important a été arrêté au courant de l'année en cours. La dernière opération fait état de l'arrestation de trois à Skikda et Sétif. Notons au passage que les forces de l'ANP ont établi une liste d'une douzaine de terroristes en provenance de Sétif qui sont activement recherchés. Selon les informations, ceux-là même ont émigré vers les maquis de l'Est, alors qu'une autre liste de candidats aux attentats kamikazes a été actualisée évaluant le nombre de kamikazes entre 10 et 12. Pour des sources sécuritaires, ces listes peuvent être changées car les services de sécurité sont en train de mettre à jour les donnes sécuritaires et la cartographie des groupes terroristes dans la mesure où ces criminels ont procédé à des changements dans la structuration de leur organisation terroriste, qui tentent d'agir au profit de Daesh. Un nouvel émir d'ailleurs vient d'être nommé à la tête de Djound El Khilafa, un ancien de katibet El Ahouel. Il s'agit, selon nos sources, d'un certain Mohamed Faouzi. B, alias Aboujaffar El Afghani. Ce dernier est originaire de Sidi Bel Abbès, né en 1970. Ce n'est pas le seul et dernier renseignement, confient nos sources, puisque un nouveau chef terroriste qui s'est donné le nom de Mokhtar Ben Mokhtar Ben Omor Akouri, un Tunisien né le 23 octobre 1985 à Sidi Bouzid a été nommé à la tête de katibet El Mourabitoune composée d'une alliance entre «les signataires par le sang» de Mokhtar Belmokhtar donné pour mort et «Al Qaïda au Maghreb islamique», de Abdelmalek Droukdel alias Abou Mossaâb Abdel Wadoud. Une alliance créée justement dans le but de faire barrage à Daesh. La menace terroriste, selon nos sources, même si elle a échoué comme l'a souligné le vice-ministre de la Défense nationale Ahmed Gaïd Salah, reste importante, dans la mesure où l'organisation terroriste Daesh n'est pas loin des frontières sécuritaires. Nos sources confirment que la nébuleuse est à seulement 75 km, soit Ghadamès en Libye. Ce qui complique davantage la situation c'est la non-reconnaissance par les tribus libyennes du gouvernement qui n'est pas en mesure d'assurer la protection des frontières. Nos sources proposent d'impliquer les tribus dans les négociations, d'autant plus que ces dernières détiennent un lot d'armement important puisé dans les casernes de la défunte armée libyenne. La Libye reste à ce titre une menace potentielle, au même titre que le Mali qui gagne du temps pour appliquer les accords d'Alger profitant d'une situation instable avec le facteur étranger dans la région. La plate-forme d'Alger, selon nos sources, n'arrange pas l'armée étrangère sur le territoire malien, mais aussi le Maroc qui oeuvre pour déstabiliser le nord du Mali. Nos sources n'écartent pas le retour d'Al Qaïda en Afrique de l'Ouest dans la mesure où la Somalie est devenue une porte d'entrée des terroristes en provenance de la Syrie et l'Irak. L'on compte des Syriens, Tunisiens et Irakiens dont l'envoi est prévu au nord du Mali. Cette menace est certes préoccupante, mais pas que pour l'Algérie dont les frontières nord sont ouvertes sur la Méditerranée, mais aussi pour l'Europe. L'Algérie qui possède une expérience incontestable dans la lutte antiterroriste ne manquera pas de prendre les mesures nécessaires et indispensables comme l'avait souligné le vice-ministre de la Défense nationale avec détermination comptant sur l'appui et le concours du peuple pour la préservation de la sécurité et la stabilité du pays, souligne la revue El Djeich, qui considère également dans son éditorial «la citoyenneté comme étant un des maillons de l'approche globale visant à faire face aux défis internes et externes». La revue souligne aussi que «l'ANP a franchi des pas importants dans les domaines de la formation, de l'équipement et de la préparation au combat, tout comme elle a atteint un haut niveau de disponibilité qui la rendent apte à relever les défis dans différents domaines, à défendre la souveraineté nationale ainsi qu'à préserver la sécurité et la stabilité du pays et du citoyen en s'appuyant sur le concours du peuple algérien d'où elle puise sa force, sa détermination, consacrant ainsi pleinement le concept de citoyenneté qui constitue un des maillons de l'approche globale visant à faire face à tous les défis stratégiques sur les fronts interne et externe». La revue ne manquera pas de brosser un tableau sur les opérations de l'ANP durant les mois passés et notamment sur la cérémonie présidée, le 18 septembre au Polygone central de l'air de Hassi Bahbah, par le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, marquant la dernière phase de l'opération de destruction du stock restant de mines évalué à 5970 mines. A travers ce processus, l'Algérie réitère, souligne-t-on dans l'éditorial, «sa volonté de tenir ses engagements internationaux, dont celui relatif à la convention d'Ottawa qu'elle a ratifiée». L'ANP a réussi à déterrer et à détruire, précise l'auteur, «près de 9 millions de mines, aussi bien celles disséminées par l'occupant français que le stock détenu par l'Algérie, et à dépolluer plus de 62.000 hectares de terres agricoles, rendant ainsi l'espoir et la sérénité à des milliers de citoyens, particulièrement ceux résidant le long des bandes frontalières Est et Ouest du pays». On ne manquera pas non plus de préciser lors du coup d'envoi de la nouvelle année d'instruction 2017-2018, par laquelle «l'ANP poursuivra la mission de préparation au combat en toute détermination et rigueur dans le but d'atteindre des avancées continues en matière de développement à tous les niveaux», la maîtrise des éléments de nos forces armées dans l'exploitation et l'utilisation des différents systèmes d'armes ainsi que des équipements en service. Dans ce contexte il est souligné «les succès obtenus par l'ANP reposent sur la disponibilité d'une ressource humaine compétente et qualifiée dès lors que cette dernière constitue la pierre angulaire de toute démarche de développement.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha