Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
28
 Biskra Min 18 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
30
 Annaba Min 22 °C Max 27 °C
39
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
34
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
12
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Nationale |

FACE À CEUX QUI ÉVOQUENT LA CRISE À TOUT BOUT DE CHAMP

L'ugta "rugit"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Abdelmadjid Sidi SaïdAbdelmadjid Sidi Saïd

Le patron de la Centrale tient à prendre les devants en appelant le travailleur à être le premier à défendre la stabilité du pays et à le protéger des «conspirations extérieures». Une manière de priver la grogne générale, qui se dessine, de son principal ingrédient.

Abdelmadjid Sidi Saïd, en brave soldat de la politique économique mesurée, décidée par le gouvernement, continue son périple pour tenter de faire refroidir le magma social qui bouillonne à l'approche de l'année 2018. Convaincu que les mesures de modération, énoncées dans la loi de finances de la prochaine année, sont à même de faire surpasser à l'Algérie le cap de la crise financière, le patron de la Centrale syndicale s'étonne, s'irrite et s'insurge même contre les propos alarmistes tenus par certains partis politiques. Il le fera savoir, farouchement, lors de son discours à l'ouverture des travaux du sixième congrès de wilaya de la Centrale syndicale à Aïn Defla. «D'aucuns exagèrent en parlant de crise, un vocable utilisé à tout bout de champ», a soutenu Abdelmadjid Sidi Saïd avant d'ajouter «A ma connaissance, aucune pénurie de produits de première nécessité n'est enregistrée et les gens s'approvisionnent le plus normalement du monde». Pour le secrétaire de l'Union générale des travailleurs, les préoccupations doivent plus porter sur la manière de préserver les postes d'emploi et d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs et non pas faire dans les discours alarmistes. Il ne manquera alors pas de rappeler que «comparativement à la période relative au terrorisme, bien des avancées ont été réalisées». Le syndicaliste a commencé par rappeler le rôle principal de la Centrale qui est la prise en charge des préoccupations socioprofessionnelles des travailleurs et la sauvegarde de leurs droits, mais également, dirat-il «la sauvegarde de la République et la stabilité du pays qui constituent assurément la mission principale de l'Ugta». Il n'hésitera pas ensuite à assimiler les syndicalistes à des soldats de la République et que le rôle est de protéger cette République. Tout en notant que les travailleurs peuvent être d'obédience politique multiple, Abdelmadjid Sidi Saïd explique que ces derniers ont un dénominateur commun, à savoir «oeuvrer à la stabilité du pays, c'est là le souci unique qui doit préoccuper les syndicalistes».
Il a relevé qu'en ce contexte syndicale régional et mondial caractérisé par des tensions multiformes, la mobilisation des travailleurs doit monter d'un cran en vue de déjouer toute tentative d'immixtion dans les affaires intérieures du pays. «Il est clair que de nos jours, l'invasion traditionnelle basée sur la force militaire à laquelle recourraient les grandes puissances aux XVIIIe et XIXe siècles n'a presque plus droit de cité, mais sous prétexte de sauvegarde des droits de l'homme, ces dernières n'hésitent pas à fourrer leur nez dans les affaires internes des pays, d'où la nécessité de faire preuve de davantage de mobilisation et de vigilance», a-t-il préconisé. Ainsi donc, le secrétaire général de l'Ugta, partie prenante dans la Charte du partenariat économique sociétaire, s'attaque frontalement à tous ceux dont la présidentielle de 2019 pourrait inspirer pour souffler sur le brasier dans le seul but de reprendre les actions de rue afin de mobiliser les militants et revivifier les cercles de sympathisants. Très vigilant, le patron de la Centrale syndicale tient à prendre les devants en appelant le travailleur syndicaliste à être le premier à défendre la stabilité du pays et à le protéger des «conspirations extérieures». Une manière de s'assurer l'adhésion des travailleurs à son appel au calme et de priver la grogne générale qui se dessine de son principal ingrédient. Abdelmadjid Sidi Saïd qui a tenu à rappeler que la Centrale syndicale a opéré une mue, passant de la phase consistant à formuler des doléances à celle de force de propositions dans les domaines touchant les volets sociaux et économiques, a mis en exergue le rôle du dialogue et de la concertation entre les différents intervenants sur la scène nationale comme étant les seuls moyens à même d'assurer la réussite de toute démarche visant le développement du pays. Evoquant enfin la Charte relative au partenariat public-privé signée récemment, il a soutenu que cette action vise à renforcer l'économie nationale, se réjouissant que la cérémonie y afférente se soit déroulée au siège de la Centrale syndicale.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha