Accueil |Nationale |

EMMANUEL MACRON

Le président qui bouscule les lignes

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Ceux qui l'ont approché affirment qu'il est doté d'une très grande capacité à attirer la sympathie et ce n'est pas Brigitte qui les contredira.

Inconnu du grand public jusqu'à son entrée au gouvernement en 2014 en tant que ministre de l'Economie, le président français, qui fêtera son 40ème anniversaire le 21 décembre prochain, a réalisé un incroyable exploit pour son jeune âge et une carrière si courte en politique dans un environnement dominé sans partage par de féroces dinosaures. L'ex-banquier d'affaires chez Rothschild, énarque et au CV impressionnant, est un homme pressé d'arriver. Alors, il marche à la conquête de l'Elysée. Dans son livre intitulé «Emmanuel Macron un jeune homme si parfait», la journaliste Anne Fulda raconte qu'il était attendu avec émotion par ses parents médecins car ils avaient perdu une fille, mort-née, un an auparavant. Le futur président de la France a reçu une éducation bourgeoise chez les jésuites à Amiens. Il a fréquenté les bancs de la Providence, une institution catholique. C'était un élève brillant, qui excellait particulièrement en lettres.
«Emmanuel en savait plus que la moitié des profs du collège». Macron fréquentera par la suite le lycée Henri IV à Paris, où il obtient un bac S avec mention très bien. Après avoir décroché son DEA en philosophie politique à l'université de Nanterre, il intègre Sciences Po Paris en 2001 puis l'ENA en 2002, pour deux ans. Il était dans la promotion Léopold Sédar Senghor, que Le Monde qualifiait de «cuvée d'exception» en 2013, et qui rappelle la fameuse promotion Voltaire de Hollande, Royal, Sapin et Villepin, sortie en 1980.
Bombardé en 2007 comme rapporteur adjoint de la Commission Attali sur la libération de la croissance, Emmanuel Macron n'avait alors que 30 ans. Attali cherchait pour sa commission des rapporteurs indépendants du pouvoir: il puise dans le vivier du Conseil d'État et de l'inspection générale des Finances, dont Macron assure alors la direction par intérim. C'est sur cette orbite qu'il entamera sa réelle carrière politique car dans cette commission il y a puisé des idées-forces qu'on retrouve dans En marche!
Ceux qui l'ont approché affirment qu'il est doté d'une très grande capacité à attirer la sympathie et ce n'est pas Brigitte qui les contredira. Avant d'être son épouse, Brigitte Trogneux, âgée de plus de 64 ans, est une professeure de français et de latin. Elle est une vraie passionnée de l'enseignement. C'est dans le lycée dans lequel elle enseignait, à Amiens, qu'elle rencontre le jeune flamboyant Emmanuel Macron. C'était en 1993. Elle anime alors un atelier de théâtre et Emmanuel Macron succombe au charme de cette enseignante. A la fin de son année de 1ère, alors qu'il part à Paris pour suivre sa classe de terminale, le lycéen de 16 ans lui assure qu'il l'épousera, confie-t-elle en avril 2016 au magazine Paris Match. «L'amour a tout emporté sur son passage et m'a conduite au divorce. Impossible de lui résister», assure-t-elle. Le prétendant à l'Elysée brûle tous les sens interdits de la vieille France, défie les conventions pour épouser sa bien- aimée en 2007 au Touquet, où elle dispose d'une résidence secondaire. Il est aujourd'hui grand-père de sept petits-enfants par alliance, puisque les trois enfants de Brigitte sont parents. Et ça marche!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha