Prévisions pour le 16 Octobre 2018

 Adrar Min 22 °C Max 32 °C
34
 Laghouat Min 13 °C Max 18 °C
12
 Batna Min 11 °C Max 16 °C
11
 Biskra Min 17 °C Max 21 °C
11
 Tamanrasset Min 18 °C Max 31 °C
34
 Tlemcen Min 10 °C Max 16 °C
12
 Alger Min 13 °C Max 23 °C
47
 Saïda Min 9 °C Max 15 °C
39
 Annaba Min 18 °C Max 23 °C
47
 Mascara Min 11 °C Max 18 °C
39
 Ouargla Min 20 °C Max 27 °C
28
 Oran Min 17 °C Max 22 °C
11
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 16 °C Max 31 °C
23
 Khenchela Min 11 °C Max 15 °C
11
 Mila Min 15 °C Max 20 °C
39
 Ghardaïa Min 15 °C Max 22 °C
39
Accueil |Nationale |

DJAMEL KAOUANE REÇOIT LE SG DE LA LIGUE DES OULÉMA, PRÊCHEURS ET IMAMS DES PAYS DU SAHEL

La communication pour contrer l'extrémisme

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La communication pour contrer l'extrémisme

Les ouléma, imams et prêcheurs des pays du Sahel doivent impérativement user des moyens de communication modernes afin de contrer la menace de l'extrémisme religieux et violent.

L'extrémisme est en mutation rapide. Pour le contrer, il faut une adaptation aussi rapide. Autrement dit, la lutte contre les idéologies extrémistes et les discours violents qui ont recours actuellement au Web et les réseaux sociaux, doit user des mêmes supports de communication. C'est pour permettre à la Ligue des ouléma, prêcheurs et imams des pays du Sahel d'atteindre cet objectif que le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, a reçu hier son secrétaire général, Youcef Belmehdi. Selon un communiqué du ministère de la Communication, Djamel Kaouane «a écouté, durant cet entretien, un exposé de Youcef Belmehdi sur les activités de la Ligue des ouléma du Sahel dont les principes sont la coexistence pacifique avec les autres religions et le rejet de toutes sortes d'extrémismes». L'audience a également permis de «passer en revue les moyens susceptibles d'être mis en oeuvre par la communication pour vulgariser et promouvoir le message de tolérance et de modération prôné par cette association», précise la même source. Il faut dire que les ouléma, imams et prêcheurs des pays du Sahel ont une importante mission à accomplir, celle de lutter par l'information et la sensibilisation contre l'extrémisme religieux dans la région. Ces derniers doivent impérativement donc user des moyens de communication modernes afin de réussir leur campagne de sensibilisation. Afin de concrétiser cette mission préventive pour contrer la menace de l'extrémisme religieux et violent, et mener à bien cette lutte en amont, la Ligue a mis en place un programme prévoyant une intervention des imams et prêcheurs sur le Web et les réseaux sociaux. Cette «incursion» des membres de la Ligue dans le monde virtuel, va permettre de faire un travail de contre-propagande barrant la route aux cellules dormantes de groupes extrémistes qui endoctrinent et recrutent des victimes sur les réseaux sociaux. L'autre terrain sur lequel la Ligue des ouléma, prêcheurs et imams des pays du Sahel, veut peser, est celui des universités. Il est à rappeler qu'en octobre dernier, la Ligue en collaboration avec le Centre africain d'études et de recherches sur le terrorisme (Caert) a convenu d'élaborer un programme de formation des imams et prêcheurs africains. Le programme prévoit de faire bénéficier les Africains de l'expérience algérienne en matière de prévention de l'extrémisme violent et du terrorisme. La Ligue avait, auparavant, organisé, le premier cycle de formation des imams membres de la Ligue, lequel a porté sur des thématiques telles que «l'optimisation de l'utilisation des médias» par les imams et les prêcheurs, «la réforme en islam» et «le rôle de la zakat et du wakf dans la résorption des problèmes sociaux». Créée en janvier 2013 à Alger, la Ligue des ouléma, prêcheurs et imams du Sahel s'emploie à diffuser la culture de la paix et à bannir la violence et l'extrémisme dans cette région. Elle regroupe des ouléma, prêcheurs et imams des pays de la région membres de la Ligue, à savoir l'Algérie, la Mauritanie, le Mali, le Nigeria, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad, ainsi que trois pays observateurs au titre du Processus de Nouakchott, à savoir la Côte d'Ivoire, le Sénégal et la Guinée.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha