Accueil |Nationale |

A L'INVITATION DU SECRÉTAIRE D'ETAT AMÉRICAIN REX TILLERSON

Messahel ce 17 novembre à Washington

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le ministre des Affaires étrangèresLe ministre des Affaires étrangères

La réunion regroupera les ministres des Affaires étrangères d'une quarantaine de pays, des chefs d'entreprise africains et américains ainsi que les responsables des principales institutions américaines.

Le ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel se rendra le 17 novembre prochain à Washington où il participera à la Conférence ministérielle sur le commerce, la sécurité et la gouvernance en Afrique. Invité par le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, Messahel présentera l'expérience algérienne en matière de lutte contre le terrorisme, les politiques de dé-radicalisation et de lutte Réconciliation nationale ainsi que le processus d'ancrage de la démocratie en tant qu'antidote au discours de l'exclusif et de l'exclusion, étranger aux valeurs de la société algérienne. Ce sont des thématiques largement abordées dans des rencontres internationales à Alger et même ailleurs dans le monde et où l'expérience algérienne a été appréciée et saluée. Abdelkader Messahel abordera certainement avec les responsables américains la situation au Sahel davantage compliquée par ce «retour téléguidé» d'éléments djihadistes aguerris au combat en Syrie et en Libye. Pour de nombreux observateurs, cette situation justifie à elle seule une pénétration militaire croissante des Etats-Unis en concurrence avec d'anciennes puissances coloniales, dont la France et, nouvelles, comme la Chine et la Russie. Prise dans cet engrenage, l'Algérie ne risque-t-elle pas de subir les contrecoups de cette rivalité des puissances dans la région?
Le rendez-vous intervient dans un contexte marqué par un sérieux débat sur l'avenir sécuritaire de l'Afrique et plus particulièrement au niveau du Sahel.
«Les Etats-Unis attendent beaucoup de la contribution de l'Algérie aux débats prévus lors de cette réunion, notamment sur les questions de la sécurité, la lutte contre le terrorisme», a déclaré le sous-secrétaire d'Etat adjoint américain aux Affaires africaines, Donald Yamamoto, lors de sa rencontre, jeudi dernier, avec l'ambassadeur d'Algérie à Washington, Madjid Bouguerra.
Etant l'objet de toutes les convoitises, le continent Afrique est un enjeu géostratégique majeur au XXIe siècle avec plus de 25% de la population mondiale, d'importantes ressources non exploitées.
L'axe de la dynamisation de la croissance de l'économie mondiale devrait se déplacer de l'Asie vers l'Afrique.
La réunion de ce 17 novembre à Washington abordera certainement ce dossier. Elle regroupera les ministres des Affaires étrangères d'une quarantaine de pays, des chefs d'entreprise africains et américains ainsi que les responsables des principales institutions américaines. C'est la première grande manifestation de l'administration Trump envers le continent africain.
Auparavant, le ministre Abdelkader Messahel prendra part le 15 novembre au Caire à la réunion ministérielle tripartite Algérie-Egypte-Tunisie sur la Libye. Cette rencontre, qui fait suite à la réunion tripartite d'Alger de juin dernier, permettra aux trois ministres de passer en revue les derniers développements survenus dans ce pays et d'examiner l'ensemble des facteurs susceptibles d'être mis à contribution pour favoriser le règlement rapide de la crise dans le cadre de l'Accord politique libyen du 17 décembre 2015.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha