Prévisions pour le 20 Juillet 2018

 Adrar Min 32 °C Max 46 °C
30
 Laghouat Min 27 °C Max 41 °C
30
 Batna Min 22 °C Max 38 °C
30
 Biskra Min 27 °C Max 45 °C
30
 Tamanrasset Min 24 °C Max 36 °C
30
 Tlemcen Min 22 °C Max 31 °C
30
 Alger Min 21 °C Max 33 °C
28
 Saïda Min 23 °C Max 40 °C
30
 Annaba Min 20 °C Max 32 °C
30
 Mascara Min 22 °C Max 35 °C
30
 Ouargla Min 30 °C Max 46 °C
30
 Oran Min 24 °C Max 28 °C
30
 Illizi Min 28 °C Max 42 °C
32
 Tindouf Min 27 °C Max 44 °C
34
 Khenchela Min 23 °C Max 37 °C
30
 Mila Min 21 °C Max 41 °C
30
 Ghardaïa Min 31 °C Max 42 °C
30
Accueil |Nationale |

SIMULATION D'UN MÉGA-SÉISME À BOUIRA

Le scénario du pire mis en scène

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Non ce n'est pas une simulation, mais c'est le dernier tremblement à BoumerdèsNon ce n'est pas une simulation, mais c'est le dernier tremblement à Boumerdès

Tunisie, Espagne, Portugal, France, Italie et la Pologne participent à cet exercice algéro- européen avec un total de 1000 agents tous grades confondus.

Samedi 14 avril 2018. Il est 10h30 du matin, c'est le week-end en Algérie. Les Algériens qui profitent d'une grasse matinée en cette journée pluvieuse sont soudainement réveillés. C'est un fort séisme qui vient de frapper la wilaya de Bouira (100 km d'Alger)! On annonce une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter. La Protection civile est en alerte. Les premiers secours arrivent sur place quelques minutes après ce tremblement de terre. Une cellule de crise est de suite installée en collaboration avec les autorités locales. Elle est présidée par le wali. Les premiers secours sont prodigués. Un plan est mis en place, en parallèle on fait le constat de la situation. Les dégâts sont importants. On est face à un véritable décor apocalyptique! En plus des habitations tombées comme des châteaux de cartes, ce séisme a provoqué une rupture d'un barrage et un accident de transport de matière dangereuse TMD. Le constat est vite fait!
Les secours locaux sont dépassés. Ils font appel à l'assistance de leurs collègues d'autres régions du pays. Mais arrivés sur le terrain, ils constatent que la situation est plus dramatique que ce qu'elle en a l'air. Le colonel El Habiri et ses hommes décident alors de faire appel à l'assistance internationale. Un appel d'urgence est envoyé à travers le réseau international Osoc. Les pays membres de ce réseau se sont inscrits pour proposer leur aide à la Protection civile algérienne. Grâce au constat fait sur le terrain par la cellule de crise, le poste de commandement connaît les besoins. Ils sélectionnent alors les équipes internationales selon ses besoins, mais aussi d'après leur proximité. C'est-à-dire, la rapidité avec laquelle ils arriveront. L'Algérie a fait appel à six pays: Tunisie, Espagne, Portugal, France, Italie et Pologne, avec un total de 1000 agents tous grades confondus. Ils sont arrivés, hier, à travers ciel, terre et mer... Ils trouvent les agents de la Protection civile algérienne dans leur attente, où une coordination a déjà été engagée avant même leur arrivée sur le sol algérien. Ils sont alors conduits sur les lieux du sinistre, où commence la coordination internationale de secours.
Le premier pays arrivé, qu'est la France, coordonne le tout comme cela est d'usage. Une coopération impressionnante entre les secours algériens et leurs homologues étrangers commence. Le tout pour venir en aide le plus rapidement et le plus efficacement possible à la population en détresse. Cet effroyable épisode n'est en fait qu'une manoeuvre internationale afin de mieux préparer nos hommes en noir à faire face à ce genre de catastrophe naturelle. En effet, hier a débuté un exercice algéro-européen, qui rentre dans le cadre du mécanisme européen de la Protection civile. Le directeur général de la Protection civile, le colonel Mustapha El Habiri, a assisté au début de cet exercice algéro-européen qui porte le nom très évocateur Seimex 2018. Cette manoeuvre d'intervention rentre dans le cadre du partenariat algéro-européen signé en 2016, suivi d'un exercice en Italie. Cet exercice de terrain qui dure jusqu'au 18 avril, concerne sept zones d'intervention, où sont affectés différents détachements d'intervention. Le but de cet exercice est de tester la coordination inter-service au niveau du poste de commandement fixe, et les moyens d'intervention et de transmission déployés, ainsi que l'interopérabilité entre les différentes équipes algérienne et étrangères pour travailler sur les mêmes normes et procédures internationales. 25 experts et observateurs étrangers de l'Union européenne et d'autres pays étrangers sont présents pour superviser cet important événement. Bouira n'a fort heureusement pas tremblé, mais nos pompiers se préparent à toute éventualité...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha