Prévisions pour le 18 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 42 °C
34
 Laghouat Min 19 °C Max 31 °C
47
 Batna Min 12 °C Max 28 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 35 °C
32
 Tamanrasset Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tlemcen Min 19 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 21 °C Max 28 °C
39
 Saïda Min 18 °C Max 29 °C
30
 Annaba Min 22 °C Max 28 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 31 °C
34
 Ouargla Min 27 °C Max 38 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 27 °C
34
 Illizi Min 29 °C Max 41 °C
34
 Tindouf Min 20 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 12 °C Max 27 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 28 °C
39
 Ghardaïa Min 23 °C Max 35 °C
34
Accueil |Nationale |

PEU DE CLIENTS, PEU DE COMMERÇANTS, PEU DE TRANSACTIONS, MAIS SURTOUT...

Ali Mellah: le marché fantôme

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Un des marchés les plus fréquentés d'Alger se trouve déserté, alors qu'en temps normal on s'y bouscule à l'arrivée du Ramadhan.

Ali Mellah, mythique marché d'Alger, a des allures de hangar désaffecté. En y arrivant, le citoyen venu y faire ses courses se demande s'il ne s'est pas trompé de chemin. Il se demande même s'il y a de la vie en dessous de cet immense parking de la capitale. Ce marché, réduit à l'état de raccourci, fait pitié. À l'accoutumée, cet endroit grouille de vie, surtout à l'approche du mois de Ramadhan. Les prix y sont... ou plutôt n'y sont pas! Particulièrement pour les légumes, le consommateur doit demander le prix de chaque légume séparément. La loi oblige pourtant les commerçants à les afficher, sous peine d'amendes allant jusqu'à 100.000 DA. Reste maintenant à faire appliquer la loi en effectuant des contrôles réguliers. «Il y a eu une augmentation des prix des fruits et légumes effectivement», assure Khaled, jeune père de famille. «Mais l'augmentation reste contenue par rapport aux années précédentes», ajoute-t-il. Il assure que les prix n'ont pas flambé, comme à l'accoutumée. Khaled a quand même pris ses précautions, et constitué des stocks avant une flambée éventuelle. «J'ai acheté des citrons en quantité, ainsi que de l'ail, de peur que leurs prix n'explosent», avoue-t-il. Mais les échoppes sont vides. Les commerçants attendent-ils une augmentation plus marquée pour écouler leur marchandise? «Les chambres froides débordent de marchandises», assène Karim, 34 ans, vendeur de fruits. «Les marchandises sont disponibles et l'offre abondante, mais certains augmentent les prix sans raison particulière», dit-il de certains de ses confrères. «Je vends la banane à 300 DA, alors qu'elle vient de débarquer en quantité. Son prix devrait être plus autour des 240 DA», avoue-t-il. «Même pour les fruits locaux, les mandataires fixent les prix qu'ils veulent, s'accordant ainsi une belle marge», lance-t-il avec regret. «C'est la multiplication des intermédiaires qui fait que les produits alimentaires sont si chers», dit-il avant d'ajouter: «Le stockage des aliments dans des chambres froides pour une vente future raréfie la marchandise, ce qui mène à la hausse de son prix», puis de terminer avec «vous allez retrouver des oranges pendant le Ramadhan, pourtant on n'en voit plus depuis quelque temps». Le côté boucherie n'est pas plus vivant, et l'ambiance n'y est pas moins morose. On y croise rarement un client, et l'immense majorité des boucheries est fermée. Pourtant ici, les prix n'ont pas bougé d'un iota. Le poulet y est vendu à 320 DA le kilo. «Le prix de la volaille risque fortement de baisser, car les gens préfèrent la viande rouge durant le mois sacré», assure Abdelwakil, 33 ans, vendeur de viandes blanches. «La demande de poulet baisse sensiblement jusqu'aux derniers jours de Ramadhan, et on le ressent déjà», regrette-t-il. La viande rouge, elle, ne subit pas le même sort durant ce mois sacré de l'année. La demande y augmente fortement, et les prix sont plus tendus. «Le prix de la viande bovine dépendra de l'importation», assure Amir, 23 ans, vendeur. «L'État a annoncé l'importation de 70.000 tonnes de viande de boeuf pour ce mois, et c'est ce qui permettra de maintenir son prix à un niveau normal» assure-il. «Si cette promesse n'est pas tenue, les prix risquent de flamber», ajoute-t-il. «Au contraire, si ces quantités sont effectivement importées, on devrait connaître une légère baisse des prix à la fin du mois sacré», conclut-il. Beaucoup de choses dépendront alors des services compétents, tant pour l'affichage des prix que pour le maintien de ces derniers à des niveaux acceptables. Dernière ligne droite avant le croissant de lune.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha