Prévisions pour le 19 Decembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 21 °C
32
 Laghouat Min 2 °C Max 17 °C
30
 Batna Min 1 °C Max 13 °C
30
 Biskra Min 3 °C Max 17 °C
30
 Tamanrasset Min 8 °C Max 19 °C
23
 Tlemcen Min 7 °C Max 16 °C
30
 Alger Min 3 °C Max 18 °C
30
 Saïda Min 2 °C Max 17 °C
30
 Annaba Min 6 °C Max 18 °C
30
 Mascara Min 5 °C Max 21 °C
30
 Ouargla Min 5 °C Max 16 °C
30
 Oran Min 7 °C Max 19 °C
30
 Illizi Min 7 °C Max 22 °C
34
 Tindouf Min 6 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 0 °C Max 15 °C
34
 Mila Min 2 °C Max 17 °C
30
 Ghardaïa Min 4 °C Max 17 °C
30
Accueil |Nationale |

60 MARQUES ET 35 PARTICIPANTS À ALMOTO 2018

Les deux-roues de la fortune!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les deux-roues de la fortune!

Les turbulences du marché automobile aidant, les deux-roues sont en train de se tailler la part du lion. Et Almoto tombe à pic dans une deuxième édition des plus réussies.

Le marché de l'automobile, et ce n'est un secret pour personne, nage dans des eaux troubles. Des prix qui semblent excessifs pour les consommateurs ont poussé à un appel au boycott qui semble faire son chemin. Les tarifs restent élevés à cause d'un taux d'intégration encore modeste. Et c'est une aubaine pour les deux-roues! Le salon Almoto s'est déroulé du 24 au 28 avril dernier sur l'esplanade de Riad El Feth pour sa seconde édition. Et ce fut une réussite! Le salon a réuni passionnés et néophytes, citoyens de passage et exposants. Un salon qui a eu lieu dans un contexte des plus favorables. Cherté des voitures et augmentation des prix du carburant font que les scooters et les motos ont le vent en poupe. Quand on peut s'offrir un scooter près de 10 fois moins cher que la voiture la moins onéreuse, pour un coût d'utilisation et d'entretien infiniment inférieur, tout devient plus clair. Almoto fut une réussite incontestée. Il a connu une affluence exceptionnelle. De loin, l'événement a l'air modeste; ce n'est qu'en s'approchant que le visiteur se rend compte de la foule qui grouille sur cette esplanade à l'humeur plutôt morose, en semaine. L'accueil y était chaleureux, les hôtesses souriant aux nouveaux arrivés en leur distribuant le programme de l'événement. L'ambiance était à la fête, la musique entraînante. Le visiteur se voit entraîné par la foule vers les stands des exposants, constitués de 60 marques et de 35 participants. Les premiers stands visités sont ceux des constructeurs de motos et de scooters, notamment chinois, japonais et allemands. Ensuite arrivent les stands des équipementiers, que ce soit pour les équipements de la moto ou du motard. La SAA était de la partie également avec un grand stand. La surprise du visiteur est grande tant les assureurs rechignent à assurer les deux roues.
«Ils n'ont pas le droit de refuser d'assurer les deux roues, néanmoins beaucoup d'entre eux rechignent à le faire», a clamé le représentant de la SAA. «Cette hésitation s'explique du fait qu'une partie des utilisateurs de deux roues représente une catégorie à risque», a-t-il ajouté. «A la SAA, nous nous conformons à la loi et nous ne nous permettons pas de refuser un client qui vient s'assurer», a-t-il soutenu. Le collectif bénévole Stop Agressivité Routière présentait les actions qu'il mène, n'hésitant pas à afficher des images chocs dans le but de sensibiliser les usagers de la route aux dangers de cette dernière. Les bénévoles organisent également des campagnes de sensibilisation, notamment à travers des sorties moto. Le Centre national de prévention et de sécurité routière (Cnpsr) était présent également avec deux stands et un parc d'éducation routière et visait particulièrement les enfants et les adolescents pour accomplir sa mission de prévention, et ce dès le plus jeune âge. Le salon a vu la participation de la division motocycles de la Police nationale, qui s'est montrée disponible pour répondre aux questions des visiteurs, allant jusqu'à leur permettre de se faire photographier sur les motos qu'elle exposait. Ahmed Naït El Hocine, directeur général du Cnpsr et commissaire divisionnaire chargé de la prévention routière à la Dgsn, a marqué sa présence. «Les deux-roues représentent 0,5% du parc automobile en Algérie, mais sont impliquées dans 12% des accidents corporels» nous a-t-il appris pour souligner la vulnérabilité des motards. «Ceci est dû au manque de maîtrise de la conduite du deux roues par beaucoup d'usagers, car la conduite de motos de moins de 125cc ne nécessite le passage que d'un examen théorique», a-t-il ajouté. Il a indiqué qu'une campagne de sensibilisation aux dangers de la route est en cours dans tout le pays. Il a également adressé un message aux associations de motards: «Nous comptons sur les associations de motards pour nous soutenir dans cette campagne de sensibilisation et pour faire passer le message à tous les usagers du deux-roues», «des guides du motard vont être distribués à grande échelle à travers le territoire national», afin d'expliquer les situations dangereuses auxquelles un motard peut être confronté, entre autres. Force est de constater que la culture du deux-roues est en train de s'installer lentement mais sûrement. Les motos sont bien plus présentes sur les routes qu'il y a 10 ans, et les scooters font maintenant partie du paysage. Même les femmes s'y mettent! Après avoir été absentes du monde de la moto, elles investissent petit à petit les selles passager, parfois même les guidons! Les esprits s'ouvrent de plus en plus. Le marché de la moto, bien qu'il soit déjà bien lancé, n'en est qu'à ses balbutiements, et il est prévu un développement fulgurant de ce marché dans un futur proche. Quand le parallèle est fait avec les turbulences que traverse le marché des voitures, qui a de quoi se faire du mouron, on ne peut que se rappeler le fameux adage: le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha