STATION RÉGIONALE DE LA TÉLÉVISION PUBLIQUE DE CONSTANTINE

Plusieurs décès suite à des cancers

Une vue de Constantine
Une vue de Constantine

Les syndicalistes dénoncent les conditions catastrophiques dans lesquelles les travailleurs tous statuts confondus exercent leurs fonctions.

Dans l'une de nos éditions précédentes, nous évoquions les conditions difficiles dans lesquelles le personnel de la télévision régionale publique de Constantine exerçait ses fonctions, qualifiant la situation de «bombe à retardement».
L'une des plus importantes structures étatiques reflète, en effet, l'image d'une véritable catastrophe, laquelle est un danger pour les employés et risque de partir en éclats, à n'importe quel moment de la journée. Une construction de fortune qui n'a aucun caractère et dont l'architecture ne répond à aucune norme, avons-nous rapporté. A l'intérieur on a l'impression d'être dans un immeuble sinistré, où l'hygiène est absente comme le prouvent les photos, des murs qui tombent en ruine, mais pis encore, les trous causés à même le sol ont failli emporter des vies, cela s'ajoute aux nombreuse maladies chroniques occasionnées au personnel. Ladite construction est de plus, réalisée sur un terrain de transition de l'énergie qui alimente plusieurs quartiers limitrophes. Bien imprégnée de la situation qui prévaut, les services de la Sonelgaz n'ont pas manqué à leur devoir en avertissant par courrier les responsables donnant l'alerte et mettant en garde la direction régionale, mais rien à faire. Aujourd'hui, face à cette situation insupportable, le syndicat a décidé de réagir.
Dans un PV dont une copié a été transmise à notre rédaction, les syndicalistes dénoncent les conditions catastrophiques dans lesquelles les travailleurs tous statuts confondus exercent leurs fonctions. Dans ce même PV, le syndicat de l'Entv cite ainsi que «huit cas de décès de travailleurs par le cancer, ainsi que quatre autres cas de diabétiques qui ont été atteints de cécité».
La même source confie que «le personnel en activité vit dans l'inquiétude, le stress et le dégoût, jugeant la situation comme étant, «un véritable film d'horreur qui se joue dans la pénombre des couloirs défoncés, de murs qu'on soupçonne construits avec des matières cancérigènes et de rats qui circulent en terrain conquis».
Selon le document du syndicat, «le personnel vit dans la peur d'une explosion du poste d'électricité, entreposé dans le sous-sol de cette station de la télévision publique, qui ne produit plus rien depuis des années».
Selon le constat porté sur le PV du syndicat, il s'agit également «d'une station devenue sans identité, paralysée et dans l'incapacité de mener à bien ses missions par manque de moyens humains et matériels, une station livrée à la mauvaise gestion d'un directeur régional qui se fait valoir, non pas à travers ses compétences, mais en criant sur les toits qu'il est là depuis 18 ans grâce au soutien de hautes personnalités». Le document du syndicat souligne aussi «l'instabilité et l'injustice en matière de répartition des missions. Une station déséquilibrée sur les plans organique et professionnel». A cet effet, les syndicalistes lancent un appel quant à «l'impérative nécessité de procéder à des recrutements pour combler les nombreux postes vacants à travers différents services et la prise en considération de critères des compétences dans le choix des responsables», notamment dès lors que «La station régionale de Constantine, Entv, se soit enfoncée ces dernières années dans une grave crise, caractérisée par une gestion déplorable, dont l'utilisation du matériel et du personnel dans des projets 'extra'' Entv», d'ailleurs, dans ce contexte les travailleurs affirment que «de nombreuses irrégularités sur le plan de la gestion, très graves, tellement inadmissibles qu'on n'a pas trouvé le moyen de les régulariser au niveau de la direction générale de l'Entv.
La situation requiert un traitement de choc, pour ne pas dire un «plan Marshall» afin de sauver les meubles, ou ce qui en reste encore au niveau de l'Entv-Station régionale de Constantine».