Prévisions pour le 23 Juillet 2018

 Adrar Min 31 °C Max 45 °C
32
 Laghouat Min 26 °C Max 41 °C
34
 Batna Min 20 °C Max 33 °C
30
 Biskra Min 31 °C Max 44 °C
32
 Tamanrasset Min 23 °C Max 35 °C
32
 Tlemcen Min 21 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 22 °C Max 29 °C
30
 Saïda Min 20 °C Max 36 °C
34
 Annaba Min 22 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 20 °C Max 33 °C
34
 Ouargla Min 32 °C Max 46 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 29 °C
34
 Illizi Min 25 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 30 °C Max 44 °C
30
 Khenchela Min 20 °C Max 32 °C
30
 Mila Min 22 °C Max 32 °C
30
 Ghardaïa Min 31 °C Max 43 °C
32
Accueil |Nationale |

MARCHE EXEMPLAIRE À TIZI OUZOU

Les lycéens disent non au diktat des syndicats

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Quand les lycéens font la leçon à leurs professeursQuand les lycéens font la leçon à leurs professeurs

La maturité des lycéens est également prouvée par la façon dont ils se sont exprimés. L'exemple est réellement à suivre.

La marche des lycéens et des parents d'élèves avant-hier, lundi, à Tizi Ouzou est pour dire non au diktat des syndicats sont le signe d'une société civilisée qui bouge. Il s'agit d'indices probants, reflets d'une société dynamique qui prend son destin en main.
En effet, l'exemple des lycéens qui ont investi la rue, pacifiquement s'entend, afin d'exiger qu'une solution soit trouvée au conflit opposant la direction de l'éducation de Tizi Ouzou aux enseignants des lycées est un signe d'une prise de conscience incontestable de la masse juvénile. Ils ne veulent pas rester des spectateurs au moment où leur propre avenir est en jeu suite à une grève ayant duré pas moins de quatre semaines et qui risquerait encore d'être reconduite dès le premier jour du deuxième trimestre. La maturité des lycéens est également prouvée par la façon dont ils se sont exprimés lors de la marche de Tizi Ouzou, lundi dernier: «Nous ne sommes ni contre les enseignants grévistes ni contre la direction de l'éducation. Nous voulons juste reprendre notre scolarité pour ne pas perdre une année de notre vie», ont déclaré, à l'unisson, les concernés accompagnés en partie par leurs parents. L'exemple est réellement à suivre par d'autres régions pour s'affranchir de ce chantage qui revient chaque année dans nos écoles. Certes on ne peut pas dénier le droit aux syndicats d'appeler à la grève dès lors qu'il s'agit d'un droit fondamental garanti aussi bien par les lois algériennes que par les conventions internationales mais, ils ont aussi le devoir de se soucier de l'avenir des écoliers, qui se trouve justement menacé. Rester les bras croisés face à cette situation n'est pas non plus une solution. C'est même une forme de complicité.
Avant-hier, une marche a regroupé dans la ville de Tizi Ouzou, des dizaines de lycéens dont certains étaient accompagnés de leurs parents. Les manifestants se sont retrouvés devant le siège de la direction de l'éducation à la mi-matinée. La marche en question intervient au lendemain d'un appel lancé par un groupe de parents d'élèves et de lycéens voulant intervenir pour appeler à la reprise des cours dans les lycées de la wilaya. Ces derniers, pour rappel, sont paralysés par une grève illimitée qui dure depuis le 20 novembre dernier suite à l'appel lancé par le conseil de wilaya du syndicat Cnapeste. Un appel qui a été suivi dans la grande majorité des établissements scolaires du cycle secondaire. La grève s'est poursuivie jusqu'au dernier jour du premier trimestre, rappelle-t-on et de ce fait, les compositions et les devoirs du premier trimestre n'ont pas eu lieu. Les élèves craignent que l'on se dirige tout droit vers une année blanche. C'est la principale préoccupation qui a été exprimée par les participants à la marche, ayant traversé les rues de la ville de Tizi Ouzou avant d'observer un sit-in devant le siège de la wilaya où il a été procédé à une prise de parole.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha