Prévisions pour le 19 Decembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 21 °C
32
 Laghouat Min 2 °C Max 17 °C
30
 Batna Min 1 °C Max 13 °C
30
 Biskra Min 3 °C Max 17 °C
30
 Tamanrasset Min 8 °C Max 19 °C
23
 Tlemcen Min 7 °C Max 16 °C
30
 Alger Min 3 °C Max 18 °C
30
 Saïda Min 2 °C Max 17 °C
30
 Annaba Min 6 °C Max 18 °C
30
 Mascara Min 5 °C Max 21 °C
30
 Ouargla Min 5 °C Max 16 °C
30
 Oran Min 7 °C Max 19 °C
30
 Illizi Min 7 °C Max 22 °C
34
 Tindouf Min 6 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 0 °C Max 15 °C
34
 Mila Min 2 °C Max 17 °C
30
 Ghardaïa Min 4 °C Max 17 °C
30
Accueil |Nationale |

RECYCLAGE DE TOUTES LES FORMES DE DÉCHETS

Un marché de 38 milliards de dinars inexploité

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La rencontre d'Oran a été une occasion pour ses 1 500 visiteurs de découvrir des techniques utilisées par des investisseurs algériens dans le cadre du traitement des déchetsLa rencontre d'Oran a été une occasion pour ses 1 500 visiteurs de découvrir des techniques utilisées par des investisseurs algériens dans le cadre du traitement des déchets

«Tant qu'il y a des déchets, il y a du boulot», dira un participant au salon d'Oran ajoutant que «ce domaine est insuffisamment exploité actuellement».

Rien n'est impossible. Pour peu que la volonté existe. C'est une telle réponse qui a été apportée par 40 entreprises qui ont démontré leur talent en investissant dans un créneau aussi bien rapporteur, qu'embaucheur, sans aucune condition ni bureaucratie, le recyclage et le traitement de toutes les formes de déchets et autres rejets. La majeure partie de ces entreprises, contribuant amplement à la préservation du cadre environnemental, a été créée dans le cadre du dispositif de l'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes, Ansej. Le pari est réussi du fait que ces jeunes entreprises fonctionnent au quart de tour, alors que leurs patrons envisagent d'ores et déjà d'élargir leurs activités en exportant leur savoir-faire vers d'autres wilayas. Un tel secteur souffre d'un seul pépin, la médiatisation et la valorisation d'un tel créneau. C'est ce qu'ont expliqué plusieurs investisseurs ayant pris part au Salon du recyclage dont le baisser du rideau a eu lieu en fin de journée de vendredi. «On aurait aimé que tous les médias, notamment les médias lourds, puissent prendre l'initiative en valorisant, à travers des petits spots publicitaires, le recyclage», dira un jeune investisseur ayant fait sa spécialité dans la transformation du papier et le verre. Cette sensibilisation est à généraliser un peu partout dans les foyers, comme il est d'usage chez la géante entreprise algérienne Hasnaoui qui est allée jusqu'à sensibiliser les femmes au foyer, les invitant à valoriser les déchets ménagers.
Tout se transforme, à partir d'un petit déchet que l'on croit tout banal, l'on peut aisément mettre au point un autre produit tout scintillant. Tel est donc le credo de ladite entreprise qui a franchi plusieurs pas dans la protection du cadre environnemental, en investissant dans le recyclage. Dans sa dernière trouvaille, cette entreprise invite les femmes au foyer à ne plus jeter l'huile de cuisson usée. Il suffit de l'emballer dans des bouteilles pour la remettre en main propre à des agents de cette entreprise se pointant devant leurs habitations dans le cadre de la collecte d'une telle huile à recycler. Ainsi donc, la rencontre d'Oran a été une occasion pour ses 1 500 visiteurs de découvrir des techniques utilisées par des investisseurs algériens dans le cadre du traitement des déchets. «On n'a rien à envier aux entreprises étrangères dont la participation est peu nombreuse, alors que celles nationales ont occupé tous les espaces du salon», dira le même investisseur en détaillant l'intérêt particulier accordé par l'Etat à ce genre d'investissement.
Il ajoute en ce sens affirmant «qu'il suffit de demander un tel projet pour que le certificat d'éligibilité soit accordé sans trop de casse-têtes». Pour preuve, a-t-il expliqué «ce sont 40 entreprises nationales qui ont pris part à cette rencontre». «Elles sont toutes mises en place dans le cadre du soutien à l'emploi des jeunes.» En tout cas, rien n'indique qu'un tel secteur ne pourra pas faire le bonheur des Pme algériennes en l'alimentant par tous les produits dont elle a besoin.
La ville d'Oran est productrice de pas moins de 1600 tonnes de toutes les formes de déchets.
Le parc roulant de cette commune est loin de satisfaire la collecte de toute cette masse, d'où l'implication de ces petits camions appartenant au secteur privé qui sillonnent à longueur de journées des rues et ruelles de la cité, les nettoyant en prélevant tous les rejets avant de procéder à leur tri, ainsi qu'à leur transformation dans les dépôts. Le marché de recyclage des déchets en Algérie est très porteur. Il est estimé à 38 milliards de dinars. Il est donc plus qu'important de saisir une telle opportunité, au moins pour les entreprises prenant en compte qu'un tel marché est tout comme les autres en rapportant sur tous les plans, notamment en matière de main-d'oeuvre et de la pérennité du travail tant que la société est productrice de déchets. «Tant qu'il y a des déchets, il y a du boulot», dira un participant au salon d'Oran ajoutant que «ce domaine est insuffisamment exploité actuellement».
En plus de sa contribution à l'amélioration des conditions de vie des citoyens à travers l'élimination des déchets, l'investissement dans le secteur de l'environnement offre la possibilité de recyclage et de récupération de nombreux matériaux actuellement jetés dans la nature, tels que le fer, le plastique, l'aluminium et le papier. Des matériaux jusqu'à présent importés au prix fort. Selon les estimations officielles, l'Algérie consomme près de 600 000 tonnes de papier par an et n'en récupère qu'à peine 10%, dont une grande partie est exportée en l'état. Les 90% restants sont perdus dans la nature, aggravant la pollution.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha