Accueil |Nationale |

BOUIRA

Une campagne ça s'active

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La multiplication des sorties du wali vers les communes les plus démunies s'inscrit dans cet effort à sensibiliser les citoyens à participer et à exprimer leur choix.

La seconde semaine de la campagne pour les locales du 23 novembre se caractérise par une nette accélération et un rythme plus dense. En effet et depuis dimanche dernier, les cafés ne désemplissaient point. Les candidats ont opté pour un travail de proximité sans limites. Certains, avec un culot sans égal, n'ont pas hésité à faire du porte-à-porte avec des jeunes filles chargées de convaincre les électrices à rallier leurs camps respectifs. Dans une précédente édition nous avons rapporté les appréhensions des citoyens face à l'affichage et les graffitis anarchiques. Comme lors de toutes les échéances électorales antérieures, certains partis continuent à salir les murs en placardant partout leurs affiches, voire à écrire en utilisant la peinture, partout.
L'ensemble des formations en course aux communales et à l'Assemblée populaire de wilaya multiplie les rencontres et les rassemblements à travers les quatre coins de la wilaya. Hier, le RCD a fait appel à son secrétaire national qui a animé un meeting dans le fief de la formation, Haizer. Bouguerra Soltani de son côté s'est déplacé à Bouira où il a rencontré les partisans de son parti à la Maison de la culture Ali Zaâmoum. Amara Benyounès en direction vers Sétif a choisi Bouira juste pour prendre un café dans un grand hôtel et confié la mission de sensibilisation à ses têtes de listes.
Le FAN de Djamel Benabdeslam aussi multiplie les sorties et le leader pour l'APW a animé une rencontre à Chorfa dimanche dernier. C'est aussi le cas pour les listes du parti des jeunes qui sillonne la wilaya en quête de voix. Le FLN compte sur ses relais locaux et les permanences ouvertes dans les 45 communes. Le RND de son côté semble avoir privilégié le silence et un travail en coulisse. En attendant la probable venue de son secrétaire national, le Premier ministre Ahmed Ouyahia, le RND se limite à des actions directes évitant les grands meetings. Cette manière de faire est pour les plus initiés en relation avec la composante des listes qui ne fait pas l'unanimité, même dans les rangs du parti. «Cette situation profitera au frère ennemi qui dispose d'un électorat fidèle et partisan», nous confie un ex-membre de l'APW d'obédience RND. Le FFS aussi préfère le travail de proximité. Ce sont les têtes de la liste APC de Bouira et celui de l'APW qui ont programmé un rassemblement pour sensibiliser les troupes au niveau de la place publique du chef-lieu de wilaya. L'énigme reste le taux de participation. Au regard du désintéressement manifesté tout au long de la campagne, ce dernier peut être important. Comme pour la participation, les résultats sont difficiles à pronostiquer. La multiplication des sorties du wali vers les communes les plus démunies s'inscrit dans cet effort à sensibiliser les citoyens à participer et à exprimer leur choix. Cette bonne volonté est malheureusement contrée par le nomadisme politique devenu une habitude qui, par jurisprudence, ne choque plus, mais est utilisé par l'anti-vote comme argument à son appel à l'abstention. Les dernières législatives et le nombre impressionnant de bulletins blancs et bulletins nuls sont un message qui n'aura servi à rien puisque bon nombre de partis et listes sont composés d'éléments qui errent d'une formation à une autre sans aucun respect pour les principes et les programmes.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha