Accueil |Nationale |

MALGRÉ LES FACILITÉS ACCORDÉES AUX EXPORTATEURS

La filière datte en butte à des obstacles

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La datte algérienne sur le marché international a du mal à se faire une placeLa datte algérienne sur le marché international a du mal à se faire une place

Des spéculateurs fixent des prix élevés. Ce qui décourage de nombreux exportateurs à acheter le produit et par voie de conséquence affaiblit l'attractivité de la datte algérienne sur le marché international.

Au moment où les participants à une journée d'étude consacrée à la promotion des exportations hors hydrocarbure organisée jeudi dernier, à Batna ont affirmé que l'Etat algérien a accordé des facilitations aux opérateurs versés dans ce créneau d'activité, le président de l'association des exportateurs de dattes de la wilaya de Biskra a estimé, le même jour, depuis Biskra, que la promotion des exportations de la filière phoenicole reste tributaire de la suppression des obstacles rencontrés sur le terrain. Deux approches qui révèlent que dans le domaine des exportations hors hydrocarbures, il reste encore des segments qui ont besoin de correctif. Côté jardin: le président de l'Association nationale de exportateurs algériens (Anexal), Ali Bey Nasri, l'a démontré dans son intervention, lors de cette journée d'étude organisée par la Chambre de commerce et d'industrie Aurès(Ccia), en marge de la 3ème édition du Salon national de la production, souligné que les douanes algériennes sont devenues un «véritable partenaire des exportateurs». Et cela «grâce aux facilités accordées aux opérateurs économiques algériens, notamment en termes de rapidité de procédures» a précisé le président de l'Anexal. Il a considéré ce pas comme étant positif pour tous ceux qui souhaitent se lancer dans l'exportation. De son côté, le directeur commercial de la compagnie algérienne d'assurance et de garantie des exportations (Cagex), Hocine Saâdi a évoqué les facilités accordées par l'Etat algérien en matière d'assurance et de garantie des exportations et des services fournis aux opérateurs économiques désireux d'exporter à l'étranger par le biais de cette société qui accompagne les exportateurs et les protège contre tout risque, pouvant menacer leurs intérêts au niveau des marchés étrangers.
Ce même responsable a également déclaré que cette compagnie est implantée à travers plusieurs directions régionales, à savoir à Alger pour les wilayas du Centre, à Annaba pour celles de l'Est, à Sétif pour les Hauts-Plateaux et à Oran pour la région Ouest, et ce, en attendant l'ouverture d'une autre direction régionale pour les villes du Sud à Biskra. Et c'est dans cette ville que le côté cour se dévoile. En effet, les exportateurs de dattes de la wilaya de Biskra font face à de multiples problèmes. Interrogé à la veille de l'ouverture du Salon international des dattes de Biskra sur la réalité des exportations de dattes, Ghomri a affirmé à l'APS que les problèmes posés aux exportateurs dans la filière sont attribuables à un cruel manque d'organisation, déplorant à ce sujet la présence de nombreuses personnes intruses qui sont derrière l'instabilité des prix. «Ces spéculateurs fixent des prix élevés, chose qui décourage de nombreux exportateurs à acheter le produit et qui, par conséquent, affaiblit l'attractivité de la datte algérienne sur le marché international», a-t-il ajouté.
Abordant la question de l'acheminement de la marchandise vers l'étranger, il a affirmé qu'il était difficile pour les exportateurs de trouver un moyen de transport au moment où ils le souhaitaient, avant d'expliquer que cette situation écornent leur image auprès de leur clients étrangers qui préfèrent se tourner vers d'autres sources d'approvisionnement. Ghomri considère que la levée de ces obstacles passe par une réorganisation de la filière et du marché local en les débarrassant des spéculateurs et en limitant le nombre d'acteurs impliqués dans l'exportation du produit.. Il faudrait également, a-t-il ajouté, mettre à la disposition des exportateurs des moyens de transports de manière permanente, et notamment des moyens de transport maritime, ce qui permettra d'assurer la continuité de ce commerce. Sur ce volet, il y a lieu de faire savoir que le premier fret aérien destiné à l'exportation des produits agricoles, à partir de l'aéroport international Mohamed Khider de Biskra est prévu pour le 4 décembre prochain. C'est ce qu'a annoncé mercredi dernier le président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI-Ziban), Abdelmadjid Khobzi. Toujours selon ce même responsable, ce premier convoi aérien de près de 20 tonnes de produits agricoles de la région des Ziban (dattes, poivre, courgette et aubergine) seront exportées vers Marseille (France). «Cette initiative concrétise les efforts menés par les autorités de la wilaya en coordination avec Air Algérie et la Chambre de commerce et d'industrie dans la perspective de commercialiser les produits nationaux et d'aider l'émergence des agents économiques algériens sur les marchés internationaux», a enfin indiqué le président de la CCI-Ziban.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha