Accueil |Nationale |

SUITE AUX DÉCISIONS PRISES PAR LE PRÉSIDENT

Plusieurs ministères adoptent tamazight

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
«Les efforts des ministères s'inscrivent au titre de la mise en oeuvre des décisions historiques prises par le président de la République, Monsieur Abdelaziz Bouteflika«Les efforts des ministères s'inscrivent au titre de la mise en oeuvre des décisions historiques prises par le président de la République, Monsieur Abdelaziz Bouteflika

Les efforts des ministères s'inscrivent au titre de la mise en oeuvre des décisions historiques prises par le président de la République.

Que de bonnes nouvelles au sujet de la promotion de tamazight! Après l'institution de Yennayer en tant que fête nationale, quatre puissants ministères vont établir incessamment leurs documents en caractères et terminologie amazighes. «Il s'agit des ministères de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, des Ressources en eau, de l'Energie, des Transports, de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique», a indiqué le SG du HCA Si El Hachemi Assad samedi dernier depuis la ville d'Adrar. «Les efforts des ministères s'inscrivent au titre de la mise en oeuvre des décisions historiques prises par le président de la République, Monsieur Abdelaziz Bouteflika, pour la promotion de tamazight», a ajouté Si El Hachemi Assad. Pour rappel, l'écriture en tamazight est déjà adoptée par beaucoup d'autres ministères, à l'image de celui de la Culture, l'Industrie et des Mines, le Tourisme, l'Enseignement supérieur dans leurs sites Web et sur des frontons de leurs directions respectives. La démarche de ces ministères va certainement s'étendre bientôt à l'écriture de leurs documents en cette langue. Selon des sources sûres auprès desdits ministères, il n'y a qu'une seule entrave pour l'entame de cette démarche. C'est l'absence d'un dictionnaire quant à un certain nombre de termes. Ledit argument est avancé, rappelons-le, aussi par Si El Hachemi Assad. Pour ce dernier, l'amazighisation de l'environnement ne peut pas se faire sans un dictionnaire commun. «Le seul moyen pour résoudre les difficultés quant à l'amazighisation de l'environnement, est la confection d'un dictionnaire commun», a-t-il affirmé récemment au cours d'une conférence de presse tenue au siège du HCA, en précisant que cette tâche est du ressort de l'Académie de tamazight. Selon le SG du HCA, le fait d'écrire des frontons des administrations et des plaques de signalisation en tamazight en Kabylie, sans se référer à un dictionnaire commun, a montré beaucoup de lacunes, et ce, à la fois dans l'orthographe que dans la sémantique. Par ailleurs, Si El Hachemi Assad conditionne la réussite du chantier de l'amazighisation de l'environnement en Algérie par la résolution de la question du choix du caractère avec lequel tamazight sera écrit. «Cette tâche est aussi du ressort de l'académie de tamazight», a fait savoir Assad ce jour-là. Concernant le choix du caractère, il est à noter que l'expérience de l'amazighisation de l'environnement qui s'est faite jusque-là dans certaines régions du pays, la Kabylie et certaines wilayas du Sud du pays en l'occurrence, s'est effectuée en caractères latin et tifinaghs. Notons que pour les linguistes, l'écriture d'une langue dans l'environnement immédiat d'une société et son usage dans les documents officiels, est la meilleure façon pouvant assurer une familiarité entre la langue et le citoyen. «En effet, l'écriture d'une langue inconnue suscite involontairement la curiosité des citoyens et du coup leur intérêt pour l'apprendre», s'accordent-ils à dire. «Ainsi son impact est aussi important que celui des médias», affirme-t-on. A ce propos, la décision historique prise récemment par le président de la République portant la généralisation en urgence de l'enseignement de tamazight à travers le pays est à féliciter.
En effet, une telle décision sera en quelque sorte, un soutien moral pour les membres de la future académie de tamazight dans leur travail, concernant la standardisation de la terminologie de la langue amazighe. La généralisation de l'enseignement de tamazight permettra sans doute aux élèves d'apprendre cette langue et l'aimer. L'élève qui évolue dans une famille dite -arabophone- finira assurément par susciter la curiosité des membres de cette famille et les amener à l'apprendre.
D'ici là, les médias publics que le ministre de la Communication a instruits à utiliser tamazight dans leurs programmes auront certainement balisé le terrain.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha