Accueil |Nationale |

ABDELHAMID LARBI CHERIF, COLONEL À LA RETRAITE, À L'EXPRESSION

"Les Occidentaux sont à l'origine du pourrissement au Sahel"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Dans l'entretien qu'il nous a accordé, Abdelhamid Larbi Cherif, situe clairement les responsabilités des uns et des autres et pointe un doigt accusateur en direction des pays de la rive nord de la Méditerranée.

L'Expression: Les 5+5 se réunissent à Alger. Quelle appréciation faites-vous de l'importance de cette réunion au vu de la situation qui prévaut dans la région de la Méditerranée occidentale?
Abdelhamid Larbi Chérif:
Le 5+5 est un mécanisme pour débattre et maintenir un dialogue pragmatique entre les rives nord et sud de la Méditerranée. Ce mécanisme se concentre sur les défis de l'heure, à savoir le terrorisme, la drogue, la migration clandestine et le trafic d'armes. Tous ces fléaux préoccupent les cinq pays du Sud, comme ceux du Nord. Cela étant, il est établi que toutes ces menaces prennent leurs racines dans la région du Sahel qui, si vous voulez, est une sorte de théâtre grandeur nature où se joue l'avenir de toute la Méditerranée occidentale. En fait, c'est cela qui est à l'ordre du jour de la réunion d'Alger. Cette rencontre d'Alger trouve toute son importance pour la rive européenne de la Méditerranée, puisque trois de ces pays, à savoir la France, l'Espagne et l'Italie sont impliqués directement avec une présence d'unités militaires dans le Sahel, sous prétexte de la lutte contre le terrorisme. Les discussions d'Alger seront une opportunité pour éclairer et renforcer la coopération entre les deux rives dans l'intérêt commun.

A la lumière des enjeux en Méditerranée, pensez-vous que le Dialogue des 5+5 soit encore nécessaire ou est-il dépassé par les évènements?
Cette réunion peut être bénéfique pour l'ensemble dans la mesure où les 10 partagent les mêmes visions, mais je suis pessimiste par le fait que les Etat du Nord cherchent à préserver leurs intérêts au détriment des pays du Sud. Il faut savoir que l'absence d'un Etat en Libye, ajoutée à une déficience avérée en matière de vision commune des pays du Sud, l'équilibre des forces n'est pas en faveur des pays maghrébins. Dans pareille configuration, l'Algérie seule ne peut en aucun cas rétablir les équilibres et défendre les intérêts de la rive sud.

Il est un fait avéré que la France est directement responsable de la détérioration de la situation sécuritaire au Sahel, ainsi que de la vague de migrants qui déferle sur l'Europe. Selon vous, le gouvernement français est-il conscient de sa responsabilité dans le drame que vit la Méditerranée occidentale et fait-il le nécessaire vis-à- vis de ses partenaires du sud de la Méditerranée pour solutionner le problème qu'il a lui-même créé?
La France avec ses actions unilatérales et précipitées au Sahel, le payement des rançons au profit des terroristes, suivis par les opérations Serval, Barkhane et le G5, a ruiné la zone et l'a plongée dans le chaos. Il serait utile de rappeler à ce propos que les terroristes qui étaient une soixantaine et sévissaient dans les monts de Taghergher à la frontière nord-ouest du Mali, ont pu, grâce à l'argent des rançons, créer des alliances avec les tribus et financer pas mal de groupuscules armés. Les conséquences de l'action irréfléchie de la France a donné l'occasion à Mokhtar Belmokhtar de financer, d'armer et de former le groupe de Boko Haram, étendant, par la même la superficie de l'instabilité en Afrique. Cette phalange qui a fait allégeance à Daesh, a donné un prétexte aux USA d'entrer en Afrique. Des informations précises font d'ailleurs état du déplacement de Belmokhtar et son groupe vers la Libye, une dizaine de jours avant le lancement de l'opération Serval. La suite tout le monde la connaît, c'était l'assaut terroriste sur l'usine de gaz de Tiguentourine. Cette attaque avait pour objectif affiché de faire pression sur la France pour l'amener à mettre un terme à son opération au Mali. Mais ce ne sont là que des mises en scène qui montrent la manipulation de ce terroriste pour l'exécution des plans diaboliques dans la zone.
Cela pour illustrer les interconnexions entre le terrorisme et certains intérêts étrangers. Dans ce registre, force est de constater que la France ne tient pas compte des souffrances des autres. Ses intérêts priment sur tout. Paris cherche prioritairement à défendre son héritage colonial dans cette région du monde.

Quelle appréciation faites-vous de la coopération dans la gestion des migrants entre l'Union européenne et la Libye, ainsi qu'entre l'UE et le Maroc?
Mon point de vue sur la gestion de migration par nos voisins d'une part et les pays de l'Union européenne d'autre part, est une solution ponctuelle et superficielle pour un phénomène plus profond. Au lieu de faire des études et trouver des solutions avec la création d'un climat stable et durable pour arrêter ce flux, les pays européens font dans la fuite en avant. Ils ne font en réalité que gagner du temps, en transformant les pays maghrébins en prison à ciel ouvert pour migrants. La réalité est bien là: l'Europe défend ses intérêts en bloc et donne des avantages à certains états du Sud pour faire le sale boulot. Mais dans le fond, ce qui arrive en Méditerranée occidentale est le résultat des défaillances d'une politique que je qualifierais de néocoloniale.

La migration massive est un facteur de déstabilisation de toute la région. En quoi selon-vous, ce phénomène peut-il profiter aux groupes terroristes?
La migration est une opportunité aux manipulateurs du terrorisme pour lancer des actions dans le but de maintenir leur hégémonie et exécuter leur plan profitant de la fragilité, du désespoir et des malheurs des populations des pays pauvres. Mais tactiquement, les terroristes se servent de ce flot migratoire favorisé par la déstabilisation de la Libye pour y injecter des jeunes embrigadés, véritables kamikazes en puissance.

Pensez-vous que des Etats étrangers puissent également tirer profit de cette situation au plan stratégique?
Il ne faut pas oublier que les grandes puissances sont à l'origine du pourrissement et la dégradation de la situation en Afrique du Nord et au Sahel. Ils savaient pertinemment que l'effondrement d'un pays-pivot comme la Libye allait engendrer une situation de chaos et mettre des millions de jeunes sur la route de la migration. Ce chaos les arrange forcément. Sinon ils ne l'auraient pas provoqué. Leur objectif dans cette entreprise de déstabilisation est de reprendre le contrôle d'une zone qui veut s'affranchir de ses anciens colonisateurs depuis les années soixante et soixante-dix. Disons-le franchement, le phénomène du terrorisme est un prétexte fort pour reprendre le contrôle et se repositionner sur l'échiquier de la géostratégie. L'intérêt pour les pays du Sud dans ce «Dialogue des 5+5» sera de faire admettre aux Européens que l'ère de la colonisation est définitivement révolu et qu'il vaut mieux pour tout le monde de discuter sur de nouvelles bases.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha