Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 33 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 12 °C Max 23 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Nationale |

CÉLÉBRATION DU JOUR DE L'AN AMAZIGH À TRAVERS LE PAYS

La symbolique de Yennayer

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Des festivités grandiosesDes festivités grandioses

Jamais le 1er jour de l'An amazigh n'a suscité autant d'intérêt au niveau des institutions.

La wilaya de Béjaïa a célébré avec faste, cette année, la fête de Yennayer 2968. Outre l'activité des associations, la majorité des institutions de l'Etat, les établissements scolaires, l'université, les APC, les directions de la culture, de la jeunesse et des sports... y sont impliqués pleinement pour faire de cette date symbole, une journée pas comme les autres. Ainsi, des programmes comportant des festivités culturelles, artistiques et sportives ont été élaborés par le mouvement associatif aux quatre coins de la wilaya. Ce jour n'a pas trop fait l'objet de surenchère politique, que ce soit à Béjaïa ou à travers les localités de la vallée de la Soummam et de la région du Sahel. Exception faite de la marche initiée par le mouvement indépendantiste de Ferhat M'henni, qui s'est ébranlée du campus universitaire de Targa Ouzemour vers la place Saïd Mekbel, près du siège de la wilaya mobilisant quelques dizaines de personnes, le reste des activités se sont articulées sur les actions de solidarité, des expositions, des conférences sur les valeurs communes véhiculées par ce jour
La wilaya de Béjaïa a célébré avec faste la fête de Yennayer 2968. Revigorée par une position des plus positives en décrétant officiellement le jour de l'An amazigh férié et chômé, la population de la basse Kabylie ne s'est pas dérobée à l'événement. Bien au contraire, tant dans l'ensemble des établissements scolaires et universitaires, que dans toutes les institutions et le mouvement associatif, la journée du 12 janvier, coïncidant avec le début de l'année berbère, a été marquée par des activités militantes et folkloriques, qui n'ont de valeur que d'illustrer l'importance de ce jour dans le coeur et l'esprit de tout un chacun.
Outre la fermeture des établissements scolaires et universitaires qui se transforment à l'occasion en espace d'expression en relation avec les valeurs véhiculées par ce jour, Yennayer a été célébré avec faste et un boom de joie et d'espoir quant à un avenir meilleur. Pour une fois, ce jour n'a pas trop fait l'objet de surenchère politique. Que ce soit à Béjaïa ou ailleurs à travers les localités de la vallée de la Soummam et de la région du Sahel, les acteurs et militants du mouvement associatif se sont ingéniés à faire de cette date symbole un événement de taille à travers, notamment des festivités culturelles, artistiques et sportives qui étaient programmées pour ce premier jour de l'An amazigh. Au chef-lieu de la wilaya, la célébration était au rendez-vous au TRB et à la Maison de la culture Taos-Amrouche.
Des institutions de l'Etat, notamment la DJS, la Conservation des forêts, la Chambre de l'artisanat et des métiers et le Haut Commissariat à l'amazighité, les associations, se sont rassemblés pour un partage des connaissances à même de mettre à niveau tout un chacun sur les traditions et les activités de chacune des régions d'Algérie et des pays du Maghreb pour la célébration de Yennayer. La même ambiance de fête est à relever à Sidi Aïch, Amizour, Souk El Tenine, Ouzellaguen, El Kseur, Akbou, Tazmalt, Tibane, El Flaye, Akfadou, Tifra....à l'initiative des associations locales qui ont prévu pour la circonstance de riches programmes culturels.
Au menu des festivités également, des expositions, des exhibitions et un gala artistique. La journée de Yennayer a été aussi marquée par des conférences de haut niveau animées par l'infatigable défenseur du patrimoine matériel et immatériel de la Kabylie, en l'occurrence l'écrivain Rachid Oulebsir, il en est de même pour le militant et enseignant de tamazight, Djamel Ikhloufi, le militant et l'éditeur Brahim Tazagharth, qui ont animé un peu partout des conférences autour des thèmes liés à Yennayer et sa symbolique dans la vie de tous les jours. A noter qu'une dizaine de militants ont rendu hommage aux acteurs qui se sont sacrifiés pour la cause amazighe par un rassemblement symbolique jeudi soir au niveau de la place Saïd-Mekbel.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha