Prévisions pour le 21 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 42 °C
34
 Laghouat Min 20 °C Max 30 °C
47
 Batna Min 12 °C Max 26 °C
34
 Biskra Min 21 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 23 °C Max 33 °C
30
 Tlemcen Min 19 °C Max 30 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 30 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 32 °C
32
 Annaba Min 20 °C Max 27 °C
39
 Mascara Min 16 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 27 °C Max 37 °C
30
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 28 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 41 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
34
 Mila Min 16 °C Max 28 °C
34
 Ghardaïa Min 24 °C Max 32 °C
34
Accueil |Nationale |

IGOR BELIAEV, AMBASSADEUR DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE EN ALGÉRIE, À L'EXPRESSION

"Nous oeuvrons à un règlement rapide de la crise en Libye"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Son Excellence l'ambassadeur Igor BeliaevSon Excellence l'ambassadeur Igor Beliaev

L'Expression: Lors de sa visite en Algérie, en octobre dernier, le Premier ministre, Dmitry Medvedev, a déclaré que nous envisageons de signer plusieurs accords de partenariat dans différents domaines. Nous avons la possibilité d'augmenter considérablement le volume des échanges dans les années à venir. Ces déclarations ont-elles trouvé un écho?
Igor Beliaev:L'échange commercial entre nos pays en 2017, ainsi que l'année dernière, est resté à 4 milliards de dollars. A la suite de la visite en Algérie du Premier ministre de la Russie, Dmitry Medvedev, on registre la volonté des entreprises russes et algériennes de créer des joint-ventures dans le secteur de l'industrie et elle devient plus active. En particulier, nous parlons des secteurs tels que la production d'équipements industriels, l'ingénierie, la pharmacie, la construction navale, la technologie de l'information, l'interaction dans le domaine des situations d'urgence. Dans ces secteurs, en 2018, des projets seront réalisés et des entités juridiques seront créées. Tout cela sera une incitation à la signature de nouveaux accords de coopération et nécessitera l'amélioration de la base législative au niveau de l'Etat.

Les échanges économiques sont loin d'être à la hauteur des relations politiques et diplomatiques entre nos pays. Comment expliquez-vous ce décalage?
Malheureusement, notre coopération commerciale et économique est en retard par rapport aux contacts politiques et diplomatiques bilatéraux. Cela peut s'expliquer par le manque de complémentarité entre les économies russe et algérienne. La Russie et l'Algérie sont les fournisseurs mondiaux d'hydrocarbures. Dans le même temps, la Russie occupe la première place en termes d'approvisionnements en hydrocarbures en Europe, et l'Algérie est le troisième. Malgré la forte concurrence dans ce secteur de l'économie, nos pays coopèrent avec succès dans le cadre de l'Opep et du Fpeg, renforçant conjointement la stabilité énergétique mondiale. Cependant, en tant qu'exportateurs de ressources naturelles, les économies de nos pays se complètent actuellement mal, ayant des tâches similaires pour le développement des exportations non primaires et la diversification de l'économie.

Des secteurs comme l'énergie, l'industrie agroalimentaire, le bâtiment et la pharmacie ont été évoqués lors de cette visite. Les entreprises russes ont-elles exprimé une volonté d'investissement en Algérie dans les domaines évoqués?
Tous les secteurs que vous avez mentionnés sont d'un grand intérêt pour le développement de notre coopération bilatérale. Les entreprises russes ont montré leur intérêt à travailler dans la direction algérienne, ayant effectué en 2017 de nombreux voyages d'affaires dans votre pays. Parmi les compagnies énergétiques, notons «Transneft» qui, lors de la visite de Dmitry Medvedev en Algérie, a signé un mémorandum de coopération avec la compagnie nationale algérienne «Sonatrach». Aussi, lors de la visite, notre société «Biocad» a signé un mémorandum avec son partenaire algérien «Biomad SPA». «Sudoeksport» et d'autres entreprises de réparation navale ont proposé à l'Algérie de mettre en oeuvre un certain nombre de projets pour moderniser la flotte de transport et moderniser l'infrastructure portuaire.

Tout comme l'Algérie, la Russie connaît des tensions budgétaires induites par la chute des prix du pétrole. Pouvez-vous, Excellence, nous citer quelques mesures-phares prises par la Russie pour parer à cette crise?
En effet, la Russie et l'Algérie sont les puissances fortes en matières premières, et le niveau des prix des hydrocarbures détermine le remplissage des recettes de leurs budgets. Nos pays ont des tâches similaires pour diversifier nos économies et développer les exportations non primaires. Dans le contexte de la chute des prix du pétrole, la Russie a pris des mesures pour accroître la compétitivité de l'économie et créer un climat d'investissement favorable. Ces tâches ont été résolues en réduisant le fardeau fiscal, en améliorant la législation nationale et en attirant les investisseurs étrangers. Chaque année, la Russie informe la communauté internationale sur les principales réalisations de son économie, la croissance de l'attractivité et les changements dans la législation (fiscale, douanière) au Forum économique de Saint-Pétersbourg. Ce sont la transparence et les conditions économiques favorables qui peuvent attirer de nouveaux investissements en Russie.

La Russie poursuit-elle le programme d'enseignement des étudiants algériens dans ses universités?
La Russie continue d'enregistrer des demandes pour les étudiants algériens souhaitant s'inscrire dans les universités russes. Le site de l'ambassade contient les informations nécessaires sur la façon de remplir les formulaires. Nous proposons une formation dans diverses spécialités et dans diverses villes de Russie.

Même avec un léger penchant vers le général Haftar, reçu plusieurs fois à Moscou, la Russie nie la possibilité d'une solution militaire en Libye. Comment la Russie coopère avec l'Algérie dans ce domaine?
À l'appui des efforts visant à rétablir l'État libyen, la Russie maintient des contacts avec le Premier ministre du gouvernement d'unité nationale de la Libye Fayez Al Sarraj, le commandant de l'Armée nationale libyenne, Khalifa Haftar, et d'autres personnalités influentes en Libye. Nous apprécions hautement le rôle de l'Algérie dans le rapprochement des positions des parties antagonistes. Nos pays participent à divers événements internationaux sur les questions libyennes. Entre la Russie et l'Algérie, il y a un échange de vues régulier sur les perspectives d'un règlement politique rapide de la crise dans ce pays.

Lors d'une attaque contre des objectifs russes en Syrie, des terroristes ont eu recours aux drones. Réagissant à cette attaque, votre ministère de la Défense a soutenu que de pareilles armes ne pouvaient provenir que d'un pays possédant de hautes capacités technologiques. Cela n'annonce-t-il pas un autre tournant dans la guerre contre le terrorisme?
Permettez-moi de vous rappeler que dans la nuit du 5 au 6 janvier, une attaque de drones a été lancée contre la base aérienne russe de Hemeymim et le point maritime à Tartous. Cela a été annihilé avec succès. Selon le ministère russe de la Défense, 13 drones ont été utilisés lors de l'attaque. Ainsi, les drones sont devenus un nouveau type de menace terroriste en Syrie. Actuellement, les experts russes mettent en place des canaux pour empêcher de fournir de tels dispositifs aux terroristes. La tâche principale à ce stade est l'élimination des restes de groupements en Syrie de Daesh et Al Nasra, que l'ONU a reconnus comme terroristes.

Comment voyez-vous l'évolution de la situation au Moyen-Orient, notamment après la décision unilatérale du président américain de reconnaître El Qods comme capitale d'Israël?
A Moscou, les décisions annoncées à Washington ont été prises avec une grave préoccupation. Nous partons du principe qu'un règlement juste et durable du conflit israélo-palestinien doit être réalisé sur une base juridique internationale bien connue, y compris les résolutions de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité de l'ONU. Ils prévoient la résolution de toutes les questions relatives au statut final des territoires palestiniens, y compris la question de Jérusalem, au cours des négociations directes entre la Palestine et Israël. La position américaine sur Jérusalem risque de compliquer davantage la situation dans la région. À cet égard, la Russie appelle toutes les parties concernées à faire preuve de retenue et à refuser les actions qui pourraient entraîner des conséquences incontrôlées.

La Russie compte-t-elle utiliser ses leviers diplomatiques pour donner une nouvelle dynamique au dossier du Sahara occidental?
Je voudrai confirmer la position constante de la Russie sur la recherche d'une solution politique au problème du Sahara occidental sur la base des résolutions de l'ONU. Nous sommes déterminés à poursuivre le travail ciblé dans ce sens en coopération avec toutes les parties intéressées. La Russie est favorable à l'intensification des efforts coordonnés de la communauté internationale en vue de parvenir à un juste règlement du dossier du Sahara occidental qui répondra aux intérêts de la population de la région nord-africaine et garantira l'amélioration de la situation au Maghreb.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha