Prévisions pour le 22 Juillet 2018

 Adrar Min 31 °C Max 46 °C
34
 Laghouat Min 26 °C Max 42 °C
30
 Batna Min 20 °C Max 39 °C
28
 Biskra Min 32 °C Max 48 °C
30
 Tamanrasset Min 19 °C Max 36 °C
32
 Tlemcen Min 22 °C Max 29 °C
28
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
28
 Saïda Min 22 °C Max 35 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
28
 Mascara Min 23 °C Max 30 °C
28
 Ouargla Min 32 °C Max 45 °C
30
 Oran Min 23 °C Max 25 °C
28
 Illizi Min 27 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 44 °C
34
 Khenchela Min 24 °C Max 38 °C
30
 Mila Min 21 °C Max 38 °C
28
 Ghardaïa Min 31 °C Max 44 °C
30
Accueil |Nationale |

CARBURANT, TRANSPORT, TABAC, ALCOOL, TÉLÉPHONES PORTABLES, ÉLECTROMÉNAGER,...

Ce qui coûtera plus cher dès demain

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Légère augmentation du carburantLégère augmentation du carburant

A toutes ces augmentations, il faut ajouter les «taxes» qu'appliqueront les commerçants eux-mêmes ou les prestataires de service qui adapteront leurs tarifs à la cherté de la vie...

Comme chaque année depuis le début de la crise, le mois de janvier réserve son lot...d'augmentations. La plus «marquante» est incontestablement celle du carburant qui est de 5 DA/litre pour l'essence et de 2 DA/litre pour le gas-oil. Le prix de l'essence normale passera ainsi à 38,95 DA/litre (contre 32,69 DA en 2017), celui de l'essence super à 41,97 DA/litre (contre 35,72 DA en 2017), et celui de l'essence sans plomb à 41,62 DA/litre (contre 35,33 DA). Le prix du gas-oil passera lui à 23,06 DA/litre (contre 20,42 DA). Seul le prix du GPL-c restera inchangé par rapport à 2017 (9 DA/litre). Néanmoins, cette hausse du carburant aura un effet domino sur le prix de divers autres produits et services, notamment ceux des transports. Même si le ministre du secteur, Abdelghani Zaalane, a tenté de rassurer en affirmant, jeudi dernier, que ces augmentations seront «symboliques», les transporteurs privés parlent ni plus ni moins d'une hausse de 50% au minimum. Ce qui ferait en sorte que le ticket le moins cher sera de 50 dinars. Si l'augmentation du prix des transports est inéluctable, les Algériens craignent que l'augmentation des prix du carburant se répercute sur ceux des produits alimentaires et agricoles. Leur transport sera plus cher, l'augmentation de leur prix est inévitable. Surtout pour les produits agricoles dont les coûts de revient sont directement liés aux prix du carburant, du fait que l'agriculture est de plus en plus motorisée donc fortement consommatrice de carburant. Cela sans parler des prix des engrais et de la main- d'oeuvre qui sont en hausse perpétuelle. Une véritable saignée pour des Algériens dont le pouvoir d'achat ne cesse de fondre comme neige au soleil.
Les produits liés à l'Internet et à l'informatique, les téléphones portables ainsi que l'électroménager vont fortement flamber. De par l'interdiction de l'importation qui va toucher bon nombre de ces produits, ce qui va se répercuter sur l'offre et faire le bonheur des spéculateurs, mais également sur les «grosses» taxes introduites dans la loi de finances 2018 (LF 2018). Pis encore, le gouvernement a publié une liste de 129 produits, qui seront tous programmés à l'augmentation de taxe, ce sont généralement des produits d'électroménager. Dans cette liste il y a aussi des taxes entre 30% et 60% sur plusieurs produits, notamment les smartphones et les tablettes, ainsi que les accessoires tels que les supports des cartes SIM, les supports des cartes SD et les écrans tactiles...Si ces augmentations sont approuvées, ces produits, même ceux qui seront assemblés ici, ne seront plus à la portée des Algériens. Même les appels téléphoniques et l'Internet mobile (3G/4G) risquent d'être touchés par cette frénésie des prix! La LF 2018 prévoit une taxe sur les recharges des forfaits. Elle consiste en 0,5% de la totalité du chiffre d'affaires des opérateurs, ce qui pourrait se traduire en des appels téléphoniques et des navigations Internet un peu plus chers dès 2018. Quoique les opérateurs pourraient ne pas répercuter cette augmentation sur les consommateurs. Les ampoules LED de leur côté n'échapperont pas à l'augmentation des prix! Connues pour être les moins gourmandes en électricité, elles passeront à 30% contre 5% actuellement.
Le prix aura donc des ailes...Une autre hausse risque de faire mal au portefeuille des Algériens, quoiqu'elle fera du bien à leur santé. Il s'agit de celle du tabac. On parle déjà de plus de dinars sur les paquets de cigarettes bas de gamme. Car, le kilo du tabac brun passe ainsi de 1240 dinars à 1640 dinars, le tabac blond de 1760 à 2250 dinars. Pour le cigare, le kilo sera cédé à 2600 dinars au lieu de 2470 dinars actuellement. Le prix d'un kilo de tabac destiné au narguilé (chicha) sera vendu à 682 dinars, 781 dinars pour le tabac à mâcher ou à chiquer (chema) qui sera lui aussi plus cher. Prendre un pot sera également plus cher. Une taxe additionnelle fixée à 5% du droit de circulation sur les alcools et les vins est prévue. Les enfants ou amateurs de bonbons seront aussi touchés par les augmentations des prix puisque une taxe les concernant est prévu dans la LF2018. A toutes ces taxes, il faut ajouter l'interdiction d'importation de plus de 900 produits, dont beaucoup vont connaître des augmentations du fait de la forte demande qui va s'abattre sur eux. Il faut aussi ajouter les «taxes» qu'appliqueront les commerçants eux-mêmes ou les prestataires de service qui adapteront leurs tarifs à la cherté de la vie. On l'on connaîtra une inflation incontrôlable en 2018. Mais une chose est sûre les Algériens devront se serrer la ceinture pour «survivre» en 2018. Bonne année à tous...quand même!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha