Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 16 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 25 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 23 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Nationale |

L'histoire en marche

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Cette année, la célébration de Yennayer revêt un caractère exceptionnel.

Yennayer, cette année, est célébré dans un contexte historiquement exceptionnel. Deux constats font cette exception et ils sont indéniables. D'abord, cette date de début de l'année chez les Amazighs est célébrée pour la première fois dans un cadre officiel par l'Etat algérien. Ce premier constat amène le second qui est en fait lié au caractère unificateur de Yennayer. Au-delà du fait qu'il consolide l'union de tout un peuple, Yennayer unit d'abord à la base les individus qui composent la famille. Nos ancêtres, en célébrant Yennayer en famille, autour d'un bon couscous au poulet, étaient fermement convaincus que la solidarité commençait d'abord au sein de la cellule familiale.
Cette année donc, la célébration officielle et grandiose rejoint l'histoire, en marche depuis plusieurs millénaires, grâce justement à l'officialisation de cette date. Alors que les organismes culturels de l'Etat célèbrent le premier jour de l'An amazigh avec des activités diverses et grandioses, le peuple, lui, est chaque année au rendez-vous avec un dîner au mythique couscous au poulet. Chaque région d'Algérie et d'Afrique du Nord possède toutefois ses spécificités.
A Tizi Ouzou, parallèlement aux festivités très riches programmées par la direction de la culture, de la wilaya et de la direction de la jeunesse, les familles s'affairent, depuis des lustres, à chercher le poulet fermier. Depuis quelques années justement le poulet d'élevage intensif a perdu de son prestige. C'est le retour au hautain fermier. Dans beaucoup de villages, il y a toujours une famille qui élève des poulets fermiers, généralement pour l'usage familial, mais pour cette circonstance, la vente n'est pas exclue. Ce qui a fait que plus l'offre est disponible, plus la demande suit de fait.
A Draâ Ben Khedda où se tient le plus riche des marchés de la wilaya, les places réservées à la vente du poulet regorgent de ce fier coq fermier au plumage rouge brique avec des brins de couleur noire. La demande croissante lors des deux dernières semaines nous a été confirmée par les vendeurs. «Oui, nous vendons de plus en plus de poulets fermiers ces semaines à l'approche de Yennayer. C'est aussi, dois-je vous préciser, une tendance générale depuis quelques années. Les gens achètent le fermier», explique doctement un vendeur. A quelques mètres de là, un vieil homme exhibe un joli cheptel de fermiers hautains. «Cette année, la demande a largement dépassé l'offre. Moi, j'élève à la maison, dans ma ferme personnelle. Et quand la demande se fait plus grande, j'achète chez les vieilles des villages voisins. Yennayer est la meilleure période de vente», affirme-t-il.
Enfin, ces dernières années, avec la reconnaissance de la culture amazighe, la célébration de cette date de Yennayer s'est avérée être l'une des fêtes les plus partagées par les Algériens et les Nord-Africains aux côtés des fêtes de l'Aïd El Fitr et El Adha.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha