Accueil |Nationale |

L'ENJEU DU DÉVELOPPEMENT DURABLE DANS LA VILLE

Temmar dévoile le cap

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
70% de la population habitent dans les wilayas du Nord70% de la population habitent dans les wilayas du Nord

La révision de la loi sur l'urbanisme s'inscrit dans la nouvelle vision du gouvernement pour le développement de la ville.

Les disparités en termes de répartition de la population entre le nord et le sud du pays sont criantes en Algérie. «Il y a 22 millions d'Algériens, soit 70% de la population, qui habitent en 2018 dans les wilayas du Nord. Ce nombre va atteindre à l'horizon 2030 plus de 40 millions», a fait savoir hier le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, lors de son intervention à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de la ville. Cette disparité impose désormais à l'Etat, indique le ministre, le défi de revoir le modèle de réalisation des villes en Algérie. «Le facteur de développement durable sera désormais le centre de la stratégie de l'Etat en termes d'urbanisme», a souligné Temmar, précisant que la révision en cours de la loi de 1990 sur l'urbanisme et l'aménagement urbain s'inscrit dans cette démarche.
«Les conditions de vie moderne seront prises scrupuleusement en compte dans la réalisation de toutes les villes d'Algérie, y compris dans celles du Sud», s'est engagé le ministre. «Le nouveau modèle de réalisation des villes en Algérie ne prendra pas à l'avenir uniquement en compte les spécificités architecturales locales, mais va s'ouvrir aussi sur le modèle universel», a affirmé le ministre. «Nous construirons certes, des villes qui incarneront l'identité nationale, mais nous ferons aussi en sorte que nos villes ressembleront à leurs semblables dans le monde», dira-t-il, en soulignant que cette option a été décidée afin de répondre aux normes internationales en matière d'urbanisme dictées par les Nations unies lors du conclave international de Quito. Pour ce faire, le ministre a souligné que l'objectif de la rencontre d'hier, à laquelle ont pris part, pour rappel, cinq ministres, en l'occurrence ceux de l'Intérieur, des Ressources en eau, des Travaux et des Transports publics, de la Culture et du Tourisme, est de dégager une feuille de route qui va prendre en charge les nouveaux défis du gouvernement en la matière. Lesdits défis se résument, selon le ministre, à quatre axes, à savoir la révision du cadre juridique afin qu'il soit en harmonie avec la nouvelle politique urbaine de la ville, la gestion intégrée de la ville qui veut dire une administration nouvelle, la réalisation d'une ville intelligente et écologique, ainsi que la mise en place de la notion d'économie urbaine.
La notion d'économie urbaine signifie, selon le ministre, la dotation des villes en ressources de la richesse et de l'emploi, de la gestion et des mécanismes de financement. Par ailleurs, le ministre a affirmé que les programmes de logements toutes catégories confondues, inscrits dans le présent quinquennat, seront tous réalisés. «Le président de la République, qui accorde une attention particulière à ce segment, veut poursuivre la création de nouveaux pôles urbains», a déclaré le ministre, soulignant que l'Algérie dispose maintenant de villes qui peuvent rivaliser avec les grandes villes du monde. Le ministre a cité particulièrement l'exemple des villes d'Alger et d'Oran.
Intervenant pour sa part, le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire
Nouredine Bedoui, a indiqué que l'objectif de la création de nouvelles wilayas a pour objectif de renforcer le développement durable et de garantir aux citoyens les condition d'une vie meilleure. «L'Etat, qui a créé jusque-là 10 wilayas déléguées va continuer à en créer d'autres dans l'objectif de faire d'elles, dans un avenir proche, des wilayas à part entière», a-t-il souligné.
Nouredine Bedoui, qui a passé en outre en revue les efforts de l'Etat durant ces 15 dernières années en matière d'amélioration urbaine et de la réalisation des projets de développement, a souligné que l'image des villes algériennes a beaucoup changé.
«Les villes algériennes respirent maintenant la modernité et le développement.» Au sujet de l'amélioration de l'architecture des villes en Algérie, Nouredine Bedoui a saisi l'occasion d'annoncer l'ouverture en septembre prochain d'une école supérieure pour la formation des ingénieurs. Il est à noter que la journée d'hier a vu la présentation de plusieurs communications par des architectes et des chercheurs. Dans la matinée, trois communications aussi intéressantes les unes que les autres ont été présentées par respectivement le renommé architecte Christian De Portzamparc, le professeur et spécialiste des énergies renouvelables, Chems Eddine Chitour et le professeur Aziz Belkhater. Les communications ont été suivies avec une attention particulière par l'assistance, dont des walis et des élus locaux.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha