Prévisions pour le 16 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 42 °C
32
 Laghouat Min 21 °C Max 30 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 31 °C
47
 Biskra Min 23 °C Max 36 °C
30
 Tamanrasset Min 22 °C Max 32 °C
47
 Tlemcen Min 18 °C Max 27 °C
30
 Alger Min 22 °C Max 29 °C
34
 Saïda Min 20 °C Max 31 °C
30
 Annaba Min 22 °C Max 29 °C
34
 Mascara Min 20 °C Max 33 °C
30
 Ouargla Min 27 °C Max 39 °C
34
 Oran Min 25 °C Max 27 °C
30
 Illizi Min 27 °C Max 40 °C
34
 Tindouf Min 25 °C Max 39 °C
32
 Khenchela Min 14 °C Max 27 °C
30
 Mila Min 16 °C Max 31 °C
30
 Ghardaïa Min 25 °C Max 34 °C
30
Accueil |Nationale |

LES ISLAMISTES DÉRAPENT EN FAISANT DANS LE COMMUNAUTARISME ET LE RACISME

La République doit frapper fort!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La République doit frapper fort!

Djaballah, comme sa soeur siamoise, Naïma Salhi en l'occurrence, font dans l'indigence des plus viles en s'attaquant de la manière la plus réactionnaire et primitive à un élément dorsal de la personnalité nationale du pays, à savoir tamazight.

La scène politique nationale est en train de prendre une allure qui glisse vers des situations somme toute génératrices de comportements clivants et d'ordre de conflits sur fond d'un patrimoine et une identité qui ont été bel et bien scellés par la force de la Loi fondamentale. Ces clivages sont l'oeuvre d'une partie de la classe politique, souffrant d'une vraie déroute sur tous les plans et qui n'est pas prête de revoir ses schèmes et ses conceptions quant à la composante identitaire qui n'est autre que l'amazighité de ce peuple. On entend des vociférations ici et là, de la part de certains personnages qui ont profité de la couverture politique grâce aux lois de la République pour pourfendre et porter des coups à répétition à cette même République qui a été trop magnanime avec eux. C'est le cas de Djaballah, un semblant de président d'un parti prêchant une espèce de discours foncièrement anachronique et hallucinant quant au référentiel identitaire de l'Algérie et ses fondements qui constituent la trame de fond de son unité nationale et son ossature en tant qu'entité plurielle à travers ses variantes qui se proposent comme une richesse et une mosaïque donnant plus d'immunité et de force à l'Etat algérien. Djaballah, comme sa soeur siamoise, Naïma Salhi en l'occurrence, font dans l'indigence des plus viles en s'attaquant de la manière la plus réactionnaire et primitive à un élément dorsal de la personnalité nationale du pays, à savoir tamazight. Cette campagne n'est pas innocente, même si elle est menée par des sbires de l'islamisme le plus sinistre et rétrograde qui puisse exister, mais selon toute vraisemblance tout est orchestré pour semer le trouble et la zizanie quant à cette unité nationale qui dérange tant certaines officines qui n'arrivent pas à comprendre comment l'Algérie a pu et a su sauvegarder et consolider la République et qu'elle ne soit pas tombée pour être livrée après aux puissants qui digèrent mal l'indépendance de ce jeune Etat qui arrive à défendre ses territoires et sa souveraineté malgré les chantages et les intrigues que l'on essaye de colporter pour le mettre à genoux. La dernière trouvaille, c'est d'essayer de titiller la fibre régionaliste, voire ethniciste pour ne pas dire raciste, comme un moyen pernicieux, mais aussi ravageur pour faciliter la tâche aux mutants au service de leurs maîtres d'hier et d'aujourd'hui dans la perspective de démembrer et de disloquer cette entité nationale qui est l'Algérie. Cette Algérie qui dérange beaucoup et qui réussit son rôle d'Etat souverain qui impose sa présence sur l'échiquier régional comme puissance ne tolérant pas que l'on s'immisce dans ses affaires internes ou manoeuvrer près de ses frontières pour réaliser les stratagèmes perfides à l'image du séparatisme, le communautarisme et la vision autonomiste. Les islamistes sont en perte de vitesse que ce soit au niveau local, dans leurs pays respectifs ou au niveau international, où la défaite et la traque les poursuivent partout dans le monde et ont eu raison de leur existence en tant que nébuleuse disposant de tentacules partout et de financement de leurs promoteurs pour faire d'eux des instruments de destruction et de déstabilisation de leurs propres pays. Les exemples sont plausibles et ça ne mérite même pas de s'y attarder. La montée de la haine qu'expriment les têtes de pont de l'islamisme ténébreux en Algérie se fait remarquer par le recours à un corpus digne de la période des tribunaux d'inquisition et des pratiques de l'ère cléricale de l'humanité. Traitant l'identité du pays de quelque chose comme une sous-culture ou une variante sans valeur ni sens, c'est verser dans l'opprobre et l'invective et l'apologie de la violence poussant leur cynisme jusqu'à scinder le pays en deux en faisant allusion à un peuple arabe et un autre kabyle. Les tenants de cette approche aventurière sont reconnus par la loi émanant de la Constitution. Ils font fi des lois de la République en brandissant le discours de la haine et de la discorde en jouant sur la corde sensible du racisme et l'ethnie pour provoquer une situation de tension menant derechef vers l'implosion de la société algérienne sur fond d'affrontements remontant à un temps révolu, mais ravageur. Proférer des attaques frontales à l'encontre d'une composante qui fait l'unanimité de tous les Algériens et aussi les pays où cette dimension s'est vu consacrée et évoluée de par son histoire millénaire et ancestrale, cela renvoie directement à un déni sciemment cultivé pour imposer une seule et unique variante de façon unilatérale qui renseigne sur la nature fasciste et totalitaire de la pensée islamiste qui fait dans le négationnisme et dans l'exclusion de toute autre pensée, culture et vision. La République doit agir en imposant sa fermeté contre ces menaces émanant d'une mouvance qui fait dans l'entrisme à défaut de coup de force pour réaliser ses objectifs et ses desseins macabres. L'Etat doit intervenir en urgence pour appliquer la loi contre ces ennemis de la République en leur retirant d'abord l'agrément et opérer les mesures susceptibles de les déchoir de leur statut de parlementaire.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha