Accueil |Nationale |

DROITS DES TÉLÉSPECTATEURS

L'Algérie refuse le chantage des groupes audiovisuels

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
L'Algérie refuse le chantage des groupes audiovisuels

L'Algérie a été l'un des premiers pays à oeuvrer pour la numérisation de la télévision terrestre et c'est également l'un des rares pays à défendre le contenu audiovisuel local contre le diktat des groupes audiovisuels étrangers. C'est dans ce sens que l'expérience et la vision algériennes sont exposées lors de la 11ème session de l'Assemblée générale de l'Union africaine de radiodiffusion (UAR) à Kigali au Rwanda. C'est notre ministre de la Communication, Djamel Kaouane, qui a mis l'accent hier à Kigali, sur la nécessité d'une production de contenus de «qualité» et le droit des téléspectateurs africains à suivre «sans chantage» les compétitions sportives et ce, lors d'entretiens qu'il a eus avec des responsables africains en marge de la 11ème session de l'Assemblée générale de l'Union africaine de radiodiffusion (UAR). Une stratégie qui est souvent défendue par le DG de l'Entv Tewfik Kheladi qui est était SG de l'UAR et participe souvent aux débats sur la question. Djamel Kaouane a exprimé, à cet effet, «le voeu que l'expérience africaine en matière de déploiement technologique et technique soit impérativement accompagnée d'une production de contenus attractifs et de qualité, à la hauteur de la richesse historique et culturelle du continent africain». D'autre part, le ministre de la Communication a eu un échange de vues avec le directeur général de l'UAR, Grégoire N'Djaka, ayant porté notamment sur «la dynamique continentale en matière de généralisation de la Télévision numérique terrestre (TNT), qui a pour horizon contraignant, en même temps un challenge technologique, la date fixée à 2020, de l'arrêt de la diffusion analogique». A cet égard, Djamel Kaouane a invité l'UAR «en tant qu'acteur continental fédérateur, à s'investir pleinement dans la promotion et la protection du droit de chaque citoyen africain à suivre les compétitions sportives continentales sans avoir à subir le diktat et le chantage auquel est soumis le téléspectateur africain». Cette politique vise notamment à se protéger de la mainmise des groupes audiovisuels étrangers qui pillent des contenus africains, notamment les compétitions sportives comme la CAN pour en faire un business européen. L'Algérie a toujours défendu le contenu local et a tenu à faire partager sa vision avec les pays africains, notamment ceux de l'Union africaine. Enfin lors de sa participation à l'Assemblée générale de l'Union africaine de radiodiffusion (UAR) à Kigali au Rwanda, le ministre de la Communication a eu un entretien avec son homologue ghanéen, avec lequel il a eu des «échanges sur les expériences des deux pays en matière de développement audiovisuel et dans le domaine du déploiement numérique». Le ministre de la Communication s'est entretenu, enfin, avec la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Mme Louise Mushikiwabo, à laquelle il a souligné «l'excellence des relations qui existent entre l'Algérie et le Rwanda».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha