Accueil |Nationale |

HOUDA IMANE FERAOUN À PROPOS DU JEU DE «LA BALEINE BLEUE»

«On ne peut pas bloquer ce site»

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du NumériqueLa ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique

La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique a affirmé que le seul moyen pour mettre un terme à ce genre de jeu et protéger les enfants reste la sensibilisation des parents.

Il n'y a pas moyen de bloquer les sites des jeux dangereux. La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda Imane Feraoun a réagi au jeu dangereux de «la Baleine bleue» qui a causé la mort de cinq enfants. «On ne peut pas interdire l'accès à ces jeux, puisque le site officiel des jeux a été bloqué il y a longtemps», a déclaré la ministre lors de sa réponse aux préoccupations des députés sur le projet de loi sur les télécommunications. La ministre a expliqué que ces jeux sont téléchargés et diffusés sur les réseaux sociaux. «Si on doit agir, on doit fermer les réseaux sociaux ce qui n' est pas possible», a-t-elle soutenu en précisant que le seul moyen pour mettre un terme à ce genre de jeux et de protéger nos enfants reste la sensibilisation des parents. «Rien ne remplace le rôle du facteur humain», a- t-elle affirmé en précisant que les parents doivent jouer un grand rôle, dans ce sens, pour ne pas laisser libre choix à leurs enfants. «Dans les pays développés, des patrons de grands opérateurs des serveurs d'Internet interdisent l'utilisation d'Internet à leurs enfants jusqu'à un certain âge», a-t-elle cité en vue d'appuyer ses propos. Selon la première responsable du secteur, le problème n'est pas une question de moyens. «Les moyens techniques existent, mais le problème est que les techniciens d'Algérie télécom et ceux des services de sécurité ont constaté qu'il est impossible de bloquer ce jeu», a-t-elle clarifié. Elle a cité, dans ce sens, l'exemple de la Russie qui dispose des moyens techniques développés où plus de 100 enfants ont trouvé la mort à cause de ce jeu. La ministre a reconnu que les hackers sont compétents dans l'utilisation des technologies en sécurisant leurs sites. Devant les nombreux jeux qui menacent les enfants et les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, les parents doivent redoubler d'attention pour éviter d'éventuels incidents. Par ailleurs et en réponse aux critiques des députés sur la mauvaise qualité du débit et le manque de couverture dans de nombreuses zones, la ministre a avancé tout un bilan des réalisations accomplies. Selon la ministre, Algérie télécom a procédé à l'installation de 6168 km de fibre optique portant ainsi le réseau national à 123000 km. Concernant le Sud, elle a avancé qu'une extension du réseau a été faite durant 2017 sur 30.000 km tout en estimant que l'installation de ces fibres coûte cher à l'Etat. Mme Feraoun a avancé qu'il reste 506 régions qui ne sont pas couvertes ni par le réseau mobile ni par Internet. Sur le débit qui reste faible, la ministre a fait part de la réalisation d'un nouveau câble entre Oran et Valence en Espagne qui permettra d'améliorer la qualité du débit. Un autre accord sera signé prochainement avec un autre opérateur d'Internet dans le cadre du projet Mdex qui va relier les Etat-Uis à l'Asie en traversant l'Europe et la Méditerranée ce qui va augmenter la capacité du débit. L'hôte des députés a assuré que de jeunes ingénieurs travaillent d'arrache- pied pour assurer une prestation de qualité. «L'importation des équipements nécessite beaucoup de formation pour la maîtrise des nouvelles technologies et leur installation», a-t-elle fait savoir. A propos des pannes fréquentes du réseau au niveau des agences d'Algérie poste, la ministre a reconnu la vétusté de ce réseau qui date de 1990.
Un projet de renouvellement du réseau a été engagé dans ce sens, en promettant d'améliorer les prestations dans le court terme. La ministre a également exclu toute ouverture des fibres noires aux opérateurs. «La fibre noire est une propriété de l'Etat comme ce fut le cas partout et nous n'avons rien inventé», a-t-elle martelé, en mettant un terme à ce débat. Malgré tous les problèmes des pannes, la ministre reconnaît que beaucoup d'efforts ont été déployés dans ce sens pour satisfaire les citoyens.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha